Un aller sans retour

Avis sur La Traversée - Le Transperceneige, tome 3

Avatar La critique  de l'homme saoul
Critique publiée par le

La Traversée arrive un an après l'Arpenteur. C'est la suite direct du tome précédent avec les mêmes protagonistes, le même train et quasiment les mêmes enjeux. On va s'éloigner de plus en plus de l'histoire qualitative du Transperceneige premier du nom pour arriver à un récit déjà vu des dizaines de fois et sans réel saveur.

Benjamin Legrand poursuit l'écriture de ses personnages. Il va se concentrer quasiment exclusivement sur le héros du précédent tome : Puig Vallès. Notre héros est maintenant au pouvoir, mais toujours pas apprécié par ses collègues du conseil. Ses décisions sont cotestées constament. Le conseil capte un signal radio et hésite à le révélé à Puig ainsi qu'aux habitants du train. D'autres humains ont-ils pu survivre ?

Les thématiques du précédent tome disparaisse pour laisser apparaître un jeu de pouvoir entre les différents membres du conseil. Révolte, mