La vie, tout simplement.

Avis sur Six pieds sous terre

Avatar Winding
Critique publiée par le

La première fois que j'ai regardé Six Feet Under, c'était en tant que fan de Dexter qui voulait voir Michael C. Hall dans un autre rôle. J'avais 11 ans. Moyennement emballé par le pilote, que je trouve un peu glauque et plutôt moyen à tous les niveaux, je décide néanmoins de regarder la suite. Une suite qui ne me convaincra pas plus que ça. Et une fois la saison 1 finie, je décide plus ou moins de ne pas continuer pour le moment. Pas que je m'ennuie vraiment, mais pas mal de choses me rebutent, comme l'esthétique ou les personnages, et surtout je ne comprends pas qu'on en fasse un tel foin alors que c'est au mieux pas trop mal.

Un an plus tard, je tombe sur l'intégrale à bas prix, et je l'achète, pensant qu'il faudrait quand même que je voie la suite. Comment juger une série sur une seule saison ?

Je recommence alors du début, et la saison 1 ne me fait pas bien meilleure impression, même si je suis quand même séduit par l'atmosphère de la série, avec son délicieux humour noir, qu'elle perdra pas la suite. Mais je ne suis toujours pas convaincu de sa grande qualité.

Je laisse un peu de temps passer et j'attaque la saison 2. Pas beaucoup plus enthousiaste à son sujet, je suis quand même soulagé de voir que la série est bien moins laide esthétiquement, et puis il faut dire que tout s'est au moins légèrement amélioré.

Encore une fois, je laisse passer quelques mois et je me lance dans la saison 3. Dès le premier épisode, quelque chose se passe, je ressens vraiment quelque chose. Je ne suis plus rebuté par l'esthétique, les acteurs atteignent un niveau incroyable, et la série n'est plus "fantasque". Je ne dis pas que je n'aimais pas le grain de folie qui était présent dans les saisons précédentes, mais d'un coup, en l'abandonnant, la série touche à quelque chose de bien plus haut et puissant.
Et puis, il y a la deuxième partie de la saison... Je ne veux pas spoiler, ceux qui ont vu la série sauront de quoi je parle. À partir de ce fameux rebondissement dans la saison, quelque chose se passe, je suis en larmes à chaque fin d'épisode, je ne pense qu'à ça, j'en ai presque mal tellement c'est fort. Situation qui atteindra son apogée avec le season finale, d'une puissance infinie.
La saison finie, je décide de prendre de longues vacances vis-à-vis de la série. Je l'aime profondément, plus que je ne peux l'exprimer, j'ai envie de vivre avec ces personnages, je les aime comme s'ils étaient vivants, ils me hantent, mais c'est une telle douleur de passer ces moments avec eux que je ne peux simplement plus le supporter.

Des mois plus tard donc, c'est fébrile que je lance la saison 4. Est-ce que le niveau de la 3 pourra être atteint à nouveau ? Est-ce que la série ne retombera pas dans ses anciens travers ?
Ma réponse est mitigée : L'effet n'est vraiment pas le même que dans la saison 3, la série est plus légère, mais est-ce un mal ? Sur le moment je l'ai pensé, mais en fait cette saison 4 est toute aussi bonne, juste moins noire. Comme si après le désespoir absolu qu'avait arboré la série, elle voulait montrer que non, la vie c'est pas que ça. C'est comme si elle renouait avec ses débuts au niveau du ton, mais gardait sa nouvelle qualité.

Je sais maintenant qu'il ne me reste qu'une saison, et je repousse indéfiniment l'échéance. Mais il faut bien que j'en finisse un jour, et finalement je me lance.
On sombre ici dans la noirceur absolue. La série a atteint une sobriété folle et pour sa dernière saison, elle semble bien décidée à nous en faire baver. Chaque épisode est une épreuve, on ne rit plus, ou si peu, et on sort de chaque épisode comme d'un enterrement.
Mais je continue, déjà parce que je suis un peu maso, et puis parce que quand même, c'est d'une qualité presque indescriptible.
Un jour, vers la fin de la saison, se passe un événement dramatique. À ce moment là, ce fut comme si j'avais moi même perdu quelqu'un de ma famille, j'étais dans un état lamentable, et je décidais d'en finir au plus vite. J'enchaîne donc les derniers épisodes, avec une tristesse que je n'ai jamais ressentie, et désespère de jamais ressentir à nouveau devant un écran.
Et puis enfin, il y a eu ces 5 minutes finales, 5 petites minutes parachevant de la plus belle des manières cette série qui, il faut bien le dire, m'aura changé à jamais. Je ne peux même pas compter le nombre de fois où j'ai regardé ces 5 minutes par la suite...

Ça fait maintenant un an que j'ai fini Six Feet Under, et quand j'y pense aujourd'hui, j'y vois résolument un tout, d'une qualité parfaitement linéaire, ce qui est la réalité. J'ai récemment regardé la saison 1, et il est parfaitement clair qu'elle n'a en fait rien a envier aux suivantes, mais c'était important pour moi d'en parler comme je l'ai découverte, parce que je connais trop de gens qui ont abandonné devant la première saison.

J'ai déjà écrit un joli pavé, et je n'ai pas trop la force d'expliquer que les acteurs sont tous fantastiques, que la réalisation est parfaite, que l'écriture de la série est un sommet absolu toutes catégories confondues ou encore que la BO est démente, mais sachez-le.

Pour conclure, il faudrait juste dire que la raison pour laquelle Six Feet Under est si importante, c'est qu'elle est à ce jour la représentation la plus juste et la plus belle de la vie dans l'art, apportant une toute autre dimension au terme réalisme. Mais elle n'est jamais emmerdante, parce qu'elle vous fera forcément rire ou pleurer, jouant parfois les montagnes russes, et surtout parce qu'avec un peu de chance, elle changera votre vie.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 683 fois
11 apprécient

Winding a ajouté cette série à 4 listes Six pieds sous terre

Autres actions de Winding Six pieds sous terre