Coke en stock (1956-58)

Avis sur Coke en stock - Les Aventures de Tintin, tome 19

Avatar Muffinman
Critique publiée par le

Coke en stock est un album qu’on a toujours un peu tendance à oublier, coincé qu’il est entre L’Affaire Tournesol (considéré comme le zénith graphique de Hergé) et Tintin au Tibet (considéré comme le chef-d’œuvre absolu par beaucoup - dont je ne fais pas partie). C’est pourtant un album d’une grande richesse, aussi bien du point de vue narratif que graphique. C’est un condensé de tout ce qu’est TINTIN dans lequel on retrouve tous les personnages favoris de l’auteur (Tintin, Milou et Haddock bien sûr, les Dupondt, Tournesol, Nestor, la Castafiore, Alcazar, Rastapopoulos et Allan, Oliveira de Figueira, Abdallah et son père Ben Kalish-Ezab, Mull Pacha alias Müller, Bab El Ehr, Séraphin Lampion et Szut un petit nouveau).

Pour ce qui est de l’histoire, Hergé nous fait voyager du monde urbain occidental et de Moulinsart jusqu’au Moyen Orient en avion, à cheval et en bateau pour évoquer un sujet très sérieux puisqu’il traite du trafic d’esclaves en Mer Rouge. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’un personnage estampillé comme positif comme Ben Kalish Ezab ne menace de révéler ce trafic illégal que lorsqu’on lui porte préjudice. Ce qui sous-entend qu’il n’est pas fondamentalement contre. Une belle ambivalence qui rend le personnage beaucoup plus réaliste et moins sympathique que ce qu’il laissait penser au départ par son attitude permissive envers son insupportable rejeton. Les ambiances décrites, notamment lors du passage en mer et sur le cargo, sont elles aussi particulièrement criantes de vérité. La Castafiore réduite à un rôle de figurante devient plus agréable et la révélation de l’identité du marquis di Gorgonzola arrive pile au bon endroit, rendant Rastapopoulos moins grotesque qu’à l’accoutumée.

Coke en stock est donc un album d’une grande qualité qui prouve qu’en dosant parfaitement les éléments, on parvient à créer un scénario équilibré et d’une richesse presque inépuisable. C’est en tout cas un excellent épisode pour découvrir TINTIN et son univers.
On pourra une nouvelle fois préférer la version en fac-similé de l’édition originale de 1958, puisqu’elle contient les dialogues originaux et non ceux qui ont été refaits pour coller au politiquement correct des imbéciles actuellement en vigueur.
Il est en effet interdit de nos jours de faire parler un Africain en "petit nègre" car c’est considéré comme insultant et dégradant. Il est bien connu en effet que dans la vraie vie tous les Africains, jusqu'au moindre petit village le plus isolé, parlent couramment le français sans la moindre erreur de syntaxe, de vocabulaire ou de grammaire, et le tout sans accent. Il fallait donc bien sûr corriger cet écart pour coller au plus près à la réalité de notre monde parfait et idyllique. Il est intéressant cependant de noter de ce point de vue que l’on peut en revanche faire baragouiner le français à un personnage estonien (Szut) sans le moindre souci. C'est limite scandaleux ce traitement, non ? Mais que fait la HALDE ! On espère seulement qu’un jour, pour plus de justice, les borgnes (Oups ! Pardon, je suppose qu’on doit dire les monovoyants ?) seront enfin obligés eux aussi de parler parfaitement le français dans les bandes dessinées.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 595 fois
1 apprécie

Muffinman a ajouté cette bd à 1 liste Coke en stock - Les Aventures de Tintin, tome 19

  • Sondage Bd
    Cover Les meilleurs albums de Tintin

    Les meilleurs albums de Tintin

    Avec : Le Lotus bleu - Les Aventures de Tintin, tome 5, Les 7 Boules de cristal - Les Aventures de Tintin, tome 13, Le Secret de la Licorne - Les Aventures de Tintin, tome 11, Le Trésor de Rackham le Rouge - Les Aventures de Tintin, tome 12,

Autres actions de Muffinman Coke en stock - Les Aventures de Tintin, tome 19