Quentin

@Aloysius

Homme, 24 ans | Facebook | Twitter
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
Monsieur part en quête de culture et d'éclectisme ; il croise SC en juin 2011.

Cinéphile, rimailleur, je fais du théâtre un peu.
Ne lis pas mais ne rêve que de ça.
Incapable de tenir le format série.
Comme dirait Gainsbourg, "réécoute les disques jusqu'à saturation."
Continue à porter le deuil du temps où il achetait des BD et jouait aux jeux vidéo.

Plutôt bon public, fidèle à l'école de la bienveillance, fatalement choisir entre 1 et 10 est un jeu cruel mais fécond ; toujours prêt à débattre sur l'écart entre deux notes, sur une recommandation ou juste un like.
Lâchez vos com's : je suis là pour le catalogue et le dialogue.

Aucune initiation d'enfance particulière (ce qui parfois n'est pas regrettable du tout), je restais scotché à mes bandes dessinées, ma Game Boy Advance et mes livres d'heroic fantasy jusqu'à ce que je découvre qu'on pouvait écrire des textes, jouer des pièces et emprunter à la médiathèque.

J'aime donner des 10/10, je n'en pense pas moins.

Ma grande erreur restera toujours d'avoir voulu noter les morceaux de musique.

J'ai un hobby dans la vie, j'annote mes listes.

Couverture : Fitzcarraldo
Profil : La caméra explore le temps - La Terreur et la Vertu (Denis Manuel en Saint-Just)

Répartition des notes

  1. 55
  2. 46
  3. 65
  4. 74
  5. 198
  6. 380
  7. 1001
  8. 916
  9. 426
  10. 111

Comparez votre collection avec Quentin

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de Quentin
  • Films
    Illustration Hamlet
    Hamlet

    The Tragical History of Hamlet, William Shakespeare, vers 1600, inspiré de Grammaticus, de Belleforest, de Machiavel, de Kyd......

  • Films
    Illustration Ces films auxquels j'ai (eu) envie de croire
    Ces films auxquels j'ai (eu) envie de croire

    J'y crois mais on me dit qu'il ne faut pas, J'y crois par empathie, J'y crois par bonne ou mauvaise foi, J'y crois par...

  • Films
    Cover L'horreur comme moteur
    L'horreur comme moteur

    Non pas l'horreur comme genre cinématographique (avec lequel je suis plus ignorant qu'en arithmétique), mais cette horreur qui...

Sondages de Quentin
Critiques de Quentin

Dernières critiques

Bande-annonce
7.4
Tandis que j'agonise, encore

Je m'engage dans cette critique avec ignorance : c'est, je crois, mon tout premier film chinois (mais non d'extrême-orient), et mon premier Wang Bing (chaudement recommandé par une amie). Je vous fais un mea culpa. Je ne sais rien de Wang Bing. Je ne sais rien de la Chine, de ses mœurs, de la complexité de son héritage, de sa politique et de sa culture, exceptés les lieux communs de... Lire la critique de Madame Fang

Avatar Aloysius
5
Aloysius ·
Écouter
6.8
Sorcellerie de la joie

Parlons un instant d’un album qui a eu une influence cruciale dans mon expérience d’écoute musicale pendant trois ans (en somme, ayant vingt-et-un ans, depuis le début d’une vie « dans la société ») – un objet contradictoire, modeste et ambitieux, moderne et passéiste, rafraîchissant et ringard, joyeusement dissensuel, Psycho Tropical Berlin. Une blague très sérieuse aromatisée... Lire la critique de Psycho Tropical Berlin

Avatar Aloysius
8
Aloysius ·
Mentions J'aime de Quentin

Activité récente

Statuts d'humeurs

Elle (2016) Attendez, personne ne s'est posé les questions que pose cet article ? https://bit.ly/33sdGKj J'ai été soufflé par ce film mais cette réflexion énorme est trop peu abordée sur SC
Coby (2018) La bande-annonce donne une mauvaise image du film (on dirait un film d'auteur qui va parler de la souffrance de Jacob). Il y a de la pudeur, de la délicatesse et de l'audace avant tout.
Hostiles (2018) Ce genre d'antiwestern, un trailer aux petits oignons, C. Bale qui va peut-être la jouer en finesse, ma hype est au maximum javou
Pour le réconfort (2017) Plein de qualités, mais n'est pas Eustache/Tchekhov qui veut (le malaise du copié-collé "hommage" de Françoise Lebrun, la scène d'adieu...)