The Witchflix - ou comment des scenaristes incompetents ont foiré une adaptation

Avis sur The Witcher

Avatar Radegast
Critique publiée par le

En tant que personne ayant lu les livres, joué aux jeux (et étant slave, bien que ça ne devrait pas rentrer dans les critères), je ne peux m'empêcher de murmurer des “bande d’enfoirés” dans ma barbe quand j'écoute des interviews de Lauren S Hissrich (le showrunner de la série). Elle prétend avoir adoré les livres et que son but est de faire plaisir/honneur aux fans de la saga mais, contrairement à Henry Cavill (Geralt de Riv), je sens l'hypocrisie à 300%. Si ce n’est pas de la malhonnêteté, soit Lauren ne sait pas lire, soit elle ne comprend pas ce qu’elle lit. Mais le problème est d’autant plus grave qu’elle n’est pas seule à écrire - ils sont une équipe de 7 personnes! Franchement, ils ne méritent pas leurs salaires...

- Je ne souhaite pas écrire une critique trop acerbe non plus, dis-je à un ami. Il y a tout de même de bonnes choses...
- Ah oui? Comme quoi?
- Demandé comme ça je sais pas mais je suis sûr qu'il y en a.

J'ai atteint la limite de caractères sur Senscritique. Je ne savais pas que c'était possible mais ça l'est. Donc il n'y a tout ici sauf le détail des épisodes 5-8. Pour les voir faudra aller sur ce lien: Le Scenarium (ou sur Gameblog mais n'oubliez pas d’ajouter les pubs du site à adBlock)

Évidemment les livres ne sont pas respectés (que ce soit dans le fond ou dans la forme), je suppose que ce serait trop demander dans cette adaptation des livres en série - je pense par exemple à Nilfgaard, Aretuza, la magie, les non-humains, les personnages, en somme: l’univers du Sorceleur. Bien sûr ils ont le droit de créer leur propres règles, à condition que ce soit intelligent et reste cohérent avec l’univers, mais ils ne les respectent même pas eux-même (cf. la magie)!

Niveau cinématographie...disons que j’ai vu des pubs plus inventives. On reste au niveau d’un film fait en première année de license de cinéma: on filme ce qu’il faut filmer et on se contente d’avoir quelque chose d’un minimum lisible.
Les dialogues sont, au mieux sans profondeur, au pire incompréhensibles. S'il y avait une morale à tirer de cette série, ce serait: quand les décisionnaires sont des incompétents, la qualité des acteurs et des effets spéciaux ne permet pas de compenser les problèmes de script. Et si vous vous demandez “Est-ce une bonne introduction à l’univers de The Witcher?” la réponse est sans appel “NON! Vaut mieux ne rien savoir qu’être mal informé”.

Je compte développer mon avis en plusieurs parties: pour commencer, je vais donner un avis un peu plus développé sur la série dans son ensemble; puis je vais me pencher sur le script de chaque épisode; et je finirai par proposer un autre découpage pour la série - plus respectueux et agréable pour le spectateur. Ne vous sentez pas obligé de tout lire, disons que la seconde partie est réservée à deux types de personnes: aux adeptes des livres ou à ceux qui sont persuadés que cette série est superbe (et qui, souvent, ne connaissent rien de l’univers).

GLOBALEMENT

Les acteurs, même s’ils ne correspondent pas physiquement à leurs personnages, sans être mauvais, sont loin de briller. Mais l'écriture est tellement plate que je ne peux le leur reprocher - je doute que les acteurs puissent montrer tout leur potentiel avec des dialogues aussi médiocres. A l’absence de jeu s’ajoute de grosses différences physiques entre les acteurs et leurs personnages (aka Fringilla, Triss, Istredd etc…). Mais on peut féliciter Lauren, et son équipe, d’avoir réussis à créer des différences encore plus énormes avec les livres quand on parle de leurs backgrounds, personnalités et rôle dans l’histoire! Je ne pensais pas qu’il était possible d'être autant à côté de la plaque mais ils y sont parvenus! BRAVO!
Par contre Geralt est plutôt convaincant, Ciri est très bonne et Yennefer - bien que trop jeune - passe *bien...disons qu’au moins ses lentilles de contact sont crédibles...Calanthe, Tissaia de Vries et Jaskier sont également bien choisis (ainsi que l’apparition de 0,5 seconde de Crach qui m’a tout de suite convaincue). Pour les autres...ils auraient au moins pu choisir des acteurs qui ressemblent un peu aux livres...

Notons aussi que, sans être aussi bonne que celle des jeux, la musique ne figure pas dans la liste des défauts (sauf quelques unes). La chanson "Toss a coin to your Witcher" est très bonne, mais son registre est en total décalage avec l’univers. Ça fait plus tube d’été américain lambda que musique composée dans le monde du Sorceleur...mais bon c’est déjà ça de pris...

Au final, le majeur défaut de la série est de vouloir faire de Yen et Ciri des personnages principaux dès la saison 1. On a donc pas assez de temps par épisode pour adapter correctement les livres, et on se retrouve à être coupé en plein milieu des actions pour voir Ciri errer sans but dans la forêt (c'est tellement inintéressant qu'ils ont dû créer un personnage pour lui tenir compagnie). Et même de la part des personnes qui ont apprécié la série c’est la remarque qui revient le plus souvent: le sorceleur pas assez présent dans cette série “Le Sorceleur” et des péripéties expédiées trop vite…

En ce qui concerne les questions de budget et les comparaisons avec Game of Thrones, j’ai vu un commentaire très pertinent de GuizZzZ ( sa critique ) que je vais coller ici tel quel:

[“Attention : Il n'y a pas autant de fric que dans GOT”.] Et pourtant ! Cette première saison aurait coûté 80 millions de dollars soit plus que les premières saisons de Game of Thrones. En terme de budget par épisodes elle ferait même jeu égal avec la saison 6 de GoT, celle de la "battle of bastards" (100 millions de dollars pour 10 épisodes) avec 10 millions de dollars par épisode... (soit donc un budget supérieur au budget moyen de chaque épisode de la série de HBO toutes saisons confondues : 6 à 7 millions...)

Question donc : si ces chiffres sont justes, où est passé l'argent?

Je n’ai rien à y ajouter.

PS: l’idée de faire des logos différents dans chaque épisode, et qu’ils fusionnent pour créer le logo de la série au dernier épisode est très bonne. Sauf que: soit tu fais de beaux logos qui ont du sens et tu les fonds pour créer le logo définitif; soit tu fais des choses moins complexes et tu les assembles pour former le logo de la série. Mais tu ne fais pas des logos sans réelle signification que tu assembles puis, en remarquant que le résultat n’est pas bon, fais fondre pour former le logo définitif. Ça n’a pas de sens!

