"Cinese" Maietto

@CineseMaietto

21 ans | Site personnel
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
Apache de seconde zone au passé sulfureux

Répartition des notes

  1. 76
  2. 93
  3. 194
  4. 355
  5. 612
  6. 1058
  7. 977
  8. 580
  9. 165
  10. 61

Comparez votre collection avec "Cinese" Maietto

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de "Cinese" Maietto
Sondages de "Cinese" Maietto
Critiques de "Cinese" Maietto

Dernières critiques

7.8
Pauvre Andrée

Je les vois déjà venir, les bien-pensants, les bons apôtres, les détraqueurs de l'indécence ! Brinquebalant leur Morale sur un brancard, sous des banderoles de soie - "A bas le mal (mâle), et vive l'égalité !" Car Les Jeunes Filles, c'est le livre le plus haïssable qui soit. Et les plus irrités par la colique néphrétique clameront que cette oeuvre est une profonde saloperie.... Lire la critique de Les Jeunes Filles

Avatar CineseMaietto
9
CineseMaietto ·
Bande-annonce
7.3
Bette Davis Massacre

Bette Davis écarquille ses yeux globuleux et son visage se tord grossièrement dans tous les sens quand dans le script il est écrit que son personnage est effleuré d'un doute. Bette Davis ferme quasi-entièrement ses yeux avant de les rouvrir grand et ce dix-huit fois d'affilée quand son personnage observe son entourage avec suspicion. Bette Davis ouvre grand la bouche à chaque phonème prononcé... Lire la critique de Chut... Chut... Chère Charlotte

1
Avatar CineseMaietto
4
CineseMaietto ·
Mentions J'aime de "Cinese" Maietto

Activité récente

Statuts d'humeurs

Nom de code : Oies sauvages (1984) Quelqu'un peut me dire où est passé Donald Pleasance dans le film ??
Absences répétées (1972) Nanar suprême
La malédiction du Titanic (2012) De nouveau, des illustrations magnifiques à la carte à gratter mais un scénario trop pauvre. Quel dommage !
Sans soleil (1983) Mais ferme donc ta gueule, Chris Marker, et laisse parler tes images !