Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Shaking (despair, hangover & ecstasy)

Avis sur Shake Shook Shaken

Avatar flèp
Critique publiée par le

Cet album ressemble à une hypnose, à une respiration essoufflée, à une fin de soirée où la fatigue et l'alcool ont semé l'anarchie dans votre façon de danser (elle le dit elle-même "I dance in disorder").Tremblant, en transe, vous sentez vos lèvres bouger avec les paroles, et la basse appuyer doucement le rythme au fond de vos tripes. Quelle description. Mais trêve de métaphores, voilà un album, témoin d'une recherche musicale, d'une volonté de la part du duo Olivia Merilahti et Dan Levy de changer. Volonté admirable, qui plus est extrêmement bien mené. Avec une application minutieuse, ils mènent une instrumentation à la fois orchestrale et pop, qui sonne vaste, majestueuse. Rien à voir avec le cru et sec A Mouthful, lui-même terriblement addictif. Finalement ils prouvent tout simplement qu'ils savent s'étendre, qu'ils sont curieux de le faire. Going Through Walls déchaîne un son militaire en utilisant des sons de cuivres, certains plus électro et une batterie cinglante. Un bout de passé, et du nouveau. Beaucoup de nouveau. Trustful Hands ajoute une guitare posée à des sons plus électro, des percussions acoustiques, et une ligne de basse simple et efficace.
Étonnant, d'ailleurs, comment l'anarchie peut être aussi maîtrisé. Sans ironie, ce n'est pas pour rien que cet album s'appelle Shake Shook Shaken. Il suffit d'étudier Despair, Hangover & Ecstasy (le titre annonce le reste) et son clip, pour sentir une explosion vibrante. Lick My Wounds, elle aussi, semble posé à mi-chemin entre ordre et chaos. Les mouvements de Olivia Merilahti sur scène, aussi bien que dans ces clips, chorégraphié, secoué, donne son charisme à cette ambiance déjantée qu'on sentait déjà dans les albums précédent. Le concert en devient presque un spectacle.
On pourrait très sincèrement sentir tellement plus de choses, mais je ne vous laisserais pas partir sans vous parler de Anita No!. Au couplet proche du minimaliste, ils ajoutent un refrain explosif, entre synthé, percussions résonnantes, avec des paroles travaillées sur leur sonorités (comme elles le sont rarement) comme sur leur sens. Terrible.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 624 fois
6 apprécient

flèp a ajouté cet album à 1 liste Shake Shook Shaken

Autres actions de flèp Shake Shook Shaken