Mindhunter
7.8
Mindhunter

Série Netflix (2017)

Voir la série

Je ne suis pas le genre de personne à "binge watcher". Généralement, je regarde mes séries à coup de 1 épisode tous les deux ou trois jours. Les seules séries pour lesquelles j'ai pu regarder plus de trois épisodes d'affilé sont The Shield, The Wire, True Detective, et récemment Mindhunter.
En effet, j'attendais un peu cette série comme le messie, fan du style Fincher et particulièrement intéressé par les cops shows noirs et psychologiques. Autant dire que je n'ai absolulent pas été déçu par Mindhunter qui regroupe absolument tout ce que j'aime au cinéma et dans la série télé.


De toute façon, dés l'entame du premier épisode, je savais que ça allait être du lourd. La scène d'introduction est sans aucun doute l'une des plus belles séquences de 2017, tous médiums confondus. La précision chirurgicale des cadres et du montage de Fincher couplés à un scénario en béton, des dialogues fins et dynamiques et une interprétation parfaite donnent un cocktail de perfection rarement vu à la télévision. Lorsque le générique a défilé pour la première fois devant mes yeux, j'étais déjà bouche bée.


J'ai vu énormément de gens se pleindre de la tournure qu'a pris la série au fur et à mesure des épisodes, certains se pleignant de sa lenteur, d'autres de ses personnages principaux ou encore du manque de serials killers et de séquences marquantes.
Ce qu'il faut bien se dire, c'est que cette série retrace les origines de ce que l'on appelle aujourd'hui "profilage". La traque des tueurs en série basée sur l'étude de leur comportement. Autrement dit la base de 90% des séries policières populaires. Esprits Criminels, Les Experts, Mentalist, j'en passe et des meilleures, toutes ces séries qui traitent du profilage de manière plus ou moins superficielle, ajouté à cela le nombre incroyable de bouquins, de films et d'émissions consacrées à ça, la discipline est rentrée dans la culture commune. C'est pourquoi lorsque les personnages de Mindhunter essayent de trouver une terminologie cohérente concernant les tueurs en série et essayent d'établir plusieurs profils psychologiques types, le spectateur lambda a une impression de déja vu.


Sauf que justement je trouve que la manière dont ils traitent le sujet est ecellente car on a l'impression de revenir à la génèse de tout cela et de réapprendre les bases véritables avec, pour une fois, un véritable enjeu à la clef. Je met au défi quiconque capable de me trouver des séquences d'interrogatoires de tueurs en série au moins aussi puissantes que celles de Mindhunter. Le travail de reconstitution est incroyable de précision, la mise en scène est parfaite et l'interprétation renversante.


Second point sur lequel beaucoup de spectateurs se sont pleints, le personnage de Holden Ford. Il est justement celui qui m'a fait accrocher à la série. Je me suis totalement projeté en lui. Il a un objectif clair et précis et il ne laisse rien se mettre en travers de sa route pour atteindre cet objectif, même si cela doit totalement le transformer psychologiquement. Il est beaucoup plus subtil qu'il n'y paraît et sa relation avec sa petite amie comme son coéquipier sont essentielles dans son évolution, ce qui donne lieu sans aucun doute aux séquences les plus intéressantes de la série. Sa personnalité et sa façon d'être a trois types de répercussion différentes : sur son travail, sur sa vie privée et sur sa relation avec son coéquipier. Cette dernière est d'ailleurs l'un des points forts de la série. Le personnage de Holt McCallany (magistral en Bill Tench) est extrêmement intéressant. Je regrette cependant que leur relation ne soit pas aussi poussée que dans True Detective, autre série dont le duo de flics présentait des ressemblances évidentes avec celui ci.


Je reproche également un ventre mou en milieu de parcours avec trois épisodes un peu plus faiblards et classiques, mais le trio d'épisodes finaux vous captivera à coup sur.


En clair, une excellente série policière, magistrale sur le plan technique et intelligente sur le plan scénaristique. Encore aujourd'hui, je ne comprend pas la vague de critisues négatives concernant Mindhunter car elle fait pour moi partie de ce qui se fait de mieux sur Netflix et à la télevision.


En clair, je la conseille les yeux fermés. Du grand art !

Scorcm83
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 18 nov. 2017

Critique lue 497 fois

1 j'aime

Audric  Milesi

Écrit par

Critique lue 497 fois

1

D'autres avis sur Mindhunter

Mindhunter
Sergent_Pepper
7

Sequence killers

La série est devenue depuis lontemps une œuvre à part entière, et ne se contente plus d’être un divertissement low cost en adéquation avec la médiocrité ambiante du petit écran. Les cinéastes s’y...

le 22 oct. 2017

131 j'aime

17

Mindhunter
Mayeul-TheLink
8

Le lien entre catharsis et dégoût chez l'esprit humain

La critique de la première saison est suivie de celle de la seconde. On a vu se développer dans le monde de la série assez récemment une certaine mode du genre policier tendant à utiliser comme...

le 15 oct. 2017

93 j'aime

13

Mindhunter
potidrey
8

Après Se7en et Zodiac, Fincher revient à son sujet de prédilection

Mindhunter, la nouvelle série de David Fincher sur Netflix après House of Cards est encore une fois un petit bijou à l’esthétique hyper léchée et à l'unité de mise en scène bluffante. Après Seven et...

le 15 oct. 2017

44 j'aime

6

Du même critique

Black Mirror : Blanc comme neige
Scorcm83
9

Critique de Black Mirror : Blanc comme neige par Audric Milesi

Cet épisode spécial White Christmas est un cas d'école. Il met en exergue l'importance du comédien au sein d'une oeuvre audiovisuelle. J'en fais peut-être trop, mais en cours de visionnage, c'est ce...

le 20 nov. 2016

8 j'aime

1

L'Anatomie du scénario
Scorcm83
8

Critique de L'Anatomie du scénario par Audric Milesi

Autant je reprocherai à ce livre son aspect dogmatique et le côté très "donneur de leçons" de John Truby, autant je ne peux que constater son utilité pour un jeune auteur qui souhaite...

le 28 nov. 2017

7 j'aime

4

The Neon Demon
Scorcm83
7

Mi-Drive, Mi-OGF, un nouveau style ?

The Neon Demon est un film que j'attendais particulièrement, étant fan du travail du réalisateur danois depuis ses débuts et extrêmement intéressé par le scénario, autant dire que mes attentes...

le 21 mai 2016

7 j'aime