Avatar SombreRascasse

Critiques de SombreRascasse

Versus
  Suivre
  • 1
  • 2
Bande-annonce
7.6

Excusez-moi, je suis supposé m’impliquer ?

Attention, ici on divulgâche. Malgré des intentions louables et un ensemble de qualités réelles, 1917 apparaît en définitive comme un exercice d’une artificialité rare, qu’on ne pourra apprécier qu’en faisant preuve d’une certaine indulgence. Indulgence d’abord pour des enjeux très éthérés. On le rappelle, le pitch de base... Lire la critique de 1917

32 2
Avatar SombreRascasse
5
SombreRascasse ·
Bande-annonce
6.4

Mother! ou l’écolo-misanthropie facile et lourdingue

Attention spoilers. Je ne parlerai ici que du versant métaphysique et religieux de Mother, d’abord parce qu’il demeure quand même le pilier du film, son aspect le plus structurant et incontournable (on prétend nous rejouer l’Ancien puis le Nouveau Testament, la première famille envahissante n’est là que pour incarner Adam, Eve, Caïn et Abel, le poète en fait des caisses, notamment... Lire la critique de Mother!

6
Avatar SombreRascasse
4
SombreRascasse ·
Bande-annonce
6.0

Farce grotesque, négatrice de sa propre mythologie (spoilers)

« De toutes les raisons de mon scepticisme devant cette habitude moderne de tenir les yeux fixés sur l'avenir, il n'est pas de plus forte que celle-ci : tous les hommes qui, dans l'histoire, ont eu une action réelle sur l'avenir avaient les yeux fixés sur le passé. C'est ainsi que l'homme doit toujours - pour quelle étrange raison ? - planter son verger dans un cimetière. L'homme ne peut... Lire la critique de Star Wars - Les Derniers Jedi

56 12
Avatar SombreRascasse
2
SombreRascasse ·
Bande-annonce
8.0

Voyage au bout de la purge

Je ne saisis pas le délire avec Kubrick. Bien sûr je n’ai aucune autorité cinématographique pour le juger, mais j’ai quand même très envie de le faire, de manière totalement subjective. Je reconnais sans problème qu’il fût au sommet de son art en son temps, notamment en tant que technicien. Toutefois, ses principaux chefs-d’oeuvre me laissent passablement dubitatif, et notamment 2001.... Lire l'avis à propos de 2001 : L'Odyssée de l'espace

11 1
Avatar SombreRascasse
4
SombreRascasse ·
Bande-annonce
7.1

N'aies pas peur mon fils

Cordialement décrié à sa sortie parce que Mel Gibson, Apocalypto n’en demeure pas moins un superbe film d’action, qui nous transporte dans des contrées et une époque que l’on a hélas trop peu l’occasion d’admirer au cinéma. Une hérésie historique ? Le film a été largement critiqué parce qu’il serait anti-historique et mensonger.... Lire la critique de Apocalypto

6 2
Avatar SombreRascasse
9
SombreRascasse ·
Bande-annonce
7.0

That's a fucking piece of me !

Sublimé par un Tom Hardy plus vrai que nature en sociopathe moustachu, Bronson est un exercice de style introspectif bougrement intéressant. Prenant ses libertés avec la biographie réelle du “prisonnier le plus dangereux d’Angleterre” Refn choisit de nous présenter un personnage allégorique, dont beaucoup des pérégrinations rappellent celle du réalisateur lui-même (rêves de... Lire l'avis à propos de Bronson

1
Avatar SombreRascasse
9
SombreRascasse ·
Bande-annonce
6.3

Un film qui fait du bien

Vous ne pouvez pas rester insensible devant ce film. Vous ne le pouvez pas car, tel ce lourdaud un peu con qui vous collait à l’école primaire, La légende de Baahubali veut absolument devenir votre ami, et fera tout pour y parvenir. De ses yeux bovins et larmoyants, il vous supplie de le regarder dérouler devant vous son interminable litanie de stupidités, enrobée du... Lire la critique de La Légende de Baahubali : 1ère Partie

2
Avatar SombreRascasse
1
SombreRascasse ·
Bande-annonce
7.2

Un de plus...

L’idée même de viscéralité n’est conceptuellement pas assez riche de viscéralité pour révéler l'excessive viscéralité de Hacksaw Ridge, ou Tu ne tueras point sous nos latitudes. Le temps des cerises La première partie du film, située aux Etats-Unis, nous permet de découvrir l’univers du naïf et attachant Desmond Doss. Elle est... Lire l'avis à propos de Tu ne tueras point

1
Avatar SombreRascasse
9
SombreRascasse ·
Bande-annonce
7.4

Catalogue thématique élégant, creux et prétentieux

Blade Runner 2049 est une belle œuvre cinématographique, mais Seigneur qu'est-ce qu'il est inutilement pompeux et lent, c'en est un pur supplice. Si l'on a pas la chance d'être fasciné par la SF ou d'être particulièrement fan des acteurs, on s'expose tout bonnement à une purge dantesque. Le long-métrage surabuse de la posture formelle de "suite intelligente d'un film intelligent"... Lire la critique de Blade Runner 2049

18 3
Avatar SombreRascasse
3
SombreRascasse ·
Bande-annonce
8.2

Le Vieux Lion ne rugira plus

Si seules les quatre premières saisons devaient être notées, ce serait pour moi un 9, les suivantes (avant la 8 bien sûr, mais ce serait un miracle si celle-ci arrivait à sauver la situation) ce serait plutôt 5. Excellente adaptation d’une excellente saga littéraire, les premières saisons de Game of Thrones sont entrées dans la légende, notamment pour le talent de leurs acteurs, la... Lire la critique de Game of Thrones

7 3
Avatar SombreRascasse
7
SombreRascasse ·
  • 1
  • 2