Livre de Curzio Malaparte · 1949 (France)

Genre : Roman
Toutes les informations

Un homme mort est un homme mort. Il n'est qu'un homme mort. Il est plus, et peut-être aussi moins, qu'un chien ou qu'un chat mort. En 1943, Curzio Malaparte, grand correspondant de guerre et officier de liaison auprès des Alliés, se trouve à Naples avec les troupes américaines venues libérer le pays. Entouré de ces hommes fraîchement débarqués en Europe, que les années de combat et de désillusion n'ont pas encore abîmés, l'auteur entreprend une tragique odyssée à travers une Italie en ruine,... Voir plus

nico94

nico94

Le deuxième chef d'oeuvre de Curzio Malaparte (le premier étant Kaputt)

il y a 3 ans

1 j'aime

carolectrice

carolectrice

C'est grave de le lire sans avoir lu Kaputt ?

il y a 5 ans

MarianneL
9

Critique positive la plus appréciée

Naples libérée et prostituée, ou l’ambiguïté et la violence de la victoire.

En 1943, Curzio Malaparte (1898 – 1957) est officier de liaison auprès des troupes alliées, dans la ville de Naples où les Américains viennent de débarquer. Naples est une ville exsangue dévorée par...

il y a 10 ans

9 j'aime

Latrouille
9

Les ritals se montrent pour mourir

Malaparte sait mieux que quiconque ce qu'est l'Histoire, et ce qui importe quand on la dit : donner son interprétation. Puisque notre patrie est notre peau, et que nous ne pouvons percevoir plus loin...

il y a 10 ans

5 j'aime

Cyril-spoile
9

Critique de par Cyril T

Après avoir couvert le front de l’Est de la seconde guerre mondiale dans le chef d’œuvre qu’est Kaputt, Malaparte raconte dans La Peau la libération de l’Italie par les troupes américaines,...

il y a 5 mois

1 j'aime

Listening_Wind
9

Les morts sont toujours des chrétiens...

A la fin de Kaputt, Malaparte revient à Naples après un périple de quatre années aux quatre coins d'une Europe ravagée par la guerre. La Peau finit, pour ainsi dire, la guerre, une guerre déjà...

il y a 8 ans

3 j'aime

Deathblue
8

Critique de par Deathblue

Ce roman est bouleversant par le décalage qu'il offre entre l'horreur des situations qu'il nous offre et le ton complètement décalé - limite "foutage de gueule pourrait-on dire - que l'auteur utilise...

il y a 12 ans