👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le nombre de raisons qui font d’Arrested Developpement une série de très haut vol est à peu près celui du nombre d’épisodes. Tentons tout de même d’en discerner quelques-uns.

1. Les comédiens sont tous, sans exceptions, absolument géniaux. Diction, aplomb, finesse du jeu et de la fluidité des échanges, tout est ciselé à la perfection, et au service d’un si grand nombre de conneries qu’on en félicite d’autant plus le professionnalisme (les bêtisiers témoignent de leur difficulté à garder leur sérieux)

2. Les producteurs ont oublié d’ajouter à la bande son des rires enregistrés, pratique normée pour les formats de 20 minutes. Qu’ils en soient remerciés.

3. A la place, ils ont ajouté une voix off. Non seulement elle permet de resserrer encore l’écriture en évitant aux personnages de tout expliquer, mais de par sa tonalité sarcastique et omnisciente, elle pimente le premier récit de commentaires acerbes.

4. La dynamique des épisodes, extraordinairement denses, se fonde sur la gestion de la famille et de tous ses personnages : la structure canonique disperse les délires dans la première partie pour les faire généralement converger vers un final apocalyptique où chaque élément prend sa place dans un puzzle grotesque et absurde.

5. Dans toute série, on a un personnage préféré, celui sur lequel tout semble reposer tant il est original et pivot de toute la force comique du show : ce fut Barney dans HIMYM, Sheldon dans BBT. Dans Arrested Developpement, TOUS les personnages ont cette puissance : pas de remplissage, mais un plaisir continu de naviguer d’un taré à un autre.

6. Les arcs étant aussi loufoques que les personnages, tout est toujours possible quant à l’intrigue : dans ce joyeux effondrement, les twists s’enchainent et se répondent, jusque dans les fausses bandes annonces des épisodes suivants.

7. La qualité croissante des acides consommés au fil des saisons par les scénaristes, vers des sommets de non-sens absolument hilarants.

8. Enfin, garantie finale du plaisir, l’absence assumée de moralité : la famille est un cauchemar qui consiste à supporter les déviances de chacun et à pourrir les autres des siennes. L’Irak, la drogue, l’homosexualité, la nymphomanie, l’immigration la magie : tout y passe, sans soucis de retomber sur les rails d’un discours convenu et lissé.

(je n’ai pas encore vu la saison 4, apparemment moins convaincante)

il y a 8 ans

72 j'aime

11 commentaires

Arrested Development
Hameçon
10

53 épisodes de bonheur

La série la plus drôle du monde. Je déteste crier au génie, mais Arrested Development est une série géniale. En plus d'être une série intelligente, elle ne prend pas ses téléspectateurs pour des...

Lire la critique

il y a 11 ans

72 j'aime

16

Arrested Development
Sergent_Pepper
9

Série, mode d’emploi.

Le nombre de raisons qui font d’Arrested Developpement une série de très haut vol est à peu près celui du nombre d’épisodes. Tentons tout de même d’en discerner quelques-uns. 1. Les comédiens sont...

Lire la critique

il y a 8 ans

72 j'aime

11

Arrested Development
Le_Sabotageur
10

Meilleure.sitcom.jamais

Comme je suis actuellement au quatrième visionnage de l'intégrale d'AD, j'me dis que ça mérite quand même une critique. AD est la sitcom parfaite. Je ne dis pas que certaines n'aiment ou n'aimeront...

Lire la critique

il y a 11 ans

17 j'aime

2

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

710 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

648 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53