Affiche Oz

Critiques de Oz

Série de (1997)

Ils ont ozé

Le pénitencier d'Oswald abrite un quartier pilote, Emerald city, dans lequel les prisonniers vivent une vie "normale" puisqu'ils y circulent librement en journée et qu'ils s'auto-gèrent dans les tâches quotidiennes. Ce quartier expérimental est dirigé par Tim McManus, optimiste convaincu qu'il tient là le moyen de réinsertion idéal. Em-City n'est en fait que la reconstitution de la société... Lire la critique de Oz

104 6
Avatar Plug_In_Papa
8
Plug_In_Papa ·

Without possibility of parole

HBO : la chaîne américaine à péage qui a diffusé plusieurs séries, se distinguant toutes par leurs qualités. Sex and the city, Les contes de la crypte, Band of brothers... Certaines de leurs séries sont allées s'inscrire tout en haut de la liste des réalisations cultes. Ces chefs d'oeuvre, ce sont des séries comme Six feet under, Les Sopranos... et Oz. Imprévisible Oz est le diminutif... Lire la critique de Oz

93 12
Avatar gallu
10
gallu ·

Law and order

Il y a des oeuvres où les maigres défauts sont littéralement écrasés sous d'énormes qualités. C'est le cas d'Oz. Car des défauts, il y en a. Commençons par cela. D'abord, une fausse bonne idée : avoir choisi Harold Perrineau comme narrateur. Chaque épisode est scandé par ses multiples apparitions. Et, bien souvent, c'est pour débiter des banalités ou des inepties sur la drogue, la famille, etc.... Lire l'avis à propos de Oz

63 38
Avatar SanFelice
9
SanFelice ·

Zoo

Oz est avant tout une expérience qui consiste à mélanger les prisonniers les plus dangereux et réputés au sein d'un système de sécurité maximale aux objectifs de réinsertion sociale élevés, sur une base intraitable : violence = trou ou isolement + nouvelle violence = couloir de la mort. Et pourtant, tout le monde s'entretue pour y contrôler le trafic de drogue, garder son influence et faire de... Lire la critique de Oz

33 7
Avatar drélium
8
drélium ·

Critique de Oz par Hobbes

Drame carcéral en forme de tragédie antique, Oz prend le parti de l'hyperréalisme (donc de l'exagération) et tire pèle-mêle sur les hommes de pouvoir, la broyeuse du fait social, les inégalités, les castes et les fausses promesses de la réinsertion. Si les sujets sont souvent graves (parfois trop), le traitement est sans ostentation, de telle manière que la série prend une envergure inédite en... Lire la critique de Oz

34 2
Avatar Hobbes
10
Hobbes ·

Critique de Oz par kwyxz

De loin la meilleure série décrivant l'univers carcéral, Oz est une incursion à Emerald City, site expérimental du pénitentier d'Oswald. Dure, brutale, traitée sous un angle réaliste et sans concessions, on est ici très loin des pantalonnades d'un Prison Break. Les personnages sont de vrais durs, des écorchés de la vie, et ceux qui ne l'étaient pas vraiment en entrant le deviennent, la... Lire la critique de Oz

27 4
Avatar kwyxz
9
kwyxz ·

Oz

Cela fait quelques années que j'ai vu Oz maintenant, et je me souviens avoir longtemps rechigné à regarder des taulards se tripoter sous la douche, jusqu'à ce qu'un ami fan d'Adebisi insiste trop fréquemment pour que je plonge la tête dans la tête. Depuis, "Suce ma bite de taulard" et "Prag" sont des expressions récurrentes dans mon langage quotidien, et l'illustration simpliste de la force de... Lire la critique de Oz

56 5
Avatar Trem_r
8
Trem_r ·

There's no place like Oz.

Sombre. Violent. Désabusé. Inhumain. Déprimant. Sans espoir... Les compliments ne manquent pas pour cette série qui explore en détail les tréfonds les plus cachés de l'âme humaine. À Oz, prison de haute sécurité, personne n'est innocent, détenus comme gardiens. La série suit leur chemin, personnel et collectif, à travers un point de vue psychologique et sociologique. Certains trouveront la... Lire l'avis à propos de Oz

21 4
Avatar YellowStone
10
YellowStone ·

Critique de Oz par Noménale

Oz, Oswald penitenciary, abrite le fruit des réflexions de l’idéaliste Mac Manus sur l’univers carcéral : Emerald city. Un lieu où les détenus ont plus de libertés en échange de plus de responsabilités. Le but est de favoriser les interactions sociales dans un but de réinsertion, brassage des cultures. C’est beau. A part que des criminels aguerris avec plus de libertés, ça peut aussi faire des... Lire la critique de Oz

15 2
Avatar Noménale
9
Noménale ·

La Divine tragédie

« Oz. The name on the street for the Oswald Maximum Security Penitentiary» Au bout des six saisons de la série, on connait la ritournelle d’Augustus Hill, le narrateur emblématique de la création de Tom Fontana : elle ouvre chaque saison et annonce l’horreur à venir. Le générique hypnotisant annonce la couleur : Oz va rester dans la peau, gravé au plus profond de l’inconscient du téléspectateur.... Lire l'avis à propos de Oz

13 2
Avatar Pariston
10
Pariston ·