CRITIQUE DU SCRIPT

ÉPISODE I

Ça ne commence pas trop mal, bien qu'on peut se demander comment la kikimorrhe et le sorceleur ont pu se battre sous l'eau alors qu'ils sont dans une grosse flaque avec 50 cm de profondeur.
Le sorceleur tue la créature ainsi que l’enfance des fans de Bambi et se rend dans un village scandaleusement morne (le fan film L'héritage d’Alzur à proposé un village plus sympathique avec seulement un millième du budget de la série Netflix). Ils nous introduisent Renfri, puis Marilka qui se retrouve à jouer le rôle du maire sans raison. Dans les livres Geralt connaît le maire et est hébergé par ce dernier (au lieu de dormir dans la forêt comme un sdf), ici on ne le voit pas et il est totalement remplacé par Marilka. Elle ne sert qu’à une chose, remarquer que les femmes ne peuvent être sorceleur et que c’est sexiste - sachant que les sorceleurs sont considérés comme des monstres bons qu’à traîner dans des marécages pour tuer d’autres monstres, vouloir en devenir un, c’est comme vouloir partir en Afrique pour travailler dans les mines et exploiter des métaux rares pour les smartphones.
Bref, Geralt se rend à la tour du mage du village pour lui refiler le cadavre de la kikimorrhe et y rencontre Stregobor - qu’il connaît dans les livres, mais pas dans la série. Donc je vais vous introduire au leitmotiv de cette “adaptation”: *POURQUOI? Pourquoi faire ce changement?* Ce n’est pas gênant, mais c’est un changement qui n’apporte rien, et même retire l'appréciation qu’on pourrait avoir pour ce sorcier via le fait qu'il est une vielle connaissance du personnage principal! Ça n’aurait pas coûté plus cher de respecter les livres alors pourquoi faire ça?

Puis on voit un passage avec Ciri, mais il est inutile et n’est là que pour caser la chute de Cintra au premier épisode et impressionner les profanes en leur faisant miroiter des combats et des prises de châteaux à la Game of Thrones. Profitons de ce moment pour virer cette partie de la critique. Je ne parlerai pas du Nilfgaardian Armor Gate, vous pourrez facilement trouver des images comparatives sur Internet. Par contre, je sais pas pourquoi ils n'ont pas teint les cheveux de la reine Calanthe pour qu'ils soient en accord avec les livres (sachant qu'il l'ont fait pour Ciri et Pavetta)? On se pose juste des questions inutiles sur l'arbre généalogique de la famille.

Comme autrefois, une étroite couronne dorée ceignait ses cheveux gris cendre. Mais ses mains, qu’il se rappelait fines et blanches, n’étaient plus aussi fines qu’autrefois. Calanthe avait pris de l’embonpoint.

Malgré quelques jolis plans et quelques scènes réussies, les passages à Cintra sont globalement médiocres. Les créateurs de la série tentent désespérément de mettre du gore et vendre une série “adulte”. Donc on voit des combats avec des armures en plastique (ça ne peut être du métal puisque les épées les coupent comme si c'était du beurre), on a du sang (Yeeey!), mais au lieu d'être violent ça parait juste ridicule à cause de la fragilité des armures. Puis la reine Calanthe revient du champ de bataille blessée et veuve; et finit par demander l'évacuation de Ciri en lui disant "find Geralt of Rivia, He is your destiny" (fr: Trouve Geralt de Riv, il est ta destinée). D'après les livres, je dirais que Calanthe préférerait voir sa petite fille morte plutôt que dans les mains du sorceleur, mais soit - on peut comprendre sa décision puisque “la destinée est de leur côté”. Globalement cette partie est plutôt bonne et respecte les livres, c’est assez rare alors ça vaut le coup de le remarquer.
Par contre on a une scène assez absurde de suicide: alors qu’un seigneur a la possibilité de prendre 3 flacons de poisons pour lui, sa femme et son fils, il n’en prend que 2. Sa femme et son fils se tuent avec le poison et le père s’enfonce une pièce du service en argent royal (couteau ou fourchette je n’en sais rien) dans la gorge...c’est...c’est absurde! Pourquoi ne pas prendre le flacon de poison?! C’est dommage, avec leur obsession pour l'irrévérence les créateurs auraient pu adapter les livres: il n’y avait pas d’histoire de poison et dans les livres

Les femmes Cintrasiennes tuent leurs enfants, les femmes sont à leur tour tuées par les hommes qui se suicident ensuite

En voilà une scène-choc! Si c’était trop choquant alors qu'il prenne les 3 flacons et basta. Mais non, on va créer une incohérence et rendre une scène stupide - pourquoi? Personne ne sait.

Mais revenons à Geralt. Il est rejoint par Renfri dans la forêt qui va lui raconter sa vie comme si elle parlait avec l’assistante sociale. C’est un peu pathétique, mais ça passe. Puis elle part et revient le voir à la nuit tombée pour coucher avec lui. Et c’est là que lire les livres aurait servi aux scénaristes. Dans la série, après les ébats amoureux, Geralt se réveille au petit matin en criant “Le marché!” il s’y rend et massacre sans réelle raison tous les compagnons de Renfri, nous faisant profiter d’une scène avec des effets de ralentis/accélération cheapos et un combat contre des personnes qui se succèdent sur l'épée du sorceleur les uns après les autres. Puis un combat plus crédible contre Renfri elle-même. Tout ça se termine avec Stregobor qui débarque et, lorsque Geralt l'empêche de récupérer le corps de Renfri, le magicien monte la foule (slave médiévale et multiculturelle) contre Geralt - poussant ce dernier à partir en laissant le champ libre à Stregobor de faire toutes les expériences qu’il souhaite sur le corps sans vie de la jeune femme (Merci Geralt !). Sans parler de Marilka, dont Geralt a sauvé la vie ya pas 2 minutes, qui lui dit de ne jamais revenir...
Alors que dans les livres, Renfri dit à Geralt qu’elle va imposer “l’ultimatum de Tridam” au sorcier. Geralt ne se sachant pas ce que c’est n’y fait pas attention. Ce n'est qu'au petit déjeuner chez Caldemeyn (le maire) qu'il découvre avec horreur ce que ça signifie: Renfri compte tuer des innocents les uns après les autres à la foire du village jusqu’à ce que le sorcier finisse par se rendre! S'ensuit un combat (on va dire plus ou moins comme dans la série), puis Stregobor débarque et veut faire une autopsie de Renfri pour montrer qu'elle a des mutations et prouver qu’elle était réellement mauvaise. Geralt refuse, préférant ne pas savoir s'il a vraiment fait le bon choix et fait fuir le mage. C’est alors que le maire arrive au village et découvre ce que (son ami) Geralt a fait; il lui dit alors de partir et de ne jamais revenir à Blaviken.

Vous voyez la nuance qui est perdue dans la série? Renfri est trop sympa, Stregobor est trop un enfoiré, Geralt est trop irréfléchi et violent, Marilka est schizophrène (ou amnésique) et la foule est totalement stupide. Et c’est dû au fait qu’en voulant caser l’histoire de Ciri en parallèle, ils n’ont pas le temps de développer les aventures des livres. Je vais tenter de ne pas le répéter à chaque fois, mais cette phrase a une place dans la critique de chaque épisode.

ÉPISODE II

Voici un des épisodes les plus faibles car en une heure ils tentent de développer l’histoire de Ciri, introduire Yennefer et adapter une nouvelle de Geralt - le rythme est totalement chaotique. De plus chaque histoire à son registre (tragique pour Yen, drôle pour Geralt et chiant pour Ciri) ce qui fait qu’elles s'annulent entre elles. Donc, pour me simplifier la vie, je vais parler de chaque personnage séparément.

L'épisode s'ouvre sur un couple qui se dragouillent dans un village et dès qu’ils aperçoivent Yennefer (déformée par un mélange subtile de scoliose et travail à la ferme) vont oublier toute pensée lubrique et agresser la pauvre handicapée. (Je ne comprends pas pourquoi ils ont donné des yeux violets à Yen dès sa naissance mais passons.) Pour échapper à cette agression, elle se téléporte par inadvertance à Tor Lara (la tour de la Mouette) et y rencontre Istredd. Beaucoup de choses à dire ici, mais les livres le diront mieux que moi:

C’est Tor Lara, la tour de Mouette. Une ruine. [Ce serait un portail vers la mystérieuse Tor Zirael qu’on a toujours pas trouvé.] Le portail est néanmoins irréversiblement corrompu et ses acheminements sont chaotiques. Il y eut des victimes, aussi l’a-t-on bloqué.

