Avatar Paul Staes

Critiques de Paul Staes

Versus
  Suivre
8.1

Épopée des monstres absurdes, valse des questions sans réponses.

Un arbre gigantesque serti de diamants s'élève devant les yeux ébahis de l'assassin. S'il sait qu'entre les branches éblouissantes de l'arbre se tapit un serpent monstrueux, il avance tout de même pour poser la main sur les pierres précieuses et ne parvient pas à échapper au gouffre acide de la gueule de l'atroce reptile. De ce rêve étrange, il ne s'élève rien de très important si ce n'est... Lire la critique de De sang-froid

2
Avatar Paul Staes
8
Paul Staes ·
7.9

Cruelle punition pour un plaisir éphémère.

Il faut imaginer un homme en perdition dont le nom est Tony Amsterdam. Comme des milliers d'autres, il se shoote à la substance Mort, l'une des drogues les plus pures, les plus puissantes qui ont inondé le marché des stupéfiants et qui comblent la vacuité intérieure des nombreux junkies rescapés de la contre-culture. Lors d'un de ses nombreux trips, un parmi tant d'autres, il trouve Dieu dans... Lire la critique de Substance Mort

Avatar Paul Staes
10
Paul Staes ·
7.4

A la recherche de l'oubli de soi-même.

Si Bret Easton Ellis se caractérise par une vacuité sur le fond comme sur la forme assez formidablement désagréable, son alter ego écrivain Jay McInerney réussit en revanche à accomplir une véritable prouesse littéraire en introduisant un peu de profondeur dans ce qui peut sembler être une auto-fiction superficielle. Non seulement il faut admettre que Bright Lights, Big City est... Lire la critique de Journal d'un oiseau de nuit

2
Avatar Paul Staes
8
Paul Staes ·
7.3

Le chemin de croix des insignifiants.

Après la Seconde Guerre Mondiale, les familles en ruine se reconstituent tant bien que mal, essayant vainement de poser sur leurs cicatrices encore exacerbées les onguents désespérés de la réconciliation. Benoît Laborie, dont la famille vit dans la campagne profonde et qui aspire depuis sa plus tendre enfance à la vie parisienne, décide d'abandonner son épouse, Denise, ses enfants et sa mère... Lire la critique de L'Humeur vagabonde

1
Avatar Paul Staes
6
Paul Staes ·
7.5

L'insolent mystère du Pardon.

James Ellroy achève sa première trilogie avec un véritable chef d'oeuvre qui contient toutes ses obsessions portées à incandescence. La colline aux suicidés est une sorte d'exultation primitive, de réelle frénésie où se mêlent les visages multiples, allégories de toutes ces directions contraires, fruit d'un déterminisme aux contours mystérieux, lui même d'un calvinisme protestant qui... Lire la critique de La Colline aux suicidés

Avatar Paul Staes
8
Paul Staes ·
7.4

Fantasme & Réalité : les influences invisibles de l'histoire psychique.

Après avoir eu un véritable coup de foudre pour le premier tome de la trilogie Lloyd Hopkins sobrement intitulé Lune Sanglante, je me suis rapidement plongé dans les ténèbres du deuxième opus écrit par James Ellroy : A cause de la nuit. Basé sur la même structure narrative, qui consiste à faire vivre en parallèle deux protagonistes mus par des éléments traumatiques communs... Lire l'avis à propos de A cause de la nuit

Avatar Paul Staes
6
Paul Staes ·
Bande-annonce
6.2

Une bouffée d'air frais dans un New-York de carton pâte.

Je n'avais jamais vu un film de Woody Allen de ma vie, et je me rendis dans la salle de cinéma rempli de préjugés. Non seulement, pensais-je, le réalisateur était un satire, mais ses films seraient très légers, à la limite du superficiel, dans une esthétique insupportable de niaiserie, colorée et romantique. Je constatai que non seulement c'était vrai, mais que c'était même davantage que ce... Lire l'avis à propos de Un jour de pluie à New York

4
Avatar Paul Staes
8
Paul Staes ·
7.5

Le viol et l'innocence : un polar d'une violence inouïe.

Pourtant fanatique des romans noirs du grand James Ellroy, qui est presque devenu avec le temps un vieil amant littéraire dont les effets de manche me touchent sans pour autant rompre mes habitudes bien installées, je dois reconnaître que ses premiers romans parviennent encore à me surprendre par leur fraîcheur, leur violence brute et leur force extrême. Le jeune James Ellroy ne me laisse... Lire la critique de Lune sanglante

1
Avatar Paul Staes
9
Paul Staes ·
Bande-annonce
6.6

Une triomphale Odyssée moderne vers le Père.

Ad Astra, ou en bon français "vers les étoiles", titre latin qui sonne comme une référence à l'Enéide de Virgile, grand classique de la littérature antique sur le thème du voyage, est un beau film, paisible, haletant, poétique, intelligent et digne des plus grands classiques de la science-fiction qui mêle anticipation et introspection dans la droite ligne d'un Bienvenue à... Lire l'avis à propos de Ad Astra

1
Avatar Paul Staes
8
Paul Staes ·
Bande-annonce
6.5

Un film idéologique et superficiel proche de l'immonde.

Quand je suis sorti de la salle de cinéma, j'étais profondément en colère. En colère, d'abord parce que j'avais été profondément conquis par le film Patients et que le contraste a été assez violent, ce qui peut faire du vague à l'âme. En colère, ensuite, parce que le film est d'un point de vue formel extrêmement bien réussi : le choix de la mise en scène, des acteurs, de la... Lire l'avis à propos de La Vie scolaire

7 2
Avatar Paul Staes
3
Paul Staes ·