4 épisodes auront suffi !

Avis sur La Casa de Papel

Avatar Krl
Critique publiée par le

Bon, je m'attaque à LA série du moment, et je suis bien conscient de faire partie d'une relative minorité qui ne partage pas DU TOUT l'enthousiasme général. J'admets pourtant que la réalisation est bonne et que les acteurs jouent plutôt bien.

Je propose une critique remplie de spoilers... Ceci afin d'évoquer quelques énormités de ces 4 premiers épisodes...
Rétrospectivement je me dis que, dès le début, c'était le drame.
Une dangereuse criminelle, recherchée par la police espagnole, sort de sa cachette et marche dans la rue avec une capuche et des grosses lunettes de soleil, car bien entendu, pour passer incognito, quoi de mieux que de se couvrir ainsi dans l'espace public ?! Enfin passons, c'est un détail.
La voilà qui décide d'appeler sa mère, qu'elle n'a vraisemblablement pas eue depuis longtemps, depuis une cabine téléphonique. Se doute-elle qu'en 2017, on peut aisément tracer les appels et très rapidement intervenir, en établissant par exemple un périmètre de sécurité depuis la source de l'appel ? Le doute plane.
Partage-t-elle au moins une sorte de code avec sa mère pour communiquer sans éveiller de soupçons ? Utilise-t-elle un modificateur de voix ? Se fait-elle passer pour une autre...? Que sais-je encore...
Non non, pourquoi donc :-) ?
"Tu es seule ? " demandera encore l'inconsciente à sa mère ?
"Oui oui..." lui répondra cette dernière... Avec toute l'équipe de flics plantés chez elle et qui attendaient forcément ce type d'appel...
Assurée que sa mère est bien seule " puisqu'elle le lui a dit :-) ", sans prendre la moindre précaution, elle lui annonce qu'elle part en voyage (petit cadeau pour les flics), mais que ce ne sont pas des adieux, que sa mère pourra la rejoindre...

A ce stade, le spectateur est déjà prévenu de la légèreté du scénario et de ses personnages...

Et ça ne fait que 5 minutes !!!
Elle se fait recruter dans la foulée par le fameux Professor, plus malin que tout le monde (les flics ne sont jamais parvenus à la localiser mais lui n'a eu aucun problème à l'approcher en plein jour).
Il recrute donc une armée d'ex truands A PRIORI chacun expert dans un domaine pouvant être utile au casse du siècle (on sait déjà que Tokyo, l'héroïne, a totalement intégré les règles basiques de la cavale... à sa décharge, elle n'a peut-être pas suivi toute la saison 2 de Prison Break).

1ère surprise, le casse a lieu dès l'épisode 1, je pensais qu'on allait passer des épisodes entiers à les voir se préparer, tout peaufiner, etc. Non non, on y va dans la foulée, ils sont prêts, tous au taquet et "surentraînés".

Au début je dois dire qu'on y croit, tout semble fonctionner, pas de couac particulier...
Bon, on comprend vite qui seront les mauvais personnages (Arturito le CEO, pour ne citer que lui, ne saute pas au plafond quand sa collègue / maîtresse lui annonce attendre un bébé de lui). Cette réaction est logique, mais fait de lui d'emblée un personnage détestable, et cela ne changera pas - du moins jusqu'à l'épisode 4.

Tokyo et Rio ont une liaison, soit. Ils ne devraient pas, pour la simple et bonne raison que braquage/casse et sentiments n'ont jamais fait bon ménage.
(Petite remarque d'ailleurs, ceci devrait valoir aussi pour la relation père/fils, le professor aurait pu y penser...)
Eh bien Rio va assez loin dans la connerie en donnant à Tokyo une médaille avec son vrai nom (???!!!!!!!!)... qu'elle décide de porter (?????!!!!!!!!!!). Inconscience de la jeunesse, rebellion... ou bêtise crasse...On se pose de sérieuses questions.

A la fin du 1er épisode, Rio se fait tirer dessus, sa tête semble touchée... Tokyo, femme impulsive SANS CERVELLE éprise de son Jules, riposte comme une furie sur les flics qui ont OSÉ tuer Rio...
Fin de l'épisode 1.

Il faut vite voir la suite...
RIO n'est pas mort !! Les flics non plus !!!!
Se moque-t-on de nous ? Non non, impossible...
Regarde-t-on une série de bisounours où personne ne meurt ? Non non...

Au fait, comment le professor (si fort, celui-là!!) pouvait-il savoir dans quel café Raquel irait ?
D'ailleurs, comment pouvait-il prévoir qu'elle serait en charge de l'affaire ?
A moins que leur rencontre ne soit qu'une coïncidence ?

Si aucune communication/aucun réseau n'a pu être détecté dans la casa de papel, suite à la main prise sur tous les téléphones portables des employés, comment explique-t-on qu'on retrouve ensuite un téléphone allumé dans la poche du manteau d'Arturito ?

Et puis... Et puis on tombe petit à petit dans le grotesque.
Non contente de faire à nouveau foirer les plans du Professor, avec sa crise de jalousie ridicule quand Rio était en compagnie de "l'agneau", Tokyo pète à nouveau un câble et menace de tuer si quiconque ose toucher à nouveau un poil de son cher et tendre....

Attendez c'est une plaisanterie ? Non non, c'est l'héroïne, une experte des casses, elle est juste amoureuse :-) ! WTF ?!!!

Fin de l'épisode 3, Denver tire sur la blonde (dont j'ai oublié le nom). Début de l'épisode 4: Il a tiré à côté !! Du jamais vu ce retournement !! Bien joué...

Mais... que faire pour faire croire que je t'ai tué ? Laisse moi réfléchir 2 minutes...
BINGO, écoute ça. Je te tire une balle dans la jambe, sur l'arrière de la cuisse... tu saignes, tu t'allonges et fais la morte (tu éviteras juste de HURLER DE DOULEUR comme un être humain de base, tu te contenteras de rester immobile allongée sans bouger ni respirer pendant que les autres te verront... FACILE !
La suite du plan ? Eh bien nous sortons des toilettes (je te porterai sur mon dos jusque dans un coffre, sans nous faire repérer par qui que soit, ni laisser aucune goutte de sang sur mon passage.
Invraisemblable ? Improbable ?
Ne t'inquiète pas, les caméras ne nous filmeront pas. On nous verra juste devant l'entrée du coffre dans lequel je t'installerai tranquillement. Tu seras assez consciente pour faire le code toi-même d'ailleurs. Je t'y laisserai sans eau ni nourriture, sans médicament non plus. Mais tout se passera bien car tu sens bien que je commence à avoir des sentiments pour toi, n'est-ce pas ? Est-ce assez clair à travers l'écran ? D'ailleurs, on dirait que toi aussi tu commences à m'aimer...

On continue cette magnifique série d'action (de MA-LADE) par quelques flashbacks de Denver et son père, et on insiste assez lourdement sur le fait qu'au fond, les deux sont de braves types, gentils et ayant des valeurs, juste des voleurs mais bon, pas méchants, quoi. Ça permet sans doute de s'attacher à eux... Ou pas.

Bref, fin de l'épisode 4... On a tiré sur Arturito ! OMG !! Suspence de folie.
La plaisanterie a assez duré pour moi. Dommage, je n'aurais même pas ri.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 5422 fois
57 apprécient · 9 n'apprécient pas

Autres actions de Krl La Casa de Papel