Cela pourrait être le titre d’un film noir des années 50, ou d’un livre. D’ailleurs les caractères utilisés sur la pochette sont ceux d’une machine à écrire et Bruce SPRINGSTEEN a veillé à ce que les morceaux choisis (parmi les 70 enregistrés) soient particulièrement homogènes. De plus, les textes ont beau être réalistes, ils ne sont pas désespérants pour autant. Avec en outre, une production épurée, Darkness on the Edge of Town est bien différent de son prédécesseur, Born to Run, qui permit au Boss de rencontrer le succès.


Dix chansons figurent dans l’album (enregistré avec le E Street Band) :


1. Badlands est mon morceau préféré de SPRINGSTEEN ; celui qui lui correspond le mieux selon moi. La musique est entrainante et j’adore les paroles, notamment : Poor man wanna be rich / rich man wanna be king / And a king ain’t satisfied till he rules everything
2. Adam Raised a Cain est un titre rock convaincant dont les paroles sont inspirées par la Bible pour en réalité évoquer les relations conflictuelles – passées – du songwriter avec son père.
3. Something in the Night : très belle chanson, forte, sombre et émouvante. La prestation vocale du Boss est remarquable.
4. Candy’s Room : SPRINGSTEEN montre qu’il sait se renouveler et surprendre avec cette love song à la construction originale.
5. Racing in the Street est une ode à la voiture empreinte de beaucoup de mélancolie. Ce titre phare de l’album est aussi le plus long (près de 7 minutes).
6. The Promised land : cette chanson, sortie en single, aborde les thèmes de la ville, du désert et de la voiture (encore) à travers l’itinéraire du narrateur. Musicalement, le groupe nous gratifie d’un enchainement de petits solos piano/guitare/saxophone/harmonica au milieu du morceau. Sympa !
7. Factory : dans cette petite chanson (par la durée), le songwriter américain rend hommage à son père qui a travaillé en usine. La simplicité de ce rock modéré fait son charme et sa force.
8. Streets of Fire : c’est l’histoire d’un loser qui a tout quitté, la ville et la société, symbolisées par ces rues de feu. Malgré la performance vocale de SPRINGSTEEN (et son solo de guitare), ce titre n’est pas la meilleure plage de l’album.
9. Comme souvent avec le Boss, ce morceau est le fruit d’un long travail d’écriture au cours duquel plusieurs versions sont testées. En outre, la version Live de 11 minutes est parait-il encore meilleure. Premier single du disque, Prove It All Night figure sur la compilation The Essential Bruce SPRINGSTEEN (édition 2015).
10. Darkness on the Edge of Town commence pianissimo – comme souvent avec le songwriter – pour alterner passages mélancoliques et fulgurances rock. La chanson-titre conclue le quatrième album de SPRINGSTEEN qui la jouera plus de 700 fois en concert.


Nouveau succès dans le Billboard américain, Darkness on the Edge of Town – aux sonorités folk/rock – est une œuvre majeure dans la discographie du Boss.

the_stone
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs albums de rock

Créée

le 22 nov. 2020

Critique lue 536 fois

16 j'aime

12 commentaires

the_stone

Écrit par

Critique lue 536 fois

16
12

D'autres avis sur Darkness on the Edge of Town

Darkness on the Edge of Town
the_stone
9

Ténèbres aux portes de la ville

Cela pourrait être le titre d’un film noir des années 50, ou d’un livre. D’ailleurs les caractères utilisés sur la pochette sont ceux d’une machine à écrire et Bruce SPRINGSTEEN a veillé à ce que les...

le 22 nov. 2020

16 j'aime

12

Darkness on the Edge of Town
Jerry_OX
8

Sombre et superbe à la fois !

Après avoir publié deux albums passés relativement inaperçus en 1973 , ce jeune song-writter rencontre la gloire en 1975 avec un opus urbain et réaliste intitulé "Born to Run" qu'il a enregistré avec...

le 27 mai 2015

4 j'aime

Darkness on the Edge of Town
Guimzee
8

Futur Tracé

L'un des premiers albums de Bruce Springsteen est une véritable perle musicale, que ça soit en terme de paroles ou de musique en tant que tel. Ce qu'il raconte à travers les mélodies de son meilleur...

le 11 avr. 2015

2 j'aime

Du même critique

Portrait de la jeune fille en feu
the_stone
4

Critique de Portrait de la jeune fille en feu par the_stone

J’avais beaucoup aimé Naissance des pieuvres de la même réalisatrice (avec Adèle HAENEL déjà), mais là, l’ennui l’a emporté sur la curiosité. Je comprends que certains trouvent ce film beau et...

le 22 sept. 2019

32 j'aime

14

Les Trois Mousquetaires - D'Artagnan
the_stone
7

Un classique modernisé

Il est assez rare de voir une production nationale d’une telle envergure, avec pour objectif de réinventer rien moins que l’idée d’un cinéma populaire français de qualité, capable de rivaliser avec...

le 2 mai 2023

21 j'aime

13

Eiffel
the_stone
5

Dommage !

Eiffel est un film ambitieux. Il s’agit d’une grosse production française qui tente de raconter une flamboyante histoire d’amour sur fond de création de la tour Eiffel. Malheureusement, il manque le...

le 13 nov. 2021

20 j'aime

7