Benoit Barbibul

Homme, 76 ans, Belgique (1000)
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre

Répartition des notes

  1. 11
  2. 15
  3. 12
  4. 27
  5. 54
  6. 79
  7. 104
  8. 92
  9. 54
  10. 30

Comparez votre collection avec Benoit Barbibul

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de Benoit Barbibul
Sondages de Benoit Barbibul
Critiques de Benoit Barbibul

Dernières critiques

7.1
Les âmes en peine de la débâcle

Dernier épisode de la trilogie Les Enfants du désastre, un dernier volet attendu forcément avec beaucoup d'impatience lorsque l'on a adoré Au-revoir là-haut et Couleurs de l'incendie. Je terminerai Miroir de nos peines avec les mêmes sentiments, le même plaisir et la même satisfaction que lors de mes deux premières lectures et ce pour plusieurs raisons.... Lire la critique de Miroir de nos peines

Avatar Benoit Barbibul
9
Benoit Barbibul ·
7.7
Récit d'une obsession maladive

Mon traître est tout simplement une oeuvre en miroir de Retour à Killybegs, ou l'inverse. Plutôt l'inverse d'ailleurs car la seconde publication date de 2011. Plus biographique, elle revient sur la vie et l'engagement de Tyrone Meehan - le fameux traître - au sein de l'IRA pendant toute la seconde moitié du XXe siècle. Comme Chalandon sait très bien le faire, l'oeuvre permet... Lire la critique de Mon traître

Avatar Benoit Barbibul
6
Benoit Barbibul ·
Mentions J'aime de Benoit Barbibul

Activité récente

Statuts d'humeurs

Le Sens de la fête (2017) Tout le monde crie et s'engueule dès les premières minutes du film, ambiance malsaine permanente entre les protagonistes. Pas le genre de film pour se détendre après une dure journée au boulot...
Cent ans de solitude (1967) Une belle fresque, un conte moderne sud-américain terriblement bien écrit. Par contre il faut pouvoir le lire d'une traite (ou presque) de peur de s'y perdre...
La Casa de Papel (2017) J'ai longtemps cru que cette série avait pas mal pompé sur Prison Break mais elle aura le génie de se cracher de la même manière.
Tanguy, le retour (2019) Lorsque "le retour" est accolé à un titre de film, ce n'est jamais vraiment bon signe et cela n'explore pas bien loin dans la galaxie de l'innovation et l'originalité...