Tome 1 et 2

Avis sur Au Commencement - Annihilation, tome 1

Avatar Enlak
Critique publiée par le

L’univers cosmique de marvel, ce sont des êtres manipulant des quantités d’énergies phénoménales, fusant à toute vitesse dans l’espace sidéral, vivant naturellement dans le vide hostile à tout autre, des êtres aussi vieux que l’univers lui-même aux pouvoirs quasi-divin, des combats d’énergies pures, et des guerres aux enjeux englobant l’univers.
A la moitié des années 2000, les séries cosmiques (connues chez nous dans la revue marvel universe, là où j’ai d’ailleurs lu l’histoire) connaissent aussi leur renouveau par un évènement qui va provoquer beaucoup de conséquences. Annihilus est sorti de la Zone Négative avec une véritable armée d’insectoîdes qui détruit tout sur leur passage et n’épargnera personne. Kree et Skrulls, ennemis ancestraux, sont tout deux durement touché au point de voir leur suprématie compromise. Les Nova Corps, la force armée de l’univers, ne résistent pas non plus. Tandis que les anciens hérauts de Galactus sont, malgré leur passé, choqués par cette vague de destruction sans pitié.

Cette histoire regroupe la quasi-totalité des personnages cosmiques marvel : Galactus, le Surfeur d’Argent, Firelord, Thanos, Ronan, le Super-Skrull, Nova, Gamora, Drax… Apparus quelques fois dans une série ou deux (4 fantastiques notamment) avant de voir leur importance grandir au fil du temps, au point d’avoir parfois leur propre série et de devenir incontournable, ils représentent ce qui m’attire chez marvel : un univers qui n’a cessé de se développer au fil des décennies, augmentant ces lieux d’actions, ces héros, incorporant ici et là de nouveaux éléments, qui peu à peu forment un véritable monde. Ce n’est pas pour rien s’il est courant de parler de galaxie marvel (Bien qu’il soit plus approprié ici de parler d’univers. Il est courant dans les livres/ séries de parler d’univers pour évoquer le monde créé, mais dans le cas de marvel, et de DC comics, cela revête un autre niveau).
Pendant que sur Terre les super-héros s’entredéchirent, la résistance s’organise face à cette nouvelle menace, et les ennemis d’autrefois deviennent les héros d’aujourd’hui. L’occasion de leur découvrir une nouvelle facette, ce qui rend cette histoire particulièrement captivante.

Le Super-Skrull, cruel et individualiste, devenu un paria suite à ses échecs répétés, se rachète une conduite en combattant seul l’ennemi, inquiet pour sa famille. Pour la première fois, il fait passer les intérêts d’autres personnes avant le sien. A noter que sa combinaison de pouvoirs rend vraiment bien sur les planches.
Ronan l’Accusateur (bien plus intéressant que dans « les gardiens de la galaxie »), accomplissait autrefois la volonté de son peuple sans se poser de questions. Trahit et considéré comme un traître par ceux qu’il a passé sa vie à protégé, il commence à penser par lui-même et à choisir ses propres combats, au point de devenir l’un des leadeurs de la résistance.
Thanos, en voie de rédemption suite à ses déboires avec les gemmes de l’infini, reste un être trouble et s’allie à Annihilus par simple curiosité. Difficile de dire quelle sera sa future conduite.
Et l’on retrouve également Nova, dernier survivant des Nova Corps, qui porte le lourd fardeau de l’héritage de Xandar, et le Silver Surfer, qui serait prêt à accepter de devenir de nouveau le héraut de Galactus pour sauver les peuples de l’univers. Et aussi Drax qui n’a pas renoncé à sa vengeance qui risque de l’aveugler, Gamora qui joue les tyrans et Star-Lord qui n’est plus le même.

Les dessins sont réalistes et plutôt beaux, comme on est en droit de s’y attendre pour cette époque, et de nombreuses doubles pages viennent agréablement ponctuer l’histoire pour rendre compte de toute l’ampleur de la vague de destruction.
S’il fallait émettre quelques défauts, je dirais que le découpage de l’histoire séparés entre plusieurs héros trouble parfois la fluidité de l’histoire, et certains événements se produisent très rapidement voir sont passés sous silence, comme lorsque tous les protagonistes se retrouvent à combattre tous ensemble sans qu’il ne soit vraiment indiqué quand et à quel moment ils se sont rencontrés. Enfin certaines parties contiennent un peu trop d’explosions (notamment Nova au début).

En résumé un récit équipe, agréable pour la rétine tout autant que pour l’imagination, réunissant tout ce qui est intéressant chez marvel : un univers élargi et des personnages ambigus. Une histoire incontournable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 400 fois
6 apprécient

Enlak a ajouté ce comics à 1 liste Au Commencement - Annihilation, tome 1

Autres actions de Enlak Au Commencement - Annihilation, tome 1