Altered Carbon
6.6
Altered Carbon

Série Netflix (2018)

Voir la série

En préambule de cette critique je précise que je n'ai pas lu les bouquins.
Mais venons en à un bien noir secret : j'aime bien Joel Kinnaman. Ce type qui traîne dans pas mal de projets maudits depuis un certain temps. Mais à chaque fois, Joel il a l'air d'y croire vraiment et me fait un peu penser à un JCVD des temps modernes (en moins charismatique faut pas déconner non plus). De plus il arrive quand même à livrer une performance correcte dans House of Cards, soyons sympas.


Ceci dit passons à Strontium Endommagé...


Ça sentait bon...


Netflix annonce une pure série SF, basé sur un livre apparement de qualité, avec de bons concepts en réserve. La bande-annonce montrait un univers bladerunneresque (je pense que ce mot existe), une ambiance noire bladerunneresque et une idée originale ghostintheshellienne (celui là aussi), mais tout en ayant l'air d'avoir sa propre identité et sa pierre a apporter à l'édifice.
Autant dire que j'attendais non pas sans impatience cette nouvelle série dont les premières images étaient assez belles, en sachant également qu'avec les moyens de production de Netflix, il y avait moyen de pondre quelque chose de solide.
Sur le casting, la présence de Joel m'enthousiasmait et m'angoissait, de part sa carrière maudite mais tout en espérant le jour de sa rédemption venu, quitte à ce que cela ne soit pas au cinéma.
A noter également la nostalgie en voyant la tête du méchant de Resident Evil 1 (saga si souvent décriée et pourtant tellement riche...).


En réalité...


La série a au moins l'honnêteté de ne pas se prendre pour ce qu'elle n'est pas et ne déviera pas de sa ligne directrice, posée dès les premiers épisodes.
Effectivement, très vite, on sait à quoi s'attendre : du sexe, de la baston, des discours philosophes en voix-off, des twists en pagaille.
Pas vraiment de subtilité ou de réflexion bladerunneresque ou ghostintheshellienne à l'horizon, et pas d'originalité non plus. Et c'est un peu dommage car vu le potentiel au départ, on se retrouve devant une série d'action, qui relève un peu la faiblesse de son scénario en enchaînant de la bagarre et du trash.
Les rares allusions au changement de corps et à l'immortalité sont limitées à deux ou trois bonnes idées mais que la série va user jusqu'à la corde jusqu'à la fin de la série...
Les personnages sont hélas limités à des clichés, très lisses, la palme revenant au sbire fanatique asiatique et à sa catchline pré-meurtrière subtile et originale : "Are you a believer ?".
Hormis l'IA de l'hôtel qui tire son épingle du jeu, pas grand chose à tirer de ce côté la.
Au niveau de la réalisation, c'est correct mais pas de plans marquants ou originaux, la musique est loin d'être marquante.


L'âme


Le problème à mon sens de Bismuth Esquinté, réside dans le fait qu'elle devient exactement le reflet de ce qu'elle est censée critiquer : une série qui ne mise que sur le sexe et la violence pour exister.
On en arrive à n'avoir aucune empathie pour les protagonistes même quand il meurent "pour de vrai" (lorsque leur unité de stockage dans la nuque est détruite), du fait du peu d'attachement qu'on a pour eux.
Beaucoup de scènes de sexe dans la série, mais servant peu le propos, et surtout la pour choquer. On est bien loin des performances de Blade Runner 2049 ou de Her où en montrant peu, on dit bien plus...
Les rares pensées philosophiques de Joel et de sa mentor en voix off n'apportent que bien peu de réflexion en plus, je cite par exemple : "La mort est inévitable...et la mort est douloureuse".
L'univers est sans âme et on arrive peu a se représenter la vie dans ce futur, le quotidien de ses habitants, tant les décors sont vite traversés, tant le rythme de la série est frénétique, centré sur l'action et une intrigue un peu plate.


Triste déception donc, devant ce Nickel Defectueux avec au final peu d'originalité, quelques bonnes idées trop rares, des personnages lisses et un dénouement très convenu.
Pour résumer : c'est beau...mais c'est con.
Et toujours pas de rédemption pour Joel T_T

Tom_Méchant
4
Écrit par

Créée

le 8 févr. 2018

Critique lue 7.3K fois

66 j'aime

19 commentaires

Tom_Méchant

Écrit par

Critique lue 7.3K fois

66
19

D'autres avis sur Altered Carbon

Altered Carbon
Sarakyel
4

Une belle enveloppe vide

Le roman Carbone Modifié relate une enquête complexe aux forts enjeux moraux et sociaux, qui se déroule dans un univers fascinant où la transhumanité a rendu obsolètes les concepts tels que le...

le 3 févr. 2018

59 j'aime

17

Altered Carbon
boomba
7

Thriller intemporel sur décor de SF

Je suis allée au bout de la saison 1: si j' m'étais arrêtée aux 3 ou 4 premiers épisodes, ma critique et ma note auraient été bien plus amères. Mais il faut lui reconnaitre ses qualités, c'est une...

le 6 févr. 2018

44 j'aime

14

Altered Carbon
Velvetman
7

Mind in the shell

Avec ses allures de grands blockbusters hollywoodiens, la nouvelle série de Netflix, Altered Carbon, est une réussite. Même si le résultat n’est pas toujours très finaud, la série arrive parfaitement...

le 19 févr. 2018

42 j'aime

3

Du même critique

Psychotique
Tom_Méchant
9

J'irai psychoter chez vous

Travaillant dans le milieu depuis quelques temps et ayant entendu parler en terme élogieux par un collègue de cette BD fraichement sortie, je livre cette critique après avoir fini l'ouvrage d'un...

le 8 avr. 2019

4 j'aime

The russian woodpecker
Tom_Méchant
8

Fallout Investigation

Il était tard, je pensais m'endormir devant un de ces documentaires Arte un peu farfelu qui parsèment la programmation de la chaîne. Que nenni mon p'tit gars ! Fedor Alexandrovitch C'est par le biais...

le 1 mai 2016

4 j'aime

1

Annihilation
Tom_Méchant
9

Shimmer this !

Vous ne verrez pas ce film en salle. Et c'est lamentable. Une de mes meilleures expériences de cinéma a été de voir Under The Skin en salle : un trip hypnotique avec une dizaine de braves inconnus...

le 13 mars 2018

4 j'aime

5