Bonne nouvelle ! La réparation de la base de données est en très bonne voie. On vous explique tout sur notre blog.

Avis sur

Nebraska

Avatar BenjaminSpringsteen
Critique publiée par le

Inutile de présenter le monsieur je pense que tout le monde ici connais plus ou moins alors passons tout de suite aux contexte .
Nebraska sort en 1982 deux ans après the rivers qui achèvera de propulsé le boss au panthéon du rock .
Après 5 albums avec son E street band le bonhomme nous propose donc ici un album acoustique , juste le boss sa guitare sèche , son harmonica et ses textes .

A l’époque ou les guitare électrique pullules encore cela et ou les sythé cuivre et disques surproduit commence déjà a gangréner ce qu’il reste du rock (et oui déjà dans les année 1980 ça commençait a sentir le sapin pour ce genre musical ) cette tentative de produire un album acoustique pourrait s’apparenter a un véritable suicide commercial .
Et pourtant cet album constitue bien un des meilleurs opus que Bruce ait produit .

De « Highway Patrol Man », qui narre l’histoire de Joe Robert, policier de la route et de son frère Frankie le mauvais garçon. Le sujet ne prête pas à la franche rigolade. Mais cette chanson, sur le rythme d’une comptine pour enfant, est un chef-d’œuvre émotionnel.
Ensuite « Open All Night » et son chant haut perché, à l’image d’un chanteur des rues, et dont le rythme ne souffre pas un instant du manque d’instrumentation.

Dans le genre rythmée, la complainte de « Johnny 99 » est exactement dans le même esprit, on entend à peine la guitare qui peine presque à suivre les trémolos de Bruce.
Plus intimiste, « My Father’s House » se rapproche encore plus des classiques de Bob DYLAN, seule la voix les distingue car la qualité, elle, est bien la même. Un autre thème de quotidien difficile, comme il en existe tant aux États-Unis, la fameuse terre des rêves du monde entier.

« State trooper » nous ramène dans le New Jersey, au turnpike qui sépare les routes de Big Apple et de Philly. Là encore, la voix du Boss est miraculeuse de véracité, sur un rythme bluesy rapide. Une autre perle. « Atlantic city », toujours sur les terres du Boss, est interrompu par des gémissements, et vous fera rentrer dans un autre monde de tristesse.
Un grand classique que seul Bruce été capable de produire .

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 330 fois
Aucun vote pour le moment

BenjaminSpringsteen a ajouté cet album à 5 listes Nebraska

Autres actions de BenjaminSpringsteen Nebraska