Avec sa pochette comico-délirante célébrissime et sa réputation de pierre de touche du prog-rock première génération, "In the Court of the Crimson King" peut-il encore nous toucher, alors que le rock semble depuis longtemps être revenu de tout, et que l'expérimentation musicale a depuis fait des pas de géant ? Il est d'abord indéniable que la poésie "hippie-médiévale" de Pete Sinfield prête largement à sourire, que l'usage systématique du mellotron "date" terriblement, et que certains passages "ambitieux" ("Moonchild") ressemblent surtout désormais à un bidouillage d'amateurs un tantinet perdus, ou au moins auto-complaisants. Mais il y a aussi le redoutable "21st Century Schizoid Man" en ouverture, qui n'est pas loin d'être le meilleur titre de Robert Fripp, avec cette rage froide qui reste toujours aussi saisissante en 2012 ; il y a la beauté profonde de "Epitaph", sans doute l'un des meilleurs morceaux prog-rock jamais écrits (...avec quelques réussites de Van der Graaf quand même...) ; et il y a évidemment la réussite glorieuse, historique, du titre éponyme... même si l'on ne sait plus dire si c'est la qualité de la chanson ou son impact dans l'histoire de la musique qui impressionne désormais le plus. Alors, la réponse est indiscutablement : oui, "In the Court of the Crimson King" reste un album véritablement indispensable, mais aussi émotionnellement marquant. [Critique écrite en 2012]

Créée

le 23 janv. 2015

Critique lue 1.1K fois

16 j'aime

Eric BBYoda

Écrit par

Critique lue 1.1K fois

16

D'autres avis sur In the Court of the Crimson King

In the Court of the Crimson King
T_wallace
10

Critique de In the Court of the Crimson King par T_wallace

Lors de mes jeunes années (au moment où mes oreilles commençaient à se sensibiliser à la musique), dans le salon de mes parents, la collection de vinyles trônait entre les VHS et les bandes...

le 18 sept. 2012

59 j'aime

12

In the Court of the Crimson King
Thomas_Dekker
9

Confusion will be my epitaph.

Magnifique. Sans doute le meilleur album de progressif jamais créé (si l'on met Pink Floyd à part bien entendu). L'album est juste une définition de ce qu'est le progressif ; un album concept symbole...

le 4 mai 2012

46 j'aime

9

In the Court of the Crimson King
ErrolGardner
10

Le sacre du roi cramoisi.

En 1969 sortait le disque de rock progressif par excellence, "In the court of Crimson King", bien souvent sobrement intitulé "In the court of". L'époque était à la création du hard-rock bluesy et du...

le 19 févr. 2013

38 j'aime

1

Du même critique

Les Misérables
EricDebarnot
7

Lâcheté et mensonges

Ce commentaire n'a pas pour ambition de juger des qualités cinématographiques du film de Ladj Ly, qui sont loin d'être négligeables : même si l'on peut tiquer devant un certain goût pour le...

le 29 nov. 2019

204 j'aime

152

1917
EricDebarnot
5

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

le 15 janv. 2020

190 j'aime

105

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

le 15 sept. 2020

187 j'aime

25