Tu ne trouves pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Tu peux écrire à feedback@senscritique.com pour signaler une fiche manquante.

Un jour, Je les Tarterets.

Avis sur Dans la légende

Avatar La-Li-Lu-Le-Lo
Critique publiée par le

(PRECISION : le titre s'adresse à ceux qui ne tolèrent pas les avis négatif sur cet album et en aucun cas au duo en lui même.)

Le rap est un genre à part dans le paysage musical. Incompris par beaucoup, il souffre d’une image négative due à des amalgames permissifs et vomitifs. Le rap est pour beaucoup une musique faites par des illettrés seulement capable d’être injurieux et vulgaires. Pourtant, la naissance du rap est avant tout due à une envie de certaines personnes enclavées socialement de clamer leurs souffrances et mettre en musique des problèmes sociaux profonds. Un exemple de texte qui pourrait choquer avec un rappeur connu (et reconnu) : Killer Mike.

I’m gonna bang this bitch the fuck out.

C’est sur ces mots que débute l’une des pépites de ces dernières années dans le monde du rap, le divin Run The Jewels 2. Composition ultra-stylistique et textuellement irréprochable, l’album fait montre d’une brutalité lyrique à la mesure des thèmes que le duo veut aborder. A l’instar de Run The Jewels, le rap se veut un genre musical contestataire par essence partant à l’attaque pour défendre des valeurs. Certains artistes vont même plus loin comme Dead Prez. En effet, la veine rap la plus véhémente et contestataire est celle du rap conscient où la politique et le rap s’unissent pour crier à l’injustice. On compte parmi les éminents rappeurs de cette branche artistiques des gens comme KRS-One, Mos Def, Immortal Technique, Dead Prez pour ne citer que la branche américaine. Certains s’offusqueront de cet état des lieux un brin simpliste du monde du rap d’autant qu’il se limite à l’activité américaine. Et en France alors ? On ne sait pas faire de rap ????

Bien évidemment, le rap français n’a pas à rougir de ses confrères des states. Un exemple plus que parfait de ce qu’est le rap se trouve chez Casey, une artiste qui plane dans le monde du rap avec son style aussi atypique et austère que brillant et contestataire. Elle n’est pas seule, on pense naturellement à Fuzzati, Dooz Kawa, Rocé, Hugo TSR ou même Davodka. En France, le rap traine toujours une mauvaise image quoi qu’on en dise. Souvent associés à des idiots congénitaux, les rappeurs sont mal vus, la faute a une partie de la presse qui écrit sans vraiment s'interroger. Pourtant comme ne pas s’extasier devant l’aisance lyrique de Dooz Kawa ? Comment ne pas être fasciné par le flow ahurissant de Davodka ? Comment ne pas être touché par la sincérité émotionnelle de Rocé et Casey ?

En quelques semaines, PNL a pulvérisé cette image du rap en proposant un style unique empreint de légèreté. En quelques semaines, le duo a pulvérisé les ventes passant de disque d’or à disque de platine. En quelques semaines, le louanges se sont multipliées dans la presse évoquant un sommet du rap, un groupe déjà dans la légende. En quelques semaines, une fronde s’est instaurée entre les pros et les antis. En quelques semaines, certains se son investis d’une mission : expliquer aux antis qu’ils avaient tort, qu’il faut plusieurs écoutes pour comprendre l’album. Ceux qui n’aiment pas PNL sont rapidement passés pour des abrutis finis ou pour utiliser une expression d’une stupidité outrancière : les antis sont jaloux. L’inverse est d’ailleurs vraie car beaucoup ont craché sur PNL en évoquant que leur musique était à chier. Et même pire, on peut parfois lire le raccourci suivant : l’autotune c’est de la merde donc PNL c’est de la merde. Cet argument est non seulement absurde mais aussi stupide. On a le droit de ne pas aimer l’autotune mais juger le groupe simplement sur cela est totalement injuste. Personnellement, je ne suis ni contre, ni pour PNL. A vrai dire, la curiosité m’a piqué d’essayer d’écouter pour comprendre ce que les gens pouvaient tant aimer. Alors que vaut Dans la légende ?

Commençons par le point positif de l’album : les instrus. Particulièrement planant et épuré, le fond musical se fait souvent minimaliste. L’exemple parfait de cette volonté d’offrir un truc inédit est le morceau qui ouvre l’album : DA. L’introduction du morceau est remarquable tout comme le refrain. La structure du morceau est en parfaite adéquation avec ce que veut proposer le duo. Dans la légende se veut une proposition unique dans un univers parfaitement identifié. On notera plusieurs pistes qui offrent une proposition musicale interessante au niveau instrumentale. La dessus, que l’on aime ou pas le duo, on se doit de reconnaitre cet aspect travaillé de l’album qui ressort clairement après plusieurs écoutes.

