Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

La beauté de l'infini

Avis sur Music Has the Right to Children

Avatar Lucid
Critique publiée par le

D’où vient mon amour pour Boards of Canada, et spécialement leur Music Has the Right to Children? C’est là une très bonne question, et j’essaye toujours d’y répondre. Chaque écoute apporte une dose supplémentaire de fascination, mais par intermédiaire, de mystères. Lançons donc des pistes, au gré du vent.
J’éprouve une étrange attraction envers le côté mystérieux du groupe, j’ai toujours adoré ça, même si ça n’a aucune réelle influence sur l’écoute. Mais cette non-communication avec les médias, cette éloignement de toute la vie musicale (aucune nouvelle depuis 2006, pas de concerts depuis plus de dix ans), bizarrement, alimentent mon attraction à double-tranchant, en sachant très bien que je ne les verrais jamais en concert, par exemple.

Mais la musique. La musique de Boards of Canada.
C’est surement le groupe pour lequel j’ai le plus de mal à juste décrire leur son. Parce que, en soi, certes c’est de l’ambient, avec des touches de techno. Mais ça reste très très abstrait.
Des nappes de sons. Qui volent. Qui forment un nuage. Qui descendent s’immerger vers la terre. Qui forment un brouillard fumeux. Qui finit par s’évanouir. Une brise glaciale. Des voix d’enfants, au loin. Et des boucles. Encore des boucles. A l’infini.
Et la musique vous fait vivre, comme jamais, comme personne. Fait naître un organisme. Un univers. Et le plus beau dans tout ça, c’est qu’il est entièrement à vous. On y fait ce que l’on veut. Car il n’a pas de fonction définie. En général, un album renvoie à un sentiment, à un état d’esprit (ce qui n’est absolument pas réducteur). Et ici, on est plus ou moins face à un long voyage, face à vous-même. On peut y sombrer comme jamais, y voir un espoir envers le reste de l’humanité. Il peut vous révéler la beauté de l’instant présent, ou vous renvoyer dans vos souvenirs les plus profonds. Et c’est quelque chose de bien trop rare pour le laisser s’échapper. On ne le lâche plus, on le garde pour nous, chaque écoute est une aventure à part entière. Une dissection de votre âme en une heure, paisiblement. D’être touché par les boucles, encore et encore. Aimer se perdre dans des labyrinthes sans fin.
Je revois cette fois où les flocons sont tombés. La neige était encore plus belle que dans mes rêves. Tout semblait s’être arrêté, pour ne faire plus qu’une phase.

On touche ici à quelque chose d’intouchable, d’inoubliable.
L’abstraction. L’émerveillement de vos sens. Vivre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1992 fois
80 apprécient · 3 n'apprécient pas

Lucid a ajouté cet album à 5 listes Music Has the Right to Children

Autres actions de Lucid Music Has the Right to Children