"Degrassi: Next Class", ou le traitement trop léger de problématiques lourdes

Etant très intéressé.e par les séries mettant en scène des adolescents, parce qu'elles abordent souvent des sujets intéressants (comme Skins (UK), par exemple), j'ai décidé de donner une chance à cette série, qui fait suite à plusieurs autres "Degrassi".


"Next Class" aborde des problématiques véritablement intéressantes. Sont ainsi traités les thèmes de l'addiction aux médicaments, de la maladie, du cyberbullying, de l'identité sexuelle, de l'utilisation des réseaux sociaux, du féminisme, des relations parents-enfants ou encore du sexisme (en vrac). Le casting est assez divers, avec notamment des personnages non hétéros et non blancs, une jeune fille portant le voile et une autre aux cheveux colorés. C'est appréciable, un peu de représentation est toujours bonne à prendre. C'est une série qui se veut "dans l'ère du temps", avec des références actuelles (un peu trop ?).


Et malgré tout.. Déception. Je n'aurais pas du m'attendre à grand chose, certes. Mais j'ai trouvé le traitement de ces diverses problématiques extrêmement superficiel.


Par exemple, Maya se dit non-féministe, et soutient le fameux stéréotype en vertu duquel tous les individus féministes ne sont que de pauvres frustrés qui haïssent les hommes. Mais suite à une conversation d'approximativement douze secondes avec la présidente du club féministe, la voilà transformée et prête à soutenir une cause en laquelle elle ne croyait pas. Il aurait été intéressant qu'elle s'intéresse à ce mouvement de manière plus profonde et qu'elle décide d'y adhérer en connaissance de cause, plutôt que de se contenter d'approuver ce qu'elle rejetait en bloc quelques instants auparavant.


J'ai également été consternée par les clichés véhiculés par cette série, sous prétexte de mettre en lumière certaines difficultés rencontrées par les adolescents.


L'étudiant blanc rendu violent par les jeux vidéos qui amène une arme en cours pour tuer méthodiquement tous.tes. celleux qui lui ont "fait du mal", on a connu plus subtil.


Je suis tout à fait consciente qu'une série au format court ne peut pas se permettre de tout traiter. C'est évident. Mais un peu plus de profondeur aurait été de mise, surtout quand on sait que cette série vise spécifiquement un public adolescent qui cherche à s'identifier aux situations proposées.


"Degrassi: Next Class", ou comment gâcher une idée de départ plutôt plaisante en effleurant à peine les questions plutôt que de s'y intéresser véritablement.

Graay
3
Écrit par

Le 14 avril 2016

6 j'aime

Degrassi: Next Class
Gzaltan
7

Degrassi le re-re-re-retour.

Aaaah Degrassi, mon époque, c'était celle d'Emma, Spinner, Paige, Craig, Manny et compagnie. Il faut dire qu'à chaque génération, nous avons le droit à une nouvelle série. Et si nous cumulons le...

il y a 4 ans

2 j'aime

2

Degrassi: Next Class
Corsicanna
3

Fade releve non assuré pour le moment

Certes je n'ai plus l'âge d'être au lycée mais bon. Autant j'adorais Degrassi la nouvelle génération on va dire jusqu'à la saison 11 autant la je trouve ça... vraiment superficiel et sans...

il y a 6 ans

Degrassi: Next Class
Graay
3

"Degrassi: Next Class", ou le traitement trop léger de problématiques lourdes

Etant très intéressé.e par les séries mettant en scène des adolescents, parce qu'elles abordent souvent des sujets intéressants (comme Skins (UK), par exemple), j'ai décidé de donner une chance à...

il y a 6 ans

6 j'aime

Paterson
Graay
9
Paterson

"I breathe poetry"

Montez dans le bus et laissez-vous embarquer. "Awesome! A bus driver that likes Emily Dickinson!", un poète amoureux qui remplit son carnet tous les matins avant de prendre son poste. Paterson, en...

il y a 6 ans

2 j'aime

Trans, c'est mon genre
Graay
9

Critique de Trans, c'est mon genre par Graay

Un très beau documentaire, en toute simplicité, avec une diversité appréciable dans les personnes interviewées (jeunes et moins jeunes, en couple ou célibataire, à différents stades de leur...

il y a 6 ans

2 j'aime