Evangelion est aussi éreintant que la vie.

Avis sur Neon Genesis Evangelion

Avatar LJC  ui
Critique publiée par le

Je me rappelle avoir commencé pour la première fois Evangelion par le biais des 3 films, puis de constater que l'animé avait un peu plus de consistance en terme de réflexion sur la psyché des personnages.

Cependant cet animé est foutrement inégal.
En vérité, j'ignore si les créateurs ont sciemment voulu être aussi évasif quant au résultat final, puisque Evangelion se concentre surtout sur la vie avec ses heuts, ses bas, ses joies et ses peines; ou si ils avaient voulu faire quelque chose de grandiose pour au final n'être qu'une énorme mascarade.
Et le soucis étant de voir que les deux s'entre-choquent.

Beaucoup s'acharnent à dire que Shinji est le problème principal de la saga, ce à quoi je réponds que c'est entièrement faux puisque il est la plaque tournante de celle-ci; prouvant en plus la profonde détresse chez les jeunes concernant l'identité et la part de soi dans le monde, mais surtout l'acceptation de soi.
Et je parle en connaissance de cause, parce que là où mon premier visionnage m'avait laissé perplexe car je n'étais pas aussi droit dans mes baskets concernant ma personne, désormais je suis plus certain de ce que je suis comme le démontre l'épisode final.
Cependant, ces deux épisodes qui vont clos la série sont comme des arêtes dans une soupe aux poissons. On passe de l'univers Evangelion à l'univers Shinji.
Ce qui n'est pas pour me déplaire mais le rythme est tellement brisé que je comprends mieux pourquoi beaucoup de gens ont trouvé cet animé assez "wtf".

D'où mon questionnement concernant le créateur: est-ce que celui-ci voulait véritablement parlé de la psyché et de l'existence humaine ? Ou voulait-il parler exclusivement des problèmes de Shinji étant le miroir de ses propres problèmes ?

Mais j'avoue que ce gloubiboulga ne m'a pas autant désintéressé de celui-ci; non ce que je trouve dommage ce sont que certains choix, comme les deux derniers épisodes, ont malmené le public aussi bien que l'histoire même de la série. Laissant de côté la rédemption d'Asuka, de Rei, de Ritsuko et Misato; personnages féminins assez fort et importants dans l'entourage de Shinji. Qui plus est, le mystère de Gendo plâne toujours: on sait qu'il est peu fiable mais on veut nous faire croire qu'il a une once de bonté, or celui-ci n'en a que trop peu montré si ce n'est jamais sauf pour son propre profit; auquel cas les deux derniers épisodes concernant la fameuse "own reality" aurait un quelconque sens quant à la réalité de Gendo et celle de Yui (lorsque elle confronte Fuyutsuki parlant de 3 choix possibles: travailler dans le labo de l'école, devenir une grande scientifique ou consacrer sa vie à être femme au foyer).

J'éprouve une certaine fascination comme une certaine rancœur face une fin beaucoup trop incomplète, ce à quoi se rapporte mon titre, et ce à quoi se rapporte possiblement l'intention du réal avec beaucoup de réserves sur cette hypothèse; On parle d'un mec qui voulait intégrer sous-texte biblique et j'en passe par "exotisme", sortir ça comme ça je vous avoue que ça la met facilement en travers de la gorge. Peut-être que Evangelion appartient plus à la réalité de ses fans que de ses créateurs.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 258 fois
2 apprécient

LJC ui a ajouté cet anime à 1 liste Neon Genesis Evangelion

  • Séries
    Cover give me dat

    give me dat

    Avec : HELLSING, Charlotte, Parasyte, Fullmetal Alchemist : Brotherhood,

Autres actions de LJC ui Neon Genesis Evangelion