"I'm the wrong kind of person to be really big and famous"

Avis sur Either/Or

Avatar Gaki-Rae-Jepsen
Critique publiée par le

Aujourd'hui je m'attelle à la critique d'un des mes albums favoris, par un de mes chanteurs favoris. C'est exactement ce que je me dis depuis maintenant environ un mois. Mais je dois bien constater qu'il est pour moi très dur de résumer ma pensée exacte vis-à-vis de l'album.

Album pivot dans la carrière d'Elliott Smith, celui-ci lui permettra de se faire connaître du grand public, mais aussi d'apparaître à la cérémonie des Oscars pour défendre son morceau "Miss Misery" (Will Hunting). Face à lui cette année là, Céline Dion pour sa chanson "My heart will go on" dans Titanic, rien que ça. (1)

(La vidéo de Miss Misery aux Oscars, l'ajout d'instrument est magnifique. On notera qu'il manque une bonne moitié des paroles.)

https://www.youtube.com/watch?v=wPf-hRoZDp4

L'album aborde les thèmes chers à l'auteur: addiction "Between the bars"/ La complexité des relations "Say Yes" et sa célébrité montante "Angeles". Pourtant même si ses textes permettent d'exprimer de véritables fragments d'histoire, ils ressemblent beaucoup plus à un condensé de sentiments. Les chansons nous rappellent des rêves, les sensations sont connues mais l'histoire globale ne colle pas à 100%. C'est à nous d'en faire notre propre interprétation. (2)
Une véritable mise à nue, quand on tend l'oreille ou bien on a l'impression de connaître l'auteur ou bien que l'auteur nous connaît.

Comme d'habitude avec l'artiste nous avons à faire à son style aigre-doux comme si ce mot avait était inventé pour lui. Les paroles sont simples, déchirées, sombres tandis que les musiques sont toujours très douces grâce à ce son acoustique très peu arrangé. Gros contraste en perspective, chaque morceau nous donne un sentiment de tristesse et de mélancolie, mais aussi une immense joie de par ses mélodies. Elliott Smith était un artiste terriblement humain et on le ressent fortement dans son œuvre.

Ce qui m'impressionne à chaque fois, c'est la sobriété de ses textes et de ses musiques. Tout ceci est simple mais jamais simpliste. Tout les mots sont maniés avec une extrême précision, tout est limpide, et pourtant il réussi toujours à exprimer des idées complexes et très imagées.
Une des meilleures illustrations est la chanson "Angeles" où Elliott Smith commence à chanter à la première personne en décrivant la ville et dans une seconde partie personnifie la ville de Los Angeles et chante en son nom la façon d'ont elle broie une majorité d'artistes.

Des tas de paroles de cet album resteront cultes: (sélection non exhaustive)

"Picking up the ticket shows there's
Money to be made
Go on, lose the gamble that's the
History of the trade "

"Drink up baby, stay up all night
With the things you could do
You won't but you might
The potential you'll be
That you'll never see
The promises you'll only make"

"Crooked spin can come to rest,
I'm damaged bad at best,"

Comme toute bonne chanson d'Elliott je ne vais pas m'étendre plus. Mais une fois de plus quel tour de force en seulement une trentaine de minutes nous offrir un album si riche en émotions de la première à la dernière note. Je dois souligner que comme à son habitude l'auteur nous offre un dernier morceau sublime, la répétition des premiers mots à la fin est magique comme si tout cela pouvait recommencer tout de suite.

(Critique publiée à 2:45 AM wink wink ;)

PS: J'en profite pour partager la performance du Boombershoot festival, le live est énorme, il arrive même à me faire aimer "Bled White" et "Amity" https://www.youtube.com/watch?v=O_ZpXF0O3I8

PS2: J'en profite aussi pour mettre 10 parce qu'il le mérite et que je n'ai encore aucun album à 10. Et être menacé de sortir du top 111 est une pure honte ^^.

(1) Les pensées d'Elliott Smith après son passage aux Oscars. "Who's that guy you know in a white suit with dirty hair you know who hasn't sold millions of records. What in the world he's doing there ? And I was wondering the same thing."
Traduction: " Qui est ce mec t'sais dans un costume blanc avec des cheveux sales et t'sais qui n'as pas vendu des millions de disques. Qu'est ce qu'il fout-là ? Et je me posais la même question."

(2) "You can take a picture of New York and one person looking at it will think it looks really depressing, frightening; and someone else will look at it and think of all the fun things you can do in New York. I think songs are kinda like that.”. Elliott Smith lui même joue de ses musiques qui peuvent avoir plusieurs interprétations.

Traduction " Tu peux prendre une Photo de New York et une personne va la regarder et va l'a trouvée vraiment déprimante, effrayante et quelqu'un d'autre va la regarder et penser à tout les choses fun qu'on peu faire à New York. Pour moi les chansons sont un peu comme ça."

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 718 fois
18 apprécient

Gaki-Rae-Jepsen a ajouté cet album à 9 listes Either/Or

Autres actions de Gaki-Rae-Jepsen Either/Or