La tour de Mouette joue un rôle majeur plus loin dans l’histoire, tout comme le fait que ce soit un endroit extrêmement dangereux où même les magiciens les plus compétents n’osent s’y aventurer. Mais bon, ce n’est que le début des emmerdes pour Tor Lara et Aretuza. Puis passons à Istredd.

[Istredd] avait des cheveux raides, légèrement blancs, qui lui tombaient sur les épaules. De nombreuses rides lui barrant le front [...]. Geralt ignorait si la profondeur et l’intelligence de ses doux yeux gris étaient naturelles ou le fruit d’un sortilège.

Hormis le fait qu’il ne ressemble à rien il agit de manière extrêmement louche. Istredd commence par tacler Yennefer en lui rappelant qu’elle est vierge, puis bouffe une fleur et ouvre un portail intraçable pour ramener la bossue dans son village miteux. Mais à part faire un fuck aux livres, tout ça ne sert à rien puisque dans la prochaine scène Tissaia de Vries vient chercher Yennefer car elle l’a localisée. Elle marchande avec le père et achète Yennefer pour un peu plus que le tier du prix d’un porc. Même si je doute que ça se serait produit ainsi, la scène est très bonne et ajoute du drama intéressant, d’autant plus que MyAnna Buring (Tissaia de Vries) est un très bon choix de casting.

Une route en faisait le tour, comme une spirale, ainsi que des escaliers en zigzag et des terrasses. [L'ile de Thanned] verdoyait de bosquets et de jardins, et, parmi la verdure, accrochées aux roches comme les hirondelles à leur nid, pointaient des tours blanches et élancées ainsi que des coupoles décoratives qui couronnaient des groupes d’immeubles entourés de galeries. Les édifices ne donnaient pas du tout l’impression d’avoir été construits, ils semblaient avoir été façonnés dans les versants mêmes de cette montagne marine.

Ce que vous venez de lire est la description de l'ile sur laquelle se trouve Aretuza...bref...Malheureuse, se pensant prisonnière de l'école, Yennefer va faire une tentative de suicide (vu la gueule de l'école - je la comprends) mais ça va pas l’empêcher d’aller en cours quelques heures après son hémorragie - et c’est là que commence le réel massacre.
Tassia fait le tour le pièce en racontant des banalités, puis explique comment elle a repéré chacune des adeptes. A ce moment là elle présente Fringilla Vigo qui est dans la classe. Remarquez ma surprise! Évidemment nous sommes loin de la jeune femme des livres

Frigilla Vigo avait des cheveux noirs coupés court, un petit nez, de magnifiques yeux vert et un teint très pâle

Mais, au delà de ça, elle n’a rien à faire à Aretuza! C’est une magicienne Nilfgaardienne! Comment pourrait-t-elle servir l’empire si elle apprend la magie dans les royaumes du Nord? Pour palier à ce problème, on va apprendre dans les prochains épisodes qu’Aretuza assigne des magiciennes à l'empereur pour le conseiller...grand ennemi des royaumes du Nord...C’est absurde! Imaginez si les USA formaient de supers stratèges et ensuite les envoyaient en Arabie Saoudite pour conseiller les terroristes sur la meilleure manière de défoncer les américains - en plus de ne pas avoir lu les livres, les scripts sont totalement cons ma parole!

Mais on va encore plus loin dans la connerie quand on nous présente le principe d'échange équivalent - il faut prendre la vie quelque part afin de lancer un sort. Gros problème ici. Déjà, puis-je savoir quelle vie elles prélèvent dans une fleur coupée pour faire léviter un cailloux? Et la principale question: pourquoi mettre en place ce système putain?! Dans les livres on nous explique que le Pouvoir est puisé dans les éléments tel que l’eau, le feu, la terre et l’air. Ça n’aurait pas coûté plus cher de mettre un bol à la place de la fleur et dire “concentrez vous, puisez le Pouvoir dans l’eau”, on ajoute quelques ondulations à la surface de l’eau et PAF le cailloux se met à flotter. Car du coup, à part ici, jamais on ne verra la contrepartie pour lancer les sorts. Jamais, dans aucune scène on ne verra des êtres vivants mourir autour des magiciennes lorsqu’elles lancent des sorts. Je suis mauvaise langue: Fringilla va sacrifier des gens pour lancer des sorts pouraves, mais ça c’est juste parce qu'elle est “méchante”. Alors que les “gentilles” magiciennes, bien que lançant des sorts bien plus puissants, ne payent jamais de contrepartie.

Au final Yennefer n’arrive pas à faire flotter le cailloux. Puis elle va commencer à apprendre la télépathie mais n’y arrive pas (sauf avec Istredd, grâce au pouvoir de l’amour - de l’AMOUR! Scène sympathique tout de même). Puis vient le moment de piéger des éclairs dans des bouteilles à Tor Lara (putain mais pourquoi ça se passe à Tor Lara?! Jamais des novices n’auraient le droit d’y aller!) mais n’y arrive pas mieux. Puis on découvre que les jeunes filles qui échouent aux épreuves sont transformées en anguilles et servent de batterie à l’école. Mais pourquoi?! D'où sort cette idée foireuse?! Pour commencer, vu les performances de Yen, elle devrait finir en anguille - ça permettrait au moins de donner plus de temps d'écran à Geralt - mais c’est surtout en contradiction totale avec les livres:

Bien que renvoyées, [...] l’influence des magiciennes sur les puissants et toutes les sphères de la vie politico-économique était trop puissante pour laisser les demoiselles sur le carreau. Un havre de paix leur était assuré. Elles échouaient dans la justice. Devenaient juristes.

Mais c’est pas vrai quoi...ça ne fait qu’ajouter du bullshit à la pile de merde concernant Aretuza que Lauren (et son équipe) a créé. J’ai oublié aussi de parler de Istredd qui fait un discours sur les elfes massacrés par des humains et essaye de les peindre en victime en expliquant qu’Aretuza est construite sur leurs tombes. C’est là pour que les elfes que rencontre Geralt dans l'épisode nous inspirent pitié, mais, en plus de dépeindre la situation des elfes de manière totalement biaisée, le pathos ne fonctionne pas car on ne connaît aucun elfe auquel nous sommes attachés.

Magnifique transition pour parler de Geralt. Lauren a choisi d’adapter la nouvelle "Au Bout du Monde". Très bon choix. Ça permet de montrer la situation des elfes, la manière dont Geralt est traité par ces derniers ainsi que d’introduire Jaskier. Mais encore faut-il comprendre que c’est impossible d'adapter cette histoire en moins d'un quart d'heure...Et Geralt n'apparaît que 13 minutes dans cet épisode...j'ai compté.
On voit Geralt 3 minutes au début de l’épisode où il rencontre Jaskier; puis 3 minutes au milieu où il se bat contre la créature en plastique; puis 5 minutes où ils essayent de caser 30 pages de dialogue entre Geralt et Filavandrel (l’elfe) tout en ajoutant de l’exposition pour introduire les non-humains de cet univers; et 2 minutes à la fin avec nos héros libérés (avec un nouveau luth en cadeau) sans raison par les pouilleux aux oreilles pointues. On a au moins droit à la meilleure réplique de toute la série “Respect doesn’t make history” (fr: Le respect n’écrit pas l’histoire), ainsi que la meilleure chanson de top 50 que j’ai entendue dans un univers médiéval. Bref, à part faire un superbe clip-show à la fin de l’épisode, c’est un beau gâchis de la nouvelle.

