Avis sur

The Mandalorian par Sid380

Avatar Sid380
Critique publiée par le

Pour tout réalisateur, scénariste, producteur qui se respecte il est difficile aujourd'hui de travailler dans l'univers Star Wars avec des "fans" de plus en plus hystériques, pénibles, abrutis et stupides en reniant tout ce qui se fait à peu près depuis que l'objet est passé du côté obscur chez l'empire absolu du mal Disney, en témoigne l'accueil de la dernière trilogie cinéma qui n'est pas loin de celui fait de la précédente début 2000 pourtant pilotée par Lucas himself.

Promis depuis des années par Lucas en personne, une série live action (traduisez en personnages réels) était culottée par les temps qui courent, Jon Favreau un des "soldats" de l'empire Disney (et officiant en serviteur de Tony Stark) fort du succès du Livre de la Jungle et du Roi Lion a relevé le défi et miracle cela plaît semble-t-il.

Axé sur huit épisodes qui font de trente à quarante minutes, l'histoire suit donc un chasseur de prime de la race de Mandalor qui protège son ex-cible un enfant alien de la race des Yodas avec des pouvoirs certains. Avec une ambiance western/Film d'aventures/Guerre, le contrat est parfaitement rempli et surtout Disney a accompli un coup marketing énorme, faire une nouvelle coqueluche le fameux Baby Yoda des Geeks nouvelle génération alors que l'objet avait été caché à tout le monde, dur par les temps qui courent.

Les trois premiers épisodes servent un peu de fil rouge pour faire connaissance des personnages, les deux derniers ferment l'arc narratif de la première saison, entre il faut bien combler. Avec des histoires un peu mineures (Le Mercenaire) mais plutôt chouette et Le Sanctuaire qui marque les débuts de Bryce Dallas Howard à la réalisation et qui lorgne plus du côté des 7 Samouraïs que des mercenaires. Il y'a même un petit côté 12 Salopards pour Le Prisonnier non négligeable.

Au fur et à mesure de l'histoire, on apprend à connaître "Mando" qui évolue surtout dans Le Sanctuaire et un Bébé Yoda de plus en plus craquant, pour se conclure par une ambiance Rio Bravo du plus bel effet lors du dernier épisode signé Taika Waititi.

Dans le rôle titre, Pedro Pascal à une présence un peu ingrate car il n'enlève jamais son casque (des rumeurs courent que l'acteur n'aurait pas toujours été présent sur le plateau), sauf pour s'alimenter et dans le dernier épisode où l'on verra son visage quelques secondes quand il comprendra que les droïdes ne sont pas tous des ennemis.

Au casting, on retrouve dans des rôles réguliers Gina Carano, Nick Nolte en alien, Carl Weathers le copain de Rocky et surprise, le grand réalisateur Werner Herzog celui d'Aguirre et Fitzcarraldo dont on ne sait comment il a atterrit là et il s'en sort plutôt bien.

Enfin, il faut signaler que Favreau n'a pas réaliser un seul segment mais les a écrit à peu près tous sauf deux et que les épisodes se concluent avec de superbes dessins résumant l'histoire que nous venons de voir.

Avec le score entraînant de Ludwig Göransson, The Mandalorian est une réussite inespérée dans l'univers Star Wars/Disney qui ne satisfera pas tout le monde on ne sera pas surpris.

Avec une saison 2 déjà tournée qui verra le retour de Gina Carano et quelques acteurs de la première et réalisée par Robert Rodriguez où Peyton Redd (Ant-Man) et une troisième dans les starting-blocks, Disney + a trouvé son filon en espérant qu'ils ne l'exploitent pas jusqu'à plus soif, sinon les fans du début seront certainement là pour leur faire savoir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 72 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Sid380 The Mandalorian