👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

L'ambiance y est, sombre et boueuse, une massive ombre poursuivant une vengeance implacable dans les bas-fonds d'un Londres du XIX e, soigneusement dépeint. Il galope sur son cheval blanc d'un quai saumâtre à une cour de ferme couverte de fumier, à travers la lande crépusculaire. les décors sont soignés, l'ambiance rappelle Penny Dreadful, pénombre trouée par les chandelles et le rougeoiement des feux, bois pourrissant, peintures écaillées des portes, caves ruisselantes, car l'eau est partout sous nos pieds, tombant du ciel et parcourant la Tamise jusqu'aux Amériques... Avec un brin de surnaturel, les visions du passé, la folie de sa mère... oui, mais justement cette touche fantastique si bien en accord avec l'ambiance ne débouche sur rien, juste une illustration. on se demande: comment sait-il tout à l'avance? Ses rêves? les corbeaux? Même son cheval le prévient du danger, il y a du mystère en lui, sa mère indienne, mais en fin de compte ça n'est là que pour donner du relief au personnage. Antipathique, sauvage et cruel, rébarbatif, il finit platement par se révéler humain et compatissant. Dommage cette brèche! J'aimais le sauvage, doté d'un singulier charisme, suscitant l'effroi, les autres le suivent avec une confiance aveugle dans son entreprise balayant tous les obstacles. Pourquoi? Ils le haïssent, mais il sait les entrainer, il n'a aucun doute. Un poil tortueux son plan! Pas toujours très crédible, l'ambiance mystère permettant de ne rien justifier ni expliquer. Tout tourne autour de ce personnage, les rôles secondaires se définissent tous par rapport à lui et sa vengeance. Dommage aussi, mais cela semble le but, et la fin est décevante, ne semble pas une fin d'ailleurs. En résumé, une esthétique réussie, un personnage écrasant mais hésitant, auquel il manque quelque chose, de basculer dans le fantastique ou dans l'humain qui cultive trop l'ambivalence, et la progression qui n'évolue pas: du début à la fin on reste dans la même ambiance, vengeance, non-dits, on suggère, on ne révèle pas, c'est un ballet autour de lui et ses desseins, maitre incontesté du jeu. Et au dernier épisode rien n'a changé finalement.

boomba
7
Écrit par

il y a 5 ans

2 j'aime

Taboo
limma
8
Taboo

Critique de Taboo par limma

Une fiction historique sous l'Angleterre de 1814, époque du début de la révolution industrielle, du transport maritime et des monopoles. Pas de cours historiques ici, les tensions entre anglais et...

Lire la critique

il y a 5 ans

26 j'aime

Taboo
archibal
3
Taboo

Tom pousse

Le titre est à l'image de la série, ça nous vend un truc sulfureux et mystérieux mais c'est juste un enrobage pompeux autour de pas grand chose. Le problème majeur vient de cet anti-héros...

Lire la critique

il y a 4 ans

15 j'aime

13

Taboo
Anthonyde_la_Hoz
6
Taboo

Donnez moi mon spiritisme

Qui se souvient du premier aperçu de Taboo, teasant à coup de flashbacks, de voix off, avec un Tom Hardy sur une terre sauvage, un condensé de promesses basées sur de la magie noire, du spiritisme,...

Lire la critique

il y a 5 ans

11 j'aime

Mr. Sunshine
boomba
10
Mr. Sunshine

De tout son coeur et toute son âme

Un peu moins d'un tiers de la série, et cela fait déjà beaucoup à dire, chanter, penser, éprouver. La suite ne pourra jamais sombrer au point de décevoir car jusque là chaque épisode est un...

Lire la critique

il y a 4 ans

42 j'aime

10

American Gods
boomba
7

Orgie antique déjantée

Eh bien voilà: je suis arrivée à la fin de cette saison, affamée de dévorer la suite. Pourtant, au long des épisodes, mes sentiments ont été mitigés(et le restent, un enthousiasme brillantissime, une...

Lire la critique

il y a 4 ans

26 j'aime

4

Blade Runner 2049
boomba
9

Ici, le cimetière des éléphants

Est-ce un hommage, un dernier hommage à tous les dieux et les géants engloutis par le nouveau millénaire et dont il ne subsiste que des fragments de mémoire vacillante sous des cloches de verre? 2049...

Lire la critique

il y a 4 ans

24 j'aime

3