Avatar Paul Staes

Critiques de Paul Staes

Versus
  Suivre
8.1

La fin de l'Humanité.

Alors, pour la première fois, nous nous apercevons que notre langue manque de mots pour exprimer cette insulte : la démolition d'un homme. En un instant, dans une intuition quasi prophétique, la réalité nous apparait : nous avons touché le fond. Il est impossible d'aller plus bas, il n'existe pas, il n'est pas possible de concevoir condition humaine plus misérable que la nôtre. Plus rien... Lire la critique de Si c'est un homme

Avatar Paul Staes
9
Paul Staes ·
6.5

Un coup d'épée dans l'eau.

Le monde de la littérature est surpeuplé de bons romans sans style. C'est sans doute là une maladie contemporaine un peu tragique : celle de la prose simple et sans aspérité, sans emphase, sans âme. Mais il y a sans doute pire qu'un bon roman sans style, et c'est le mauvais roman avec style. Celui là est bien différent, mille fois plus frustrant et sans doute des milliards de fois plus... Lire la critique de Corniche Kennedy

Avatar Paul Staes
3
Paul Staes ·
6.8

Pourquoi Amélie écrit-elle ?

J'ai coutume de dire que si l'envie me prenait soudain de me suicider, je lirais sans doute un livre d'Amélie Nothomb, histoire de me donner une bonne raison supplémentaire de mourir, tant l'oeuvre de l'autrice est pour moi assimilable à une plaquette de somnifères, une balle de revolver ou à une corde. Amélie Nothomb, qui aurait du s'appeler Amélie Thomb, tant ses romans respirent l'odeur... Lire l'avis à propos de Premier Sang

1
Avatar Paul Staes
7
Paul Staes ·
7.3

Un éloge de la nostalgie.

Il faut imaginer un petit bar qui ne paye pas de mine, au coin d'une rue populaire de New York. Son propriétaire, un homme bourru au visage dur, qui ne sert des whiskys qu'aux habitués et qui a oublié la politesse au fin fond de sa jeunesse, si tenté qu'un tel homme ait pu avoir une jeunesse, est aujourd'hui exceptionnellement un peu excité. Il a quelque chose d'énorme à dire à un de ses... Lire la critique de Petit déjeuner chez Tiffany

Avatar Paul Staes
8
Paul Staes ·
7.2

La véritable nature de l'inceste.

Quand on aime la littérature, il est difficile d'échapper à la bien confortable idée préconçue selon laquelle Christine Angot ne serait qu'une écrivaine hystérique, prompte à toutes les obscénités, sans grand talent, désireuse d'exploiter à fond son traumatisme pour en tirer une déclinaison sans fin de romans tous plus choquants les uns que les autres afin de vendre ce qui peut être vendu. On... Lire la critique de Le Voyage dans l'Est

2
Avatar Paul Staes
7
Paul Staes ·
7.3

Le roman de toutes les violences.

Il y a d'abord le noir, insondable et increvable, tout gluant de suie et de charbon vaporisé. Il y a ces puits de mine, des gouffres béants qui avalent goulument les hommes par milliers, dans le fracas incessant des cages, du cliquetis machinal des câbles ainsi que des souffles haletants des mineurs. Ces formes disloquées, totalement noires, nues et tendues telles des musculatures éreintées... Lire l'avis à propos de Germinal

Avatar Paul Staes
8
Paul Staes ·
8.0

Kafka à Treblinka.

A peine Hannah Arendt avait-elle utilisé l'expression la banalité du mal que celle ci était déjà devenue célèbre, utilisée et réutilisée à l'encan par quiconque se donne l'ambition de parler des criminels nazis, l'un des sujets de conversation les plus tristement intéressants qui soit (mais aussi des plus galvaudés par moment). Et pourtant, la constatation érigée au rang de proverbe... Lire l'avis à propos de Au fond des ténèbres

1
Avatar Paul Staes
7
Paul Staes ·
6.5

Qui que quoi dont où

Il y a des instants divins, quelque soit le plaisir de lecture qu'un roman peut inspirer, pendant lesquels le titre de la critique surgit en même temps que celui du livre. Ainsi, quand j'ai eu Qui? entre les mains, je pouvais déjà à l'avance déterminer quel intitulé aura ma critique bien avant qu'un véritable avis fleurisse dans mon esprit. Entre les conjonctions de coordination et... Lire l'avis à propos de Qui ?

Avatar Paul Staes
5
Paul Staes ·
7.5

Chroniques d'un Homme Frigorifié.

Charles Bukowski est à la littérature ce qu'une croûte est à l'anatomie : sec et rugueux à l'extérieur, moelleux et chaud à l'intérieur. Et quand il s'agit de croûtes, il en va de même en peinture comme dans l'écriture : malgré une certaine laideur, il faut admettre qu'elles ne manquent ni de caractère ni de cachet. Et bien le Journal d'un vieux dégueulasse est précisément cela : une... Lire la critique de Journal d'un vieux dégueulasse

Avatar Paul Staes
6
Paul Staes ·
-

Les fossoyeurs du soleil des indépendances.

L'Afrique est un continent gigantesque aux atours mystérieux, non pas parce qu'il serait nimbé d'une brume barbare ou archaïque que certains faux orientalistes aiment à lui prêter pour masquer leur sainte ignorance, mais parce qu'il est honteusement mal connu des Occidentaux. Chacun a un avis sur le continent noir mais personne ne sait situer l'Ouganda sur une carte, à peine pouvons-nous... Lire la critique de Tyrans d'Afrique

1
Avatar Paul Staes
8
Paul Staes ·