Voir la série

En janvier 69, les BEATLES sont fatigués et tendus par cinq mois d'enregistrement du Double Blanc où les individualités ont pris le dessus sur l'esprit de groupe : John ne quitte plus Yoko et s’enfonce dans les drogues dures, George s’investit dans la production d’artistes Apple et Ringo pense à des projets cinématographiques. Seul Paul tente de maintenir l’unité du groupe et se retrouve, de fait, dans la position du leader et de l’initiateur.

Pour les BEATLES, l’objectif du projet Get Back est de composer 14 nouvelles chansons qui seront enregistrées en public pour un album inédit + un film sur les répétitions afin de remplir le contrat passé avec United Artists. C’est Michael LINDSAY-HOGG qui tient la caméra pour 60 heures de captation à partir desquelles Peter JACKSON réalise la présente série (également alimentée par 150 heures d’enregistrements audio). Ainsi, The Beatles : Get Back est le fruit d’un gros travail de montage et de restauration.


La partie 1 se déroule dans l’immense et glacial studio de Twickenham, peu propice à resserrer les liens du groupe, et donne lieu à des répétitions laborieuses et peu productives. Seul Paul est créatif et se démène pour entrainer ses partenaires. Il m’a d’ailleurs fait passer un sacré frisson lorsque seul avec une guitare acoustique, on le voit ébaucher ce qui deviendra la chanson titre…
Ce pitoyable épisode se termine même dans la confusion puisque George – qui ne peut s’exprimer librement – décide de quitter le groupe…


Dans La partie 2, John, Paul et Ringo parviennent à convaincre George (après plusieurs jours d’incertitude) de réintégrer le groupe moyennant l’abandon du concert dans le cadre d’une émission TV. Puis, le quatuor déménage pour s’installer dans les studios Apple (expressément conçus pour eux) à Savile Row. L’atmosphère se réchauffe sensiblement, et les BEATLES semblent retrouver cohésion et inspiration. Leurs répétitions vont même être boostées par l’arrivée du claviériste Billy PRESTON qui va leur permettre de finaliser leurs compositions, notamment le morceau Get Back que Paul suggère de sortir en single.

Quant à la prestation live, les Fab Four s’orientent finalement vers le toit de l’immeuble – suivant une idée de l’ingénieur du son Glyn JOHNS.


La partie 3 : Entre les répétitions, les jam sessions et l’enregistrement de quelques chansons, les BEATLES continuent dans la joie et la bonne humeur. Mais cela ne suffit pas et ils ne maîtrisent finalement que six morceaux la veille du concert prévu pour le 30 janvier…

Par ailleurs, la présence de Yoko ONO (depuis le début) semble inciter John à quitter le groupe, tandis que George évoque la possibilité de réaliser un album solo.

Enfin, malgré le scepticisme du quatuor, le concert sur le toit d'Apple a bien lieu. Celui-ci – qui durera environ 40 minutes – s’apparente plus à des répétitions live qu’à autre chose. En outre, pas moins de 10 caméras sont installées pour filmer les artistes et le public improvisé, et Peter JACKSON restitue magnifiquement l’évènement grâce au split screen et à un excellent son.


Le projet Get Back se termine donc en beauté, et moi qui suis fan du dernier album des BEATLES, je me suis régalé à les voir jouer Two of Us, Across the Universe, I’ve Got a Feeling, Don’t Let Me Down (même si ce morceau ne figure pas sur le disque), The Long and Winding Road et bien sûr Let It Be.

Je n’ai pas vu le documentaire de LINDSAY-HOGG sorti en 1970, mais compte tenu de sa durée (1h21), il doit être forcément réducteur. Je crois qu’il occulte – par exemple – le départ de George HARRISON…

Quant à Peter JACKSON, on peut dire qu’il réalise une nouvelle trilogie tant chaque épisode (chronologique et dépassant largement les 2 heures) pourrait être un long-métrage. Il a optimisé le matériel dont il disposait en créant une œuvre en trois parties différentes mais qui se suivent. De plus, il restitue la vérité sur ces sessions tant commentées et qui apparaissaient jusqu’à présent comme le fiasco des BEATLES.

the_stone
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Les meilleures séries documentaires et Les meilleures séries de 2021

Créée

le 7 déc. 2021

Critique lue 1.1K fois

11 j'aime

4 commentaires

the_stone

Écrit par

Critique lue 1.1K fois

11
4

D'autres avis sur The Beatles: Get Back

The Beatles: Get Back
EricDebarnot
9

All You Need Is Love !

Je ne sais pas vous, mais pour moi, les Beatles, c'est... AUTRE CHOSE. Même si Bowie, Peter Hammill, Cohen ou le Velvet Underground ont été plus essentiels à la constitution de mes goûts musicaux, je...

le 8 janv. 2022

26 j'aime

3

The Beatles: Get Back
OrangeApple
9

Rétropédalons

N'ayant rien à jouter ou à retrancher à la critique de guyness (sauf en ce qui concerne le sous-texte étiquetable sous l'appréciation "oui, bon, Yoko quoi"), je vais faire chorus en résumant...

le 5 déc. 2021

18 j'aime

2

The Beatles: Get Back
the_stone
10

Un document exceptionnel

En janvier 69, les BEATLES sont fatigués et tendus par cinq mois d'enregistrement du Double Blanc où les individualités ont pris le dessus sur l'esprit de groupe : John ne quitte plus Yoko et...

le 7 déc. 2021

11 j'aime

4

Du même critique

Portrait de la jeune fille en feu
the_stone
4

Critique de Portrait de la jeune fille en feu par the_stone

J’avais beaucoup aimé Naissance des pieuvres de la même réalisatrice (avec Adèle HAENEL déjà), mais là, l’ennui l’a emporté sur la curiosité. Je comprends que certains trouvent ce film beau et...

le 22 sept. 2019

32 j'aime

14

Les Trois Mousquetaires - D'Artagnan
the_stone
7

Un classique modernisé

Il est assez rare de voir une production nationale d’une telle envergure, avec pour objectif de réinventer rien moins que l’idée d’un cinéma populaire français de qualité, capable de rivaliser avec...

le 2 mai 2023

21 j'aime

13

Eiffel
the_stone
5

Dommage !

Eiffel est un film ambitieux. Il s’agit d’une grosse production française qui tente de raconter une flamboyante histoire d’amour sur fond de création de la tour Eiffel. Malheureusement, il manque le...

le 13 nov. 2021

20 j'aime

7