De l’autre côté des collines, s’étendait un paysage qui descendait en pente douce vers des champs plats composant une mosaïque de couleurs.

L’action se déroule à Dol Blathana, la Vallée des Fleurs, et comme vous avez remarqué avec la description ci-dessus - le décor ne correspond pas trop au livre. Et même si, je l’avoue, l’environnement montré dans la série est beau, j’ai du mal à imaginer des champs dans ces montagnes. Surtout que, du coup, on nous prive de l’histoire de cette vallée - intrinsèquement liée aux elfes qui (pour faire simple) l’ont rendue si abondante mais ne peuvent en profiter à cause des humains. Dommage, sachant que le script essaye de dépeindre les elfes en victime adapter le livre aurait permis de le faire tout en développant l'univers...tant pis.

Finissons par l'inintéressante princesse fugitive: Cirilla. On la voit courir dans la forêt et se cacher des nilfgaardiens, se mettre de la boue sur les cheveux pour masquer leur couleur si particulière. Sauf que c’est une autre séquence qui sert à rien car, faute Michel, Lauren a dû oublier ce qu’elle a écrit dans le scénario car, dans la scène d'après, ses cheveux sont aussi propres que dans une pub Schwarzkopf.
Et ayant autant de temps d'écran que Geralt mais rien à raconter, Lauren Hissrich a compris qu’il fallait donner un acolyte (l’elfe renoi) à Ciri - comme ça elle pourra au moins avoir des lignes de dialogue sans passer pour une folle qui parle seule dans les bois. Elle sort de la forêt pour rejoindre un campement qui sera attaqué à la nuit tombée et elle fuit de nouveau dans la forêt. Ciri revient donc au point de départ de l’épisode, et comme cette péripétie ne semble pas l’avoir perturbée plus que ça: tout ce passage n’a servi à rien.

PS: Les elfes sont très pauvres visuellement. Ils sont vulgaires et les acteurs qui les jouent n’ont pas la tête de l’emploi. Au delà des oreilles pointues, ils devraient être grand, minces et beaux avec un air noble (je pense surtout à la texane qui se défoule sur Geralt). Et c’est aussi le début des problèmes concernant la volonté d’ajouter de la diversité ethnique - comment croire que les elfes sont persécutés alors que visuellement ils ont moins de différences que les noir/asiatiques/caucasiens entre eux? Ça fait écho à des critiques formulées par les afro-américains concernant le film Bright: “il est naïf de croire que le racisme basé sur la couleur de peau parmi les humains sera oublié à cause de l’apparition des elfes, des nains et des ogres”. Et je suis du même avis. Surtout que l’équivalent du continent africain et de la chine existe dans l’univers de The Witcher, mais du coup...dans la série..bah ils n’auront rien de particulier...

ÉPISODE III

L'épisode s’ouvre sur un jeune paysan mourant, blessé par une créature. Et, alors qu’il est entrain d’agoniser, il donne la description exacte de l’origine du monstre. Et c’est un premier WTF? Premièrement, comment sait-il ça? Je suis sérieux - comment? Car, s’il a réussit à identifier la créature et connaît ses origines par cœur, il aurait dû devenir sorceleur - pas fermier. Deuxièmement, je pense que tu as des choses plus importantes à dire quand tu meurs dans les bras de ton père. Et troisièmement, pourquoi mettre cette séquence? En termes de storytelling ça n’a aucun intérêt - Geralt va redire la même chose plus tard dans l'épisode.
Donc le premier sorceleur - qu’on appellera Gerard - ne va rien écouter de ce que le gueux agonisant raconte et va accepter le contrat. Il se rend alors dans une boucherie (où l’on constate que la surconsommation date du moyen âge) et il y mourra bêtement par manque de préparation. Dommage, même s’il n’avait de sorceleur que le nom, Gerard avait une bonne tête...mais il semblerait que son destin est d'être un personnage tertiaire…

On passe ensuite à Geralt en compagnie d’une prostituée. Il finit par se faire virer de la taverne car il n’a pas assez pour payer la chambre mais assez pour payer la gourgandine. D’ailleur, ne se sentant plus péter, le chef de l'établissement ose ajouter que “le sorceleur ne lui fait pas peur” (ma théorie est qu’il est suicidaire). Une musique angoissante démarre alors (sinon la suite de la scène serait encore moins crédible) et Geralt le remet alors à sa place en lui...en lui demandant où est la Témérie...D’accord - y a pas une minute il disait avoir “vécu si longtemps que pour lui tous les noms finissent par se mélanger”.Ok. Mais là nous sommes pas loin de la sclérose! Vous voulez dire que ca fait plus de 60 ans qu’il passe sa vie sur les routes, voyage d’un royaume à un autre, mais n’a jamais vu une carte? Car, pour les profanes qui me lisent: la Témérie n’est pas un village quelconque - c’est un putain de royaume! Un des 4 royaumes de Nord principaux d’ailleurs...
Après environ un quart d’heure de marche Geralt arrive en Témérie, trouve miraculeusement (le destin je suppose) un groupe de mineurs mené, comme par hasard, par le mec qui a perdu son fils au début de l'épisode. Comment Geralt les a trouvés? Pourquoi le décor est aussi moche? Pourquoi ce sont des mineurs? Pourquoi ne connaissent-ils pas le savon? Est-ce que j’ai pas oublié d’acheter le pain? Tant de questions à se poser…

Ces événements sont suivis pas la première apparition de Triss. Vous savez déjà que vous n'allez pas échapper à un extrait des livres pour savoir à quoi elle ressemble. Et bien vous vous trompez - je vais en mettre deux! Par contre, je trouve que l’introduire dans cet épisode n’est pas idiot. Certes elle n’est pas présente dans la nouvelle “La Voix de la Raison”, mais comme elle est la conseillère du roi Foltest il n’est pas illogique de la voir ici.

Triss Merigold, cheveux châtains, gaie, prête à s’esclaffer pour n’importe quelle raison, ressemblait à une gamine. Il l’aimait bien. C’était réciproque.

...

À la lumière des bougies, Triss, tes cheveux sont comme le feu. Et tes yeux comme des lapis-lazulis.

Vous pouvez donc déjà constater qu’en plus d’être devenue tahitienne, Triss n’a plus grand-chose de son air adolescent dans la série. Censée faire beaucoup plus jeune que Yennefer, elle paraît être plus mature et réfléchie que cette dernière...

En soi l’adaptation de la nouvelle n’est pas mauvaise. Le fait que ce soit un décalque du Trailer du jeu The Witcher I ( lien vers le trailer ) n’y est certainement pas pour rien. On vire également Nenneke complètement de la série. C’est un personnage important dans les livres et je me demande comment ils vont se démerder par la suite - c’est juste une énième balle que la série se tire dans le pied. On reparle encore de Renfri comme si elle était importante, mais on s’en fout complètement. Je ne comprends pas pourquoi on insiste autant sur cette fille. Mais s’en suit la réplique avec le moins de sens que je n’ai jamais entendu:

“You say this (monsters and money) is all life is to you, but there is a vortex of fate around all of us, Geralt, growing with each and every one of our choices...drawing our destinies in closer.”

Ça n’a tellement aucun sens dans le contexte de leur conversation que je ne vais même pas me faire chier à traduire. Tout ce que vous avez à comprendre est que le seul intérêt de cette réplique est de caser une autre fois le mot ”destiny” dans la série. Pour essayer de faire passer la pilule des futures retrouvailles de Geralt et Ciri, Lauren n’a rien trouvé de mieux que de caser ”destinée” dans tous les épisodes. Les scénaristes essayent d’en faire un leitmotiv, mais c’est forcé dans 80% des cas. En dehors de ça, je ne comprends toujours pas pourquoi ils ont changé la tête de Foltest? Évidemment on peut dire que c’est du chipotage. Mais lorsqu’on imagine cet épisode avec un Foltest tel qu’il apparaît dans les livres notre perception du personnage change totalement.

