👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La meilleure nouvelle série que personne ne regarde.

Il est déjà étonnant qu'UnREAL vendue comme une satire d'une émission de télé réalité soit diffusée aux USA sur Lifetime, (chaîne qui diffuse du téléfilm sirupeux et... de la télé réalité à longueur de temps), mais la surprise est encore plus grande quand la série se révèle être l'une des meilleures nouveautés de 2015.

Le pilote, déjà, impressionne par sa maîtrise : on y découvre Rachel Goldberg productrice sur Everlasting (aka The Bachelor mais ça tout le monde l'a bien compris) qui revient sur le tournage de l'émission pour une nouvelle saison que ses chefs veulent explosive afin de maintenir l'audimat d'un format vieillissant. Et la série ne tarde pas pour nous plonger dans l'envers ultra malsain du décor de l'émission, où Rachel et ses collègues doivent manipuler les candidates à loisir afin d'obtenir des "moments de télévision". Les premiers épisodes constituent donc une satire féroce et sardonique de la télé réalité, confrontent le spectateur à son voyeurisme autant qu'ils le manipulent. Car Sarah Gertrude Shapiro, co créatrice de la série et ancienne productrice du Bachelor, sait parfaitement comment écrire un drame, y attacher de nombreux rebondissements, créer un lien avec ses personnages. Et tout autant que ces shows TV dont elle démonte les mécanismes, la série se montre redoutablement efficace et addictive.

Mais si UnREAL a un cadre bien précis, elle poursuit plusieurs sujets. Cette première saison déborde en effet très vite de son genre pour devenir un vrai drame humain, aussi malsain qu'attachant. Car le véritable sujet de cette saison c'est Rachel Goldberg. Une anti-héroïne complexe, remarquablement interprétée par Shiri Appleby. Auto proclamée féministe dans le pilote, toujours sur la brèche et ne pouvant lutter contre son addiction à un travail qui la révulse, elle n'est à l'aise que dans les relations de pouvoir et de manipulation. On n'est pas loin d'un Walter White féminin. Le season finale,

qui se concentre sur la relation cannibale entre Rachel et Quinn (autre fantastique personnage féminin) ouvre d'intéressantes perspectives pour la suite.


On a hâte.

Shivonne
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleures séries avec une héroïne et Top 10 séries 2015

il y a 7 ans

30 j'aime

2 commentaires

UnREAL
Shivonne
8
UnREAL

La meilleure nouvelle série que personne ne regarde.

Il est déjà étonnant qu'UnREAL vendue comme une satire d'une émission de télé réalité soit diffusée aux USA sur Lifetime, (chaîne qui diffuse du téléfilm sirupeux et... de la télé réalité à longueur...

Lire la critique

il y a 7 ans

30 j'aime

2

UnREAL
zugy42
6
UnREAL

Welcome to Everlasting

Le 1er juin, la chaîne du câble Lifetime nous a présenté sa petite dernière : unREAL. Créée par Sarah Gertrude Shapiro, qui fut l'une des productrices de l'émission The Bachelor, ce qui lui a...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

5

UnREAL
Faraway-screen
4
UnREAL

Lien de parenté avec son sujet...

Le 1er épisode permet une découverte intéressante et pédagogique d'un univers ignoble: La télé réalité, prostituant tout le monde, de ses employés à ses participants, en passant par ses spectateurs,...

Lire la critique

il y a 6 ans

10 j'aime

2

Jane the Virgin
Shivonne
7

Oh wow, an unexpected twist.

Jane Villanueva est une jeune femme vierge de 23 ans, fiancée à Michael, qui va se retrouver enceinte suite à une insémination accidentelle administrée par la sœur du donneur, Rafael, que Jane a...

Lire la critique

il y a 7 ans

17 j'aime

Scooby-Doo, où es-tu ?
Shivonne
10

Ma madeleine de Proust préférée

D'un œil adulte, la mécanique répétitive de la série, et les intrigues ubuesques prêtent à sourire. Les voleurs de bijoux n'étaient finalement pas bien dangereux dans les 70's, préférant en effet se...

Lire la critique

il y a 8 ans

17 j'aime

1

Transparent
Shivonne
7
Transparent

No one has ever seen me except me.

Bien qu’il ait fallu attendre 40 ans pour voir une série dont le héros est transgenre, l’attrait principal de cette première saison n’est pas vraiment là où on pouvait l’attendre. Car si Transparent...

Lire la critique

il y a 7 ans

16 j'aime