👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le zombie est une créature déclinée à toutes les sauces et sur tous les supports. Pourtant la mythologie utilisée dévie finalement très peu des oeuvres fondatrices : des balles dans la tête, de l'anthropophagie, des administrations dépassés, des humains désemparés et une folie latente.
"Walking Dead", la BD, n'échappe pas à la règle et ne prétend pas renouveler ou recréer la mythologie Zombie. La BD se distingue par un traitement sans concession où le pire peu surgir de la moindre case. Une oeuvre assez hardcore qu'on imagine mal en série télé tant les contraintes de censure et de budget semblent insurmontables.

"Walking Dead", la série, arrive cependant à surprendre puisqu'elle démarre par un pilote vraiment excellent. Que ce soit dans le ton assez cru (la séquence d'intro, les headshots plein cadre) que dans le déroulement de l'histoire, privilégiant l'émotion et les personnages au mépris du spectaculaire facile.
Une ouverture qu'on n'attendait pas à un tel niveau mais qui aura, malheureusement, valeur de bel écran de fumée.
Une fois ce pilote enthousiasmant terminé les choses se mettent en place avec plus ou moins de bonheur alternant du bon et du moins bon.

Plutôt que coller au déroulement du comic-book la série fait le choix de développer ses propres personnages et situations, soit. C'est une bonne chose de marquer son identité. Seulement la rigueur du premier épisode laisse place à une accumulation d'approximations malheureuses.
Il subsiste quelques moments vraiment forts, des pics d'émotion ou d'adrénaline qui font mouche mais qui sont dilués dans une saison qui ne sait pas vraiment où aller. Hésitant sans cesse entre introduction à l'univers et bloc narratif à part entière cette saison 1 s'enlise dans des détours inutiles et privilégie un seul arc en négligeant les autres. Il faut bien avouer qu'en dehors de Rick et sa famille le reste est vraiment mis de côté... quand certains personnages meurent on ne sait même pas qui ils étaient et du coup ça nous passe un peu au dessus.
On trouvera des personnages honteusement sous-exploités (Merle, pour ne citer que lui), des situations bancales (les gangstas), parfois du ridicule embarrassant (le dernier épisode) et un ton étrangement "familial" de l'ensemble.
Pas un seul "fuck" à l'horizon, une violence assumée sur les zombies mais un traitement frileux des personnages où on ne prend pas de risques vis à vis de leur psychologie, de leurs choix ou de leur devenir.
Plus le show avance et moins on en a quelque chose à faire tant les scénaristes semblaient plus préoccupés par placer des explosions et des rebondissements idiots que par le récit.

On était en droit d'avoir de l'audace, de l'inventivité, de la provocation, de la rigueur... des qualités qui ont fait la singularité et le succès de "Breaking Bad" ou "Mad Men", les autres show phares de AMC. Des qualités qui sont malheureusement absentes (ou en tout cas bien trop diffuses) de "The Walking Dead" à l'issu de cette saison 1 au goût étrange.
La série n'est pas catastrophique, elle se laisse suivre et possède ses bons moments mais mettre autant d'argent pour faire vivre un univers comme celui-là sans s'attarder sur l'essentiel (le récit et ses protagonistes) c'est ce que l'on appelle rater le coche.
Il n'y a plus qu'à espérer que cette saison test ait suffisamment rassuré AMC (le pari était tout de même risqué pour la chaîne) pour qu'ils nous offrent une saison 2 couillue et intense.

La saison 2 est arrivée et c'est définitif AMC n'a pas su (voulu ?) faire les bons choix. La série s'enfonce dans un rythme anémique, dans des personnages nuls et dans des situations vides de toute tension et de toute émotion. Un beau gâchis entériné par les saisons suivantes où la violence crasse ne sert plus que de béquille facile pour des personnages toujours plus creux et toujours plus mal interprétés (à quelques exceptions prêt). Dans ce contexte la suite logique serait l'annonce de Bruno Mattei en Show Runner pour la saison prochaine.
Plug_In_Papa
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les mauvaises séries qu'on regarde pour passer le temps

il y a 11 ans

112 j'aime

43 commentaires

The Walking Dead
Plug_In_Papa
3

No brain, no pain

Le zombie est une créature déclinée à toutes les sauces et sur tous les supports. Pourtant la mythologie utilisée dévie finalement très peu des oeuvres fondatrices : des balles dans la tête, de...

Lire la critique

il y a 11 ans

112 j'aime

43

The Walking Dead
Nushku
5

The Wasting Dead (saisons 1 & 2)

Le maître mot de la première saison de The Walking Dead est à n'en pas douter la déception... à hauteur de l'attente ! Le thème de la série, l'adaptation du comic, Darabont aux manettes, AMC derrière...

Lire la critique

il y a 10 ans

85 j'aime

31

The Walking Dead
Kalimera
8

J'ai la tête qui pèle, les boyaux qui éclatent...

les yeux qui dégoulinent, c'est pas la forme mais je ne manquerais pour rien au monde.. rhhrrr (excusez moi, j'ai le nez qui vient de tomber sur le clavier) la série du moment. Enfin ! On parle de...

Lire la critique

il y a 10 ans

70 j'aime

12

Breaking Bad
Plug_In_Papa
10
Breaking Bad

Lust for life

Walter White a ce que l'on peut appeler une vie merdique : 50 ans et aucune perspectives, un fils handicapé, un boulot de prof indigne de son prix Nobel de chimie, un second job ingrat pour payer les...

Lire la critique

il y a 11 ans

509 j'aime

59

Le Bon, la Brute et le Truand
Plug_In_Papa
10

Citizen Kane ? Mon Cul !

Pourquoi ce titre provocateur ? Tout simplement parce que le film de Welles arrive systématiquement en tête de n'importe quel classement des meilleurs films de l'histoire du Cinéma lorsqu'ils sont...

Lire la critique

il y a 11 ans

495 j'aime

86

Cowboy Bebop
Plug_In_Papa
10
Cowboy Bebop

Doux, dur et dingue

Oubliez tout ce que vous savez sur la japanimation (surtout si vous vous appelez Éric Zemmour), oubliez tout ce que vous savez des dessins-animés en général car "Cowboy Bebop" est une série tout à...

Lire la critique

il y a 11 ans

381 j'aime

37