Si on divise l'infini par deux ou trois, ça fait toujours une note énorme

Avis sur Utopia (US)

Avatar Broutchlague
Critique publiée par le

J'aime pas l'appellation "fan". Elle renvoi au fanatisme, à l'absence total de recul et d'esprit critique, au dogmatisme... Bref, que des choses qui me dérangent...

Il est donc très rare que je me définisse comme "fan" de quoi que ce soit. Mais comme toute règle a ses exceptions, il existent quelque rares oeuvres que je trouve tellement over méga génial, que je ne peux décemment pas refuser ce qualificatif. Utopia version Anglaise de 2013 est de celle là.
Sans doute mon oeuvre audio-visuelle préférée entre toute (si vous n'avez pas vu, arrêtez de me lire immédiatement et allez la voir, c'est un ordre!!).

On imagine alors facilement le mélange d'intérêt et d'appréhension qui m'a sauté dessus à l'annonce d'un remake américain.

J'étais de base très dubitatif. Déjà, bon, quand l'Oncle Sam s'amuse à "Mac Donaldisé" les oeuvres étrangères, ça a tendance à m'agacer. Ensuite, je savais pertinemment que le résultat n'avait aucune chance (mais genre 0 quoi) d'atteindre la maestria de la série d'origine. Enfin, je fais partie des rares "fans" de la Série Anglaise qui n'a pas été spécialement frustré/dégoutté de sa déprogrammation et de l'absence de fin claire ; au contraire, j'ai tendance à trouver que c'est plutôt une très bonne chose avec du recul (ça évite que la série se perde en tirant en longueur comme c'est très souvent le cas, elle avait dis l'essentiel de ce qu'elle avait à dire et enfin, cette fin "ouverte" laissait l'occasion au spectateur de combler les vides et ancrait encore d'avantage la Série dans le Réel, puisque comme dans la vraie vie, on ne sait pas comment tout ça va se finir).

Bref, je n'avais guère d'illusions, ni d'attente sur ce Reboot. Mais j'ai quand même regardé parce que de une, Utopia quoi, mayrde, et de deux, j'ai mes beaux parents qui m'ont partagé un compte Amazon, donc c'était cadeau.

Et bien j'ai été plutôt agréablement surpris.

Certes, la Série est très loin d'atteindre le niveau de l'original (mais à l'impossible nul n'est tenu), certes, on sent une touche plus US qui me parle moins que le ton British, certes la grande majorité des acteurs sont moins convainquants que leurs prédécesseurs (aucun n'est aux fraise cependant), certes ça fait pas mal remaché, certes il y a de petits soucie à droite à gauche, certes je conseillerais à personne de commencer par cette version....

MAIS

On sent que les auteurs de cette série sont de vrais amateurs de la première version et qu'ils ont tenté de lui rendre hommage et pas juste de surfer sur une licence bankable (elle ne l'était pas vraiment d't'façon) ou de profiter d'un concept existant par fainéantise.
Il y a un vrai effort d'ambiance, d'adaptation (entre fidélité et petites surprises/modif').
On garde (en moins bien) les principaux ingrédients qui ont fait de cette série un must et le tout est géré avec professionnalisme, du coup, ça reste une très bonne expérience Télévisuelle.

Elle se paye même le luxe d'avoir quelques détails qui je trouve, apportent un plus vis à vis de l'original :
Déjà, Jessica Hyde, je trouve son look plus crédible dans cette version ; la version Anglaise était un chouilla trop "propre sur elle". Là on sent plus la nana qui vit dans la clandestinité et dans les caniveaux depuis des années. Son instabilité psychologique me semble aussi mieux mis en scène et elle va plus loin dans le borderline aussi (sans spoiler, mais on verra vite de quoi je parle). Elle perd simplement en badassitude, mais bon, on peut pas tout avoir.
Ensuite le générique est sympa.
Le personnage de John Cusack est aussi très sympathique (enfin, quand je dis sympathique, je me comprends).
Bref une série qui trône au dessus de la grande majorité du paysage audio-visuel actuel et dont la seule vraie faiblesse finalement, c'est sa comparaison avec "le Maitre".

A voir pour prolonger l'expérience donc.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 336 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Broutchlague Utopia (US)