Second point que nous aborderons : les textes. C’est le point central de discorde entre les amateurs et les détracteurs. Commençons par noter que dans la presse on peut lire des tentatives de défenses des textes mais ces méthodes sont totalement foireuses et ce pour une raison précise : les journalistes se trompent lourdement dans leur approche. Premier point que l’on peut trouver : les clips. Certains pensent que les clips font partie intégrante de la musique de PNL et est un de leurs atouts. Pourtant quand on écoute on le fait avec ses oreilles alors les clips n’entrent aucunement en ligne de compte dans l’appréciation de l’album. Ensuite, comprendre une phrase écrite par un rappeur n’est pas toujours aisé car il usera souvent d’un vocabulaire imagé. Pour PNL, beaucoup évoque avec justesse un groupe qui parle de son avenir fait d'incertitudes. Pour être plus précis, PNL est centré sur lui-même et évoque son quotidien dans la cité ainsi que la vie de dealer d’un de ses membres. La dessus, point de débat le groupe a un fond textuel que l’on peut déceler. Pourtant, on peut s’interroger sur la profondeur globale de l’album car certaines chansons ne sont pas vraiment inspirées et les textes sont dans l'ensemble faibles. Je reprendrai le cas du morceau DA où plusieurs thèmes se télescopent sans toutefois faire mouche la faute à une simplicité lyrique qui devient répétitive dans la suite du disque. Pour exemple, l’argent qui semble obséder les deux frères car il semble passer de longues journées à compter leurs pactoles qu’ils associent aussi à leurs fans dont il semble ne pas trop se préoccuper. A ce titre, on peut lire que le fait que le groupe ne donne pas d’interview semble booster leur cote. C’est pourtant paradoxal pour des rappeurs car la plupart d’entre eux aiment les interview où ils peuvent s’exprimer et valoriser leur art tout en défendant les causes qui leurs sont chères. Ici, les deux frères se refusent aux journalistes qu’ils tiennent volontairement à l’écart. Il est alors difficile de savoir vraiment qui sont ces deux hommes et surtout quelles sont leurs positions vis-à-vis de leurs textes. C’est d’ailleurs là-dessus que les articles plaçant PNL au sommet du rap commettent une grave erreur en relevant certains phrases pour justifier de la qualité des textes. Mais a-t-on besoin de justifier la qualité des textes de Dooz Kawa en piochant des phrases et en leur donnant un sens profond ? Mais a-t-on besoin de justifier la qualité des textes de KRS-One en piochant des phrases et en leur donnant un sens profond ? Non car il est évident pour tout le monde que ces deux artistes sont d’excellents paroliers et personne n’a besoin de se confondre en justification superflue et forcée.

Analyser l’album peut se faire à plusieurs échelles mais trop souvent les critiques versent dans l’excès en parlant de légendes ou de groupe au sommet du rap tout comme certains parlent d’ album de merde. D’une part jugé aussi rapidement du succès d’un groupe est douteux car une carrier se construit sur la durée. D’autre part, peut-on ranger PNL à 100% dans le monde du rap? Et c’est bien la toute la question car avec leurs sons singuliers et l’autotune ils s’éloignent des sentiers du rap traditionnel. Alors une question se pose : ceux qui aiment PNL, sont-ils vraiment des amateurs de rap ou alors des gens qui se sentent touchés par cette musique là ? Bien entendu, il n’y a de réponse simple à cette question mais ceux qui aiment le rap dit conscient n'aimeront pas PNL. En revanche, l’ambiance décomplexée et les rythmes aériens plairont à des gens qui n’écoutaient pas forcement beaucoup de rap. Sur cette distinction, on pourra arguer que des membres de la communauté rap de France apprécie PNL mais là encore ce n’est pas un argument pour affirmer quoi que ce soit.

Dans la légende est une oeuvre qui divisera mais qui aura réussit son pari : être un sujet de conversation omniprésent dans la presse et le net. Cumulant les unes le groupe atteint certaines personnes et parle visiblement à beaucoup. Alors est-ce à propos du fond ? Est-ce à cause de l’ambiance ? Sans doute car c’est ce qui accroche le plus à l’écoute entre ce mélange auotune et de rythme planant.

Quoiqu’il en soit, certains aiment et d’autres détestent. Peut-être parce que certains attendent plus du rap ou attendent autre chose? PNL ne peut aucunement prétendre à être porter au sommet du rap ou trôner parmi les meilleurs rappeurs et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les qualités de MC du duo sont perceptibles mais sont à des années lumières des tout meilleurs et il n’y a qu’a voir les performances live de certains pour s’en convaincre. Ensuite en terme d’écriture, comparer un certain Dooz Kawa ou Rocé à PNL et vous verrez l’écart massif avec un écrivain de talent et ces deux hommes.

Je n’ai pas la parole divine et ne prétend aucunement à donner un avis qui mettra tout le monde d’accord. Cependant, il est navrant de constater que certains se permettent de prendre de haut ce qui aiment ou n’aiment pas PNL. Si on n’aime pas le duo certains vous diront que vous n’avez pas compris ou même que vous n'avez pas écouté l'album en entier et montreront ainsi leur stupidité et fermeture d’esprit. Inversement, appeler idiots ceux qui aiment c’est également faire montre d’une bêtise phénoménale. La musique (tout comme le cinema) est un art qui nous comble car il répond à une attente. Il y a beaucoup de gens qui trouvent leurs bonheur dans la musique de PNL et l’on se doit de respecter leur avis sans verser dans une mauvaise foi navrante.

Personnellement, j’attends du rap beaucoup de choses et PNL ne me les offre pas. Mais loin de moi l’idée d’aller cracher sur ceux qui aiment. Mais qu’on ne vienne pas me dire que je ne comprends pas le groupe sous peine de prendre mon pied dans dans le fion.

Précision : je fais du 48.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4321 fois
63 apprécient · 15 n'apprécient pas

Autres actions de La-Li-Lu-Le-Lo Dans la légende