Foltest était mince, il avait un joli, un trop joli visage. Il ne doit pas avoir encore la quarantaine, estima le sorceleur.

C’est au tour de la bossue d’Aretuza! Que va-t-il lui arriver cette fois vous demandez vous? Quelles autres épreuves va-t-elle foirer? Et bien, sachez que dans cet épisode elle compte augmenter son estime de soi en baisant (au milieu d’ossements elfes (même si ça n’a rien à faire à Tor Lara) je rappelle) devant une illusion de bourges qui matent la scène. À ce moment-là, tous les spectateurs, se sont pincé le bras pour être sûrs de ne pas être en plein délire tellement ça sort de nulle part. Il y a un tweet de Lauren Hissrich que je suspecte grandement être un troll de 4chan, du moins je l'espère, mais étant donné que c’est la seule explication logique de cette séquence je vais vous le partager:

This is probably one of my favourite scenes. The couple represents Europe embracing diversity, the crowd represents America and they applaud Europe finally joining them culturally and moving forward. This scene is my magnum opus. <3

(supposément) Lauren S. Hissrich

Suite à ça, Yennefer se rend chez le relooker de l'extrême (sosie officiel de Roland Deutsch). Ce dernier ne fait que lui donner une robe grise qui ne lui va pas du tout et s’en va. Après nous avons une sorte de conseil de mages (pitié, mais qu’est ce qu’ils ont fait au Chapitre?) Ou l’on apprend qu’ils attribuent des mages à Nilfgaard (absurdité que ceci), que les cintrasiens détestent les elfes plus que tout (c’est faux) et qu’ils vont envoyer Yen à Nilfgaard plutôt qu’Aedirn à cause de ça…
Yen comprend qu’Istredd l’a trahi (ha! J’avais dit qu’il était louche!) et va évidemment lui faire la gueule. ET LÀ! Révélation soudaine! On apprend que Yen est en faite une manipulatrice ambitieuse doublée d’une connasse qui envoie chier la seule personne qui l’ai jamais appréciée. On commence à se rapprocher des livres. Bon, la scène juste avant elle était encore une victime n’ayant aucune idée de ce qu’elle souhaite faire de sa vie, mais...mais c’est nul en fait! P’tain! Pour une fois qu’ils commencent à viser juste, il fallait que ce soit incohérent avec la merde précédente!

S’en suis un bal entre les magiciennes et les rois sur fond d’une musique dégueulasse (sans déconner vous avez entendu la même chose que moi?), car les rois n’ont rien de mieux à faire que de se rendre tous, en même temps, au même endroit, pour rencontrer leur future secrétaire. Pourquoi!? Réfléchissez un peu! Est-ce que c’est au roi de se déplacer ou à la magicienne? Est-ce que toutes les magiciennes prennent leur poste au même moment? Si oui, qu’arrive-t-il aux anciennes conseillères? Ont-elles une date de péremption et sont remplacées à des périodes précises? Bien sûr que non! Cette scène n’est là que pour montrer Yennefer piquer le poste de Fringilla, car, si c'était aux magiciennes de se rendre à la cour royale, elle ne pourrait pas faire ça. Donc cette absurdité n’est là que pour empêcher le délire autour des origines elfes de Yen de foutre la merde dans l’histoire. Donc littéralement pour annuler le problème qu’ils ont eux-même créé! Pfff...Je vais ajouter que...OK ce n’est pas dit explicitement dans les livres, mais il est assez clair que toutes les magiciennes avaient des difformités. Et comme ici seule Yennefer à un problème physique, quand on voit les magiciennes après leur “transformation”, on ne se dit pas "ah ouais! Voilà qui ajoute du prestige à l'école", mais "OK, elles ont découvert le maquillage et le push up..Très bien...ça valait le coup de sacrifier son utérus pour ça?".
Voilà un autre point important à aborder! Le rituel qui consiste à sacrifier l'utérus. D'où sort cette idée? Pourquoi faire une chose pareille? Passons le fait que c’est juste impossible de le retirer ainsi et qu’il ne sert pas qu’à la reproduction - dans les livres, 90% des magiciennes deviennent stériles, car la pratique de la magie atrophie leurs gonades. C’est d’ailleurs l’existence des 10% fertiles restantes qui pose problème à Tissaia de Vries qui souhaite leur stérilisation, car les enfants auxquels donnent naissance les magiciennes sont difformes. Donc non - cette scène est stupide et est, encore une fois, inutilement trash. (Le seul bon point que je vois est de voir Yennefer piquer le roi promis à Fringilla. Je ne sais pour quelle raison, mais c’est extrêmement satisfaisant.)

Globalement, on peut déjà remarquer que l’argument “on choisit les meilleurs acteurs” utilisé pour justifier un casting “multiculturel” de cette série dans un univers slave médiéval est définitivement caduc puisque n’importe quel acteur débutant aurait pu faire la même chose que les acteurs jouant Fringilla, Triss, Istredd etc...Selon les personnages ce n’est gênant au même degré mais, leur jeux n’apportant pas grand chose, je me demande pourquoi ils n’ont pas choisis des acteurs correspondants aux descriptions des livres. Tant qu’on y est: changer Foltest et Cahir serait pas de refus...

En ce qui concerne les séquences avec Ciri - elles ont réussi à foutre autant la merde dans l’histoire que celles avec Yen, mais en un temps record de 2 minutes. On voit Cirilla faire une crise de somnambulisme et se diriger vers le foret de Brokilone sans raison. Son acolyte black tente de l'arrêter, mais se prend une flèche de la part des habitantes de cette forêt.

C'est la forêt de Brokilone, dit-il. Un territoire où il est défendu de pénétrer. C'est le royaume des dryades sylvestres. Brokilone défend aussi notre flanc. Les dryades ne laisseront jamais personne traverser leur territoire. Les Nilfgaardiens non plus…

...

[Les dryades] ont caché des membres de la Scoia'tael pendant la guerre

Pour information: les Scoia'taels sont des guerriers elfes. Maintenant expliquez moi pourquoi - pourquoi?! - les dryades laisseraient la fille humaine rentrer dans la forêt, mais pas l’elfe qui l’accompagne? Et moi qui croyais que la couleur de peau n’avait pas d’importance dans cet univers…
Bref, vu la suite de l’histoire de Ciri à Brokilone, ce n’est que le début des emmerdes…

ÉPISODE IV

On reprend avec Ciri qui continue de marcher dans la forêt. Elle écarte des branchages et - PAF - elle tombe nez à nez avec un spot lumineux tellement brillant qu’il fait fondre la neige. Une musique totalement anachronique commence mais, heureusement, s'arrête au moment où les “dryades” débarquent.
Enfin, “dryades” est un grand mot. Pour ma part je n’ai vu aucune “archère habillée de vert avec des cheveux ayant des teintes similaires à celles des feuilles”; j’ai vu un groupe de punk à chien avec des dreadlocks équipées de lances et arbalètes. Elles sont censées se fondre dans le paysage mais, ici, ne sont discrètes que grâce à la magie du montage. “Gardez la en joue” dit l’une d’elles - comme si une petite fille perdue représentait le summum du danger. Et réciproquement: qui devrait craindre des sdf armées de lances atteignant à peine le niveau d’une arme de l'âge de pierre. Olalala...mais que c’est ridicule...

[La dryade] s’accroupit près d’eux. Son front était ceint d’une couronne de fleurs, ses longs cheveux tombaient sur ses épaules. À la lumière, on aurait dit qu’ils étaient verts, et peut-être l’étaient-ils en effet. Jaskier savait que les cheveux des dryades pouvaient prendre les couleurs les plus excentriques.

Puis Ciri fait la connaissance d’Eithné Oeil d’argent. Même si on ne prononce pas son nom, n’essaye pas de le nier Lauren, on sait que c’est elle.

Eithné portait une robe vert clair, légère et traînante. Elle était, comme la plupart des dryades, mince et de petite taille, mais son port de tête demeurait fier. [...] La couleur de ses cheveux et de ses yeux rappelait celle de l’argent fondu.

Bon on a une autre rescapée du Wakanda à la place mais on moins elle est en accord avec la tribu qui l’entoure. Et ne commencez pas à me traiter de certains nom (je vous vois venir petits coquins) - c’est clairement un choix du showrunner, il suffit, pour s’en assurer, d'écouter les musiques qui sont jouées durant les séquences à Brokilone.
Franchement, heureusement ça coupe régulièrement sur Yen ou Geralt permettant aux lecteurs de la saga de ne pas regarder ce massacre trop longtemps d’une seule traite. Mais nous, nous allons nous taper tout ce truc d’affilé.
Les dryades ramènent Dara (aka l’elfe renoi), lui retirent la flèche de l'épaule et versent du Limoncello sur la blessure. Et qu’est-ce qu’on apprend?! Que c’est l’eau de Brokilone! Et que tous doivent la boire en arrivant car c’est inoffensif pour les amis mais c’est un poison mortel pour les ennemis. Et puis ça efface les souvenir douloureux. Et ça transforme en punk à chien aussi je suppose… en fait c’est sûrement de la bière bon marché... Encore du n’importe quoi! Cette eau sert à transformer les jeunes filles humaines en dryade, ça ne sert pas de firewall ou d’anti dépresseur! De toute façon à partir de là on comprend qu’il ne reste plus rien du livre. On n'aura pas le droit de voir l’histoire, les personnages ou même les environnements de Brokilone - seulement des spots lumineux toujours tournés vers la caméra. Laissez moi au moins vous offrir une description des lieux:

Duén Canell, le lieu du Chêne. Le cœur de Brokilone. C’était une doline entièrement couverte par les cimes d’immenses arbres verts, baignée de brumes et de vapeurs émanant de la terre, des rochers, des sources chaudes. [...] Les « drôles de maisonnettes », qui rappelaient par leur forme de grandes boules de gui, étaient accrochées aux troncs et aux branches des arbres à des hauteurs variées, juste au-dessus du sol ou plus haut, et même au niveau des cimes.

La nuit tombe et Ciri révèle à Dara sa véritable identité. Elle est l'héritière de Cintra et la petite fille de Calanthe. On a alors droit à une scène se voulant dramatique où son “ami” elfe lui raconte la mort de sa famille à cause des ordres de la reine cintrasienne.

Ses soldats… Je les entendaient rire. Ils ont tué, violé et rigolé en balançant des bébés par les jambes. Ils leur fracassaient le crâne.

Non mais dans quel monde somme nous? (Pas celui du sorceleur apparement.) C’est quoi cette vision caricaturale du racisme? Cette réplique est totalement contre productive, au lieu d'être dramatique, elle est grand-guignolesque. Et je crois l’avoir déjà dis mais je vais le répéter ici et je le répéterai plus loins dans la critique: Calanthe n’avait rien contre les races anciennes et les respectait - surtout qu’elle à du sang elfe dans le veines !

Je n’ai pas peur! [cria alors Ciri.] Grand-mere dit que les dryades ne sont pas mauvaises [...] et qu’il faudrait plus de forêts comme celle-ci.

Ensuite Dara boit l’eau de Brokilone (réservée aux femmes exclusivement dans les livres). Puis Ciri fait de même mais ça ne fait rien. Super! Enfin un élément des livres! Mais comme l’eau n'a plus la même utilité on se demande juste pourquoi ? Si elle était blessée l’eau ne l’a soignera pas? La pseudo-Eithné conduit alors Ciri à la source et elle y boit à nouveau l’eau de Brokilone (car la précédente était coupée il semblerait) et cette fois ça à un effet sur la princesse (donc finalement on envoie chier les bouquins). Elle se retrouve donc dans un désert devant un arbre qui lui demande “Ouesh t’es qui” et la réponse à cette question est le générique de fin. De toute façon, tout comme pour la boue dans les cheveux de l’episode 2, Lauren a du oublié avoir écrit cette scène car on en reparle plus jamais.

Franchement, les passages à Brokilone sont les plus insultants envers les livres et montrent à quel point les scénaristes n’ont pas compris ce qu’ils ont lu. Ca devait être une aventure où Ciri et Geralt font connaissance, deviennent amis et où l’on voit factuellement la puissance de la destinée qui les lie. Mais bien sûr il serait trop demandé d’adapter (je ne parle pas “d’adapter correctement”, mais juste “adapter”) la nouvelle la plus importante du second tome.

Dans leur hubris, les scénaristes ont décidé de caser deux nouvelles dans un seul episode… Choix audacieux sachant que ce sont deux nouvelles majeures ("L’Épée de la Providence" et "Une Question de Prix") et qu’ils ne sont même pas capables de raconter une seule histoire correctement…Je ne vais pas trop m’attarder car globalement, du moins en comparaison avec la partie à Brokilone, la partie avec Geralt est plutôt bonne. Il n’était pas la dans les livres mais les passages avec Jaskier sont corrects. Toutes les femmes se demandent quel est le secret de beauté de Jaskier qui n’a pas prit une seule ride en 15 ans. Nous sommes bien vite refroidis par l’arrivé de Calanthe qui, comme toute bonne souveraine respectable, débarque en armure couverte de sang et s’exprime comme une guenon bourrée qui sort du Macumba Night à 5 heures du mat’. Après ce spectacle ridicule elle nous offre des échanges sympathiques avec Geralt même si on n'échappe pas à des remarques du type “la tradition masculine fait que je ne peux pas choisir un mari pour ma fille” alors qu’on l’a vu faire what the fucking she wants juste avant...bref encore du féminisme totalement inopiné. La révélation de Duny, l’explosion de puissance de Pavetta, le mariage...en faite toutes les choses importantes ne se déroulent pas ainsi dans les livres mais ça passe. Sauf le moment ou Pavetta perd le contrôle sur ses pouvoir, ça c’est vraiment incompréhensible comme changement. Elle n’avait absolument aucun contrôle sur ses pouvoirs - là on a l’impression qu’elle les maîtrise sans problèmes. Cette phrase n'est pas claire? Et bien c'est pas clair dans la série non-plus.

Pavetta hurlait. Tournoyant sur elle-même, elle frappait les choses et les gens de ses cris, comme autant de coups de fouets. Quiconque essayait de se remettre debout tombait, roulait et s'aplatissait contre le mur.

Passons à Yennefer qui a droit à une aventure “originale Netflix” - comme si on avait pas déjà assez de contenu avec les deux nouvelles précédentes. Yen accompagne la reine “Kalis” (sans doute pour faire plaisir aux québécois) qui vient donner naissance à une petite fille. Et, même cette “aventure” n’existe que pour faire un discours féministe, je trouve que c’est le seule moment de la série où Yennefer fait vraiment “Yennefer”. Elles vont se faire attaquer par un assassin et vont fuir en se téléportant d’un décor à un autre. A ce qu’il parait l’assassin est envoyé par le roi qui décide de buter sa femme et sa fille car il n’a pas eu d'héritier mâle (#subtilité, #ledivorceçaexistaitdéjàaumoyenage). Ça se termine par la mort de la reine et du bébé et ça déclenche la séquence qui m’a le plus choqué.
Les magiciennes sont censées être des sybarites prétentieuses, pas des idiotes victimaires ! Les mages de cet univers sont littéralement les personnes avec le plus de pouvoirs et le moins d’obligations qui existent! Et, malgré ça, on a droit à une scène absurde de Yennefer qui dit littéralement qu’il vaut mieux mourir que d'être une femme! Non mais c’est pas possible ! Je suis outré ! On ne l’a jamais rien vu faire quelque chose pour quelqu’un d’autre que pour elle-même, et elle ose faire un discours du type “nous les femmes ne sommes que des réceptacles, snif snif, on nous vide de toute substance et on nous jette, snif, vaut mieux être morte que de vivre ma vie de magicienne et conseillère royale privilégiée”. Nan mais on croirait entendre une bourgeoise parisienne qui perd son temps sur Twitter !
Je suis certain que Lauren s’est dit “C’est trop profond ! C’est trop une métaphore de la condition féminine dans notre société patriarcale !”, mais (en plus d'être complètement faux) s’il y a bien un personnage avec lequel ce discours n’a pas de sens, c’est bien Yennefer ! Elle est sûre d’elle et est consciente de sa puissance. Jamais elle ne ferait ce genre de discours ! D’ailleur avec ce type de mentalité nous sommes en droit de nous demander pourquoi elle souhaite avoir un enfant ? Et que va-t-elle faire si elle donne naissance à une fille ? La noyer dans une bassine comme un chaton “pour son bien”?

Vers la fin de l'épisode, Fringilla retrouve le corps de Calanthe après la chute de Cintra. Un de ses adeptes mange un bout de peau de la reine morte, puis Fringilla ouvre le bide de ce dernier et utilise ses entrailles comme GPS.
Bon, en plus d'être absurde, l’histoire des livres peut être résumée à “il faut trouver le soldat Ciri”. Normalement personne n’arrive à la localiser dans les bouquins (c’est d’ailleurs pour ça que l’histoire est si intéressante) mais il semblerait que Lauren n’ai pas compris ça. En plus, si c’est possible de faire ça, pourquoi ils embarquent pas le corps de Calanthe avec eux? Ils bouffent un morceau de temps en temps et peuvent traquer Ciri sans problèmes...et y a plus d’histoire…

Cette épisode achève tout espoir de voir les livres respectés. J’ai hâte de voir comment lauren et son équipe vont bien pouvoir se sortir de ce bourbier lorsqu’ils tenteront “d’adapter à leur sauce” la suite des bouquins. Il n’y a pas de mal à faire des écarts par rapport au matériau original (cf Le Seigneur des Anneaux ou Game of Thrones) si l’adaptation se veut tout de même fidèle à l’esprit de l’oeuvre et si les modifications sont un minimum pertinentes - contrairement aux aberrations que nous propose cette série.

ÉPISODE V

[Extrait: Dans cet épisode on introduit les dopplers de cet univers. C’est aussi pertinent et représentatif de ces créatures que si, dans un film fait par des extra-terrestres, le premier humain qu’on rencontre était un sadique avec un dédoublement de personnalité… Cahir va donc recruter un doppler au même moment que Sac-à-Souris est sorti d’une cage par Fringilla. “This isn’t who you are” (fr: Ce n’est pas toi) dit-il à la sorcière, créant ainsi le plus gros euphémisme que j’ai jamais entendu, puisqu’il ne reste rien de la Fringilla des livres (ni sa personnalité, ni son histoire, ni son apparence). La sorcière semble être totalement déconnectée - endoctrinée par la “Flamme blanche”. Pour ceux qui ne l’ont pas compris, elle ne parle pas d’un gourou mais de l'Empereur Nilfgaardien. Vous ne le saviez pas? C’est normal, on ne l’explicite jamais. Mais ne vous inquiétez pas, je suis là pour faire le taf à la place des scénaristes.
Cahir rejoint Fringilla et dit “Cours” à Sac-à-Souris et le laisse partir. Mais - Twist! - c'était une feinte! Le pauvre druide (oui je sais - ils ne l’ont jamais dit non plus) se fait rattraper 15 mètres plus loin, rendant la scène précédente inutile. Le doppler touche sa “victime” et prend son apparence et ses souvenirs, mais pas sa personnalité (comme dans les livres) car ce serait trop facile de respecter l’univers. Ne voulant souiller le personnage de Sac-à-Souris plus longtemps, le doppler lui enfonce une lame en plein coeur - évitant au vieux druide d'assister plus longtemps à la catastrophe qu’est le scénario. Regardez bien les enfants, venez plus près! C’est comme ça qu’on vire le meilleur choix de casting de la série!
Sachant que Cahir et Fringilla sont sympathiques dans les livres (encore une révélation), comment vont se dérouler les futures saisons? Bref, en dehors de la course poursuite la plus courte de l’histoire du cinéma, les dialogues étranges, le doppler chelou, la mort de Sac-à-Souris, le comportement machiavélique de Cahir et Fringilla que le fait que rien de tout ça n’existe dans les livres - il n’y a rien de gênant dans cette scène…

On coupe alors à Ciri qui est toujours dans la forêt. Il semblerait que l’arbre de l'épisode précédent a en fait révélé l’identité (les origines) de Ciri aux dryades. Pour cette raison, Eithné - dont le jeu d'acteur se résume à présent à “ouvre grand les yeux et fixe les gens comme un fan qui regarde l’adaptation Netflix d’une oeuvre qu’il apprécie - souhaite que la princesse reste à Brokilone et lui demande “Fais un choix: tu restes ici et la série se termine à la saison 1, ou tu peux arrêter de faire des quêtes secondaires et passer à l’histoire principale”. Quel suspens! J’en tremble d’impatience! Heureusement qu’il faudra attendre seulement la fin de l’episode pour avoir la réponse à cette question.
Donc on reprend 40 minutes plus tard: une dryade monte la garde devant l’entrée de la forêt qui...qui est une ouverture dans un mur en pierre (mais WTF?)... Elle tire un carreau dans la direction d’un homme qui crie “Je me rend! Je suis venu pour la fille!”. Par chance pour le scénario, la dryade pense, ok, je vais faire entrer cet homme inconnu dans notre forêt pour qu’il récupère l’élue aux pouvoirs inimaginables, sachant qu’y a pas 2 heures on a tué deux hommes qui avaient exactement le même but. Et qui qui c’est qui débarque? Le doppler sous la forme de Sac-à-Souris! Et il arrive à récupérer Ciri sans problème! Et il en profite pour apprendre à Eithné que son arbre sacré ne sert définitivement à rien car il n’a pas détecté que la petite est destinée à un sorceleur. Eithné fait donc ce qu’elle sait faire de mieux - ouvrir grand les yeux et caser des répliques pseudo-philosophiques - avant de faire ses adieux à Ciri. Cette dernière quitte donc la forêt en important son esclave réticent...je veux dire “ami dévoué” avec elle. Et tous ceux qui se rappellent du dernier épisode hurlent “MAIS PUTAIN POURQUOI VOUS NE FAITES PAS BOIRE VOTRE PUTAIN D’EAU MAGIQUE A CE MEC SUPER LOUCHE!”. Et la réponse des scénaristes est sans appel: “ta gueule, c’est de la fantasy, ne reflechis pas trop”. Merci. Merci. Merci Lauren pour ce magnifique cours d’ecriture de scenario. Résumons: Ciri arrive a Brokilone et s’en va sans etre changée par les événement (je suppose qu’elle est très résiliente). L’eau de Brokilone aurait pu servir à identifier le faux Sac-à-Souris, mais finalement non. On se retrouve donc avec des éléments introduits mais inutiles dans un récit inutile...Uselessception.]

J'ai atteint la limite de caractères sur Senscritique. Je ne savais pas que c'était possible mais ça l'est. Donc il n'y a tout ici sauf le détail des épisodes 5-8. Pour les voir faudra aller sur ce lien: lien vers le blog (n'oubliez pas d’ajouter les pubs du site à adBlock)

DÉCOUPAGE ALTERNATIF

ÉPISODE I: On garde l'histoire "Le Moindre Mal" comme ouverture de la série et on vire tous les passages avec Ciri. On prend le temps d’adapter correctement la nouvelle, on présente l'univers, les monstres, les sorceleurs (je sais d'expérience personnelle que les profanes n’ont pas compris ce que sont les sorceleurs exactement et quelles sont leurs différences avec les sorciers). Et on utilise cette histoire pour montrer que la frontière entre le bien et le mal est floue, au lieu de le répéter bêtement.

ÉPISODE II: On passe à "Une Question de Prix" avec Pavetta et Duny à Cintra (en évitant de faire passer la reine Calanthe pour une barbare qui parle comme une guenon raciste dans une taverne). Comme c'est un événement majeur, puisqu’en résulte le lien entre Ciri (pas encore née) et Geralt, c'est bien de l'introduire en début de saison. Le spectateur va ainsi développer un attachement émotionnel à ces personnages - rendant ainsi la fin de saison impactant quand tout sera détruit par Nilfgaard.

ÉPISODE III: Puis on passe à la nouvelle "Au Bout du Monde", l'histoire des elfes de Dol Blathana et la rencontre entre Jaskier et Geralt. En plus de respecter les livres (car on prend le temps d’adapter correctement), on introduit Jaskier ainsi que l’histoire de cet univers. On introduit la notion de conjonction des sphères, la "guerre" entre les elfes et les humains. Profitant de l’occasion, on montre que le monde n'est pas aussi simple que "les elfes sont des victimes et les humaines des colonisateurs oppressifs" lors des échanges entre les elfes et Geralt & Jaskier. Le temps des elfes arrive à son terme et ces derniers en sont parfaitement conscients, c’est ce qui rend cette histoire profondément tragique sans non plus trop jouer sur le pathos.

ÉPISODE IV: "Le Dernier Vœux". Les lecteurs de la saga se rendent compte que, pour le moment, je respecte bêtement l'ordre des nouvelles du livre. Et c'est normal puisque c'est le découpage le plus cohérent - l'auteur ne l'a pas choisi au hasard, il y a longuement réfléchi - et ce serait idiot de ne pas le respecter (n’est-ce pas Lauren?). Même si je ne suis pas un fan de montrer la jeunesse de Yennefer, je trouve que l'actrice a bien joué le rôle de l'enfant maltraitée et ce serait dommage de s'en priver. On vire Istredd (et Fringilla évidemment...elle n’a rien à faire à Aretuza), on se concentre sur la jeunesse de Yen lors des premières 20 min de l’épisode, mais on coupe avant de la montrer transformée. Puis on passe à la nouvelle à proprement parler. En revoyant Yennefer, et avec l’aide de dialogues, le spectateur comprend que plusieurs décennies se sont écoulées entre le premier tiers de l’épisode et la suite. On évite des originalités mal venues comme des orgies inutiles (à tout hasard) et on évite de créer du drama à deux balles autour de Yen qui ne connaît pas la nature du vœu de Geralt, et qui le prend comme une appropriation de son Être lorsqu’elle le découvre.

ÉPISODE V: "L’Épée de la Providence" - l'histoire de l'escapade de Ciri et Geralt à Brokilone. Dans l’épisode précédent, le spectateur a assisté à un saut dans le temps avec l'histoire de Yennefer, il ne sera donc pas trop choqué lorsqu’il découvrira qu’on en a fait un d’environ 10 ans depuis le début de la série. On adapte donc la VRAIE aventure à Brokilone - qui est ESSENTIELLE à la relation entre Ciri et Geralt (n’est-ce pas Lauren...). Au lieu de la tribu échappée du Wakanda, on créé de vraies dryades. Vers la fin de l'épisode, Geralt découvre que la petite fille qui l’accompagne est Cirilla, fille de Pavetta, son enfant surprise. Comme le spectateur ne connaît pas les livres, lorsque ça arrive, la surprise de Geralt est comparable à celle du spectateur. Et ainsi, Ciri a déjà rencontré Geralt, s’y est attaché, et leurs retrouvailles dans la suite de l'histoire sont émouvantes et logiques (n’est-ce pas Lauren?!! putain...).

ÉPISODE VI: "Les Limites du Possible" - la chasse au dragon de Geralt et Yennefer. On montre l'attitude relativement froide de Yennefer, et évitons de faire de Eyck de Denesle un con qui se chie dessus par la même occasion. Rendons lui sa noblesse et dignité de chevalier (qui, pour rappel, fait le boulot d'un sorceleur sans demander d'être payé en retour). Ainsi il va représenter une concurrence crédible pour Geralt en tant “qu’ami intime” de la magicienne. On introduit également les pays éloignés comme Ophir et Zerrikania à travers de l'escorte de Borch Trois-Choucas. Ainsi, pour les fanatiques de la diversité ethnique, on voit les premiers personnages de couleur et sommes libre d'en créer de nouveaux par la suite.

ÉPISODE VII: A présent, un retour aux sources - "La Voix de la Raison" - la principale nouvelle du premier tome (et la première histoire à nous être racontée), celle de la Strige, fille maudite du roi Foltest. Même si Triss n'est pas présente dans les deux premiers tomes, ce n'est pas idiot de l'introduire dans cette histoire puisqu'elle est la conseillère de Foltest. On prend à nouveau le temps d'adapter la nouvelle, et on profite pour initier une potentielle relation amoureuse entre Geralt et Triss. Puis, vers la fin de l’épisode, on présente Nenneke (puisqu'elle est importante pour la suite…(Lauren tu écoutes?)) et un peu la religion dans cet univers. On commence également un montage alterné pour se concentrer sur la vie de Cirilla à Cintra et préparer le terrain pour le grand final...

ÉPISODE VIII: Et comme dernier épisode j’ai choisi la chute de Cintra et la fuite de Ciri. Ça crée un dernier épisode mémorable, car nous sommes inquiets pour cette petite fille puisqu'on la connaît déjà et sommes tristes de voir un royaume et des personnages qu’on connaît tomber. Après l'acquisition de ses nouveaux traumas, Ciri erre dans la forêt et assiste à d’autres atrocités, mais finit par retrouver Geralt. La fin de saison est donc en demi-teinte: un mélange de soulagement dû aux retrouvailles et de tristesse à cause de toutes les pertes subies. On aurait eut ainsi une adaptation correcte sans être trop un copié-collé des livres, tout en créant une bonne (et respectueuse) introduction à l'univers.

Voilà qui serait une bonne base pour une série de 7 saisons (!) - de bonnes fondations en pierre - contrairement au château de cartes que nous ont offert Lauren Hissrich et son équipe de bras cassés.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 9176 fois
97 apprécient · 18 n'apprécient pas

Autres actions de Radegast The Witcher