La musique monte en crescendo

Avis sur Les Désastreuses Aventures des Orphelins...

Avatar BatDark
Critique publiée par le

Cette série Netflix sur les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire est vraiment excellente. Une idée vraiment bien pensée de faire en 2 épisodes de 55 minutes un livre entier des Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire. La série achevée, il est temps de tourner la page et de ranger le livre sur l’étagère.

Honnêtement, j’ai trouvé cette série assez fidèle aux livres de Lemony Snicket. Sur les épisodes de la série, il y a certes quelques anecdotes différentes mais ça ne chagrine pas. Il était difficile de s’arrêter au bout d’un épisode de la série, que dès que je commençais un premier épisode, il fallait directement que je regarde la suite. Ni trop long, ni ennuyant ces épisodes se regardent facilement qu’on ne voit pas le temps passé. Après avoir regardé le premier épisode de la série – Tout commence mal… : Partie 1 – on a qu’une envie c’est de savoir comment cette histoire va-t-elle finir pour les orphelins Baudelaire ? Si vous avez lu les livres, vous connaissez la réponse à l’avance mais pour ceux qui ne les ont jamais lus, c’est tout un mystère et une aventure dramatique à suivre.

Malheurs, tragédie, infortune, malchance… sont les Aventures des orphelins Baudelaire. Ce qu’on retient de cette série c’est que le monde est cruel. La vie des orphelins Baudelaire est cruel, les hommes et les femmes sont cruels et même les personnes que l’on croit biens sont cruelles. Les enfants Baudelaire prennent le comte Olaf pour un homme cruel, qu’il n’est qu’un menteur, un manipulateur sans sentiments et aucuns respects pour les autres. Ce qui est le cas, mais il arrive que les apparences soient trompeuses.

Pour faire un résumé rapide sur les 3 saisons, au début les enfants Baudelaire sont seuls, après ils se rendent comptes qu’ils existent d’autres orphelins comme eux, et enfin ils finissent seuls tous les trois. À la fin de la première saison, les orphelins Baudelaire ont déjà échappé à 4 reprises au compte Olaf (chez lui, chez le professeur Montgomery, chez Joséphine et à la scierie Lucky Smells). Ils finissent à l’institut Prufrock où ils sont à nouveau poursuivis par Olaf et sa nouvelle bande. Dans cette deuxième saison, les Baudelaire font la connaissance des Bauxdraps. Et pour finir, les Baudelaire découvrent la vérité sur leurs parents et l’organisation qui se fait appeler VFD.

En sommes, les orphelins Baudelaire ont beau avoir clamé être innocents et avoir accusé Olaf d’avoir brûlé leur maison avec leur parent à maintes reprises, mais le résultat reste le même… les enfants Baudelaire restent orphelins et ceux jusqu’à la fin. Ils ont certes tous perdus : leur foyer, leur famille, leurs amis, leur âme d’enfance et surtout tous ce qui comptaient à leurs yeux. Perdre quelqu’un, plus précisément une personne que l’on aime ou bien un proche de votre famille, c’est à la fois une épreuve, une douleur et un passage à vide dans votre vie. N’importe qui pourrait sombrer dans les ténèbres et pourrait ne pas se relever de ces abîmes. Certains naissent dans l’obscurité d’autres adoptent simplement la pénombre. Et dans un certain cas, les orphelins Baudelaire ont adopté la pénombre depuis que leur parent ont péri dans un incendie. Ils broient du noir et ont voient clairement leur visage neutre, apeuré, le regard terrifié chez ces acteurs.

En ce qui concerne le casting de cette série : Malina Weissman dans le rôle de Violette Baudelaire est tout simplement parfaite, Louis Hynes dans le rôle de Klaus Baudelaire est moins attachant mais juste idéal pour cette série dramatique et le bébé qui joue Prunille Baudelaire est aussi mignonne que mordante. Patrick Warburton dans le rôle de Lemony Snicket joue parfaitement le rôle du narrateur omniprésent. J’ai trouvé cet homme à la fois important et intriguant à sa manière de parler et comment il arrive à nous insister à vouloir éteindre cette série. Un VS : le compte Olaf AS Jim Carrey OR Neil Patrick Harris ? Non mais franchement, lequel des deux acteurs est-ce que vous préférez dites le moi ? Pour moi, j’avoue que Jim Carrey est un comte Olaf plus attachant que ne l’est Neil Patrick Harris. Il faut savoir sourire, il ne suffit pas de serrer les lèvres (prend exemple sur le Joker). Pour ce qui est de la troupe du comte Olaf, j’ai trouvé l’Homme aux Crochets assez ressemblant à celui qui jouait dans le film. Quant au reste, ceux de la série sont plus convaincants. Et enfin, K. Todd Freeman dans le rôle d’Arthur Poe est juste pas mal.

Les autres acteurs et actrices de cette série à succès sont soit présents pendant une certaine durée soit seulement 2 épisodes qu’on ne les retient pas forcément. On les retrouve tous, la plupart en tout cas – dans l’épisode L’Avant-dernier danger : Partie 2 – en tant qu’invité secondaire. Les seuls qui ont retenu mon attention sont : Aasif Mandvi qui a joué l’oncle Monty, Alfre Woodard qui a joué la tante Joséphine, Catherine O’Hara qui a joué le Dr. Georgina Orwell et Robbie Amell dans un rôle secondaire.

Pour conclure cette série, j’avoue avoir trouvé la fin très différente du livre et je suis resté dubitatif sur cette rencontre entre Lemony Snicket et cette fille qui se fait appeler Béatrice Baudelaire II. La série finie, ce ne serait pas impossible que je la revoie une deuxième fois par plaisir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 442 fois
Aucun vote pour le moment

BatDark a ajouté cette série à 2 listes Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire

Autres actions de BatDark Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire