👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Malmené tel un Yes-Man durant toute la production de Dune, œuvre qu'il désavouera, David Lynch gravit cependant rapidement les échelons de la reconnaissance, mais hélas pas assez pour être en mesure de livrer sur l'heure une troisième saison à la série Twin Peaks. Ce n'était que partie remise. Il le savait bien. C'est pourquoi il se lança dans la conception de Twin Peaks : Fire Walk with Me, prologue aux apparences horrifiques retraçant les derniers jours de Laura Palmer. Le film se montre bien plus violent et obscure que la série, trahissant ainsi chez cette dernière une forme d'autocensure ainsi que la prédominance de la patte du "modéré" Marc Frost. Les années passent. Le Maître du surréalisme s'endurcit avec l'antipathique Lost Highway, le pessimiste Mulholland Drive, et le crépusculaire Inland Empire. Puis en 2015, la saison 3 est annoncé. Enfin 2017 marque l'arrivée de cette ultime saison.

Comme on pouvait le prévoir Twin Peaks 2017 est autant une œuvre somme qu'une séquel. Cette saison est celle de David Lynch, ce qui aggrave plus encore le syndrome Marc Frost du Grand Oublié, tant l'on s'interroge sans cesse sur son niveau d'implication dans le projet. Le vieillard à la coiffure saugrenue ne veut plus mettre de gants et est décidé à remettre le public à sa place. "Vous voulez du Twin Peaks ? Vous aurez du Las Vegas !" Une sage décision, car rien n'est pire qu'une œuvre prise en otage par son public (Game of Thrones si tu me lis...). Par conséquent les trois premiers épisodes sont dépourvus d'un quelconque dynamisme, de musique, les dialogues sont minimalistes, les scènes s'étirent dans la longueur, de même que les plans, rappelant certaines scènes de Lost Highway. Lynch, c'est la science du silence, peu importe le moment, les personnages communiqueront avant tout par le regard. Leur désarroi, leur joie, leur surprise passeront par le regard. La multiplication des champs/contre-champs entre chacun d'eux leur permet de laisser libre court à leur émotion. Mieux encore, après avoir expérimenter dans le son, la photographie, les dialogues, la narration, la mise en scène, il s'est attaqué au montage en lui-même. L'étrangeté passe dorénavant par celui-ci, en résulte ainsi une scène comme le début de l'épisode 3, où l'avancé de Cooper semble entravé par une force invisible qui hache les images. Une magnifique représentation de l'humour Lynchien et dieu sait qu'il en a ! Mais ceci n'est pas gratuit, cette prise de position radicale permet la mise en place d'une atmosphère dépressive, obscure, fascinante. Par la suite, Lynch se montrera ponctuellement hilarant ("HELLOOOOoooooOOOO !") ou touchant (la scène dans laquelle Dougie passe la nuit devant une statue). En choisissant de distiller les émotions ça et là au milieu d'un océan de noirceur, Lynch leur permet une meilleure mise en valeur. Mais son génie réside en le fait de conjuguer noirceur, pessimisme, surréalisme, et émotion à la fois (l'épisode 18...). Dans le même ordre d'idée, la musique ne sert plus une ambiance jazzy/décontractée, mais est dorénavant vecteur d'émotion appuyant de la façon la plus onirique qui soit les moments clés.

Quant aux personnages, c'est une véritable mosaïque que nous propose Lynch : Douglas Jones, Bob, Gordon, Norma, Shelly, Becky et cetera. Les acteurs sont très nombreux, très prestigieux, et tous excellents (Kyle McLachlan, Tim Roth, Naomi Watts, Jennifer Jason Leigh, Monica Bellucci, etc...). A travers tout ceci, notre vieillard favoris dépeint la quête d'un homme progressant dans le milieu criminel (Bob), une jeunesse qui répète sans cesse les mêmes erreurs (Becky), une réalité absurde (Douglas), la reconquête d'un amour abandonné (Ed) entre autres.

En bref. Cette saison 3 marque la fin de la carrière d'un grand réalisateur, dont le cinéma est arrivé à maturité. Vous pensiez avoir tout vu avec Mulholland Drive, vous vous trompiez. Twin Peaks 2017 est l'un des plus curieux objet filmique existant : d'abord difforme, obscure, puis tel Elephant Man, sympathique voire émouvant...

Alex__
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 4 ans

7 j'aime

2 commentaires

Twin Peaks
chtimixeur
5
Twin Peaks

Des hauts très hauts et des bas très bas

Diane, il est 18h49, et alors que je m'apprête à quitter définitivement le Grand Northern Hotel, je vais vous faire une confidence, et vous dire tout haut ce que beaucoup de sériephiles refusent...

Lire la critique

il y a 10 ans

182 j'aime

41

Twin Peaks
Sergent_Pepper
9
Twin Peaks

[Mise à jour saison 3] “You’re on the path, you don’t need to know where it leads, just follow”

Critique de la saison trois : Il y a toujours fort à appréhender à retrouver quelqu’un après 25 ans de séparation, surtout quand la personne n’a pas donné de nouvelles depuis près de 11 années. On...

Lire la critique

il y a 8 ans

180 j'aime

19

Twin Peaks
Moizi
8
Twin Peaks

J'ai rien à dire...

Twin Peaks est, de mémoire, la première série que j'ai regardé par moi-même (comprendre que je ne suis pas juste tombé dessus en regardant la télé) et je ne l'avais jamais finie. La revoyant en...

Lire la critique

il y a 2 ans

65 j'aime

11

Twin Peaks
Alex__
10
Twin Peaks

Ceux qui rêvent de jour...

Malmené tel un Yes-Man durant toute la production de Dune, œuvre qu'il désavouera, David Lynch gravit cependant rapidement les échelons de la reconnaissance, mais hélas pas assez pour être en mesure...

Lire la critique

il y a 4 ans

7 j'aime

2

Star Wars - Les Derniers Jedi
Alex__
5

L'audace de surface...

Une direction, une idée, un but, une justification : voilà ce que semblait déceler Star Wars VIII. "Laisse les vieilles choses mourir", cette réplique de Kylo Ren aurait pu constituer le coeur de...

Lire la critique

il y a 4 ans

5 j'aime

A Cure for Life
Alex__
6

A Cure for Panic Shutter Shining Island

Supposément lassé des blockbusters bien mastocs et des singeries de Johnny Depp, Gore Verbinsky revient vers le genre du thriller, et semble amorcer son entrée vers un cinéma plus personnel. En...

Lire la critique

il y a 5 ans

4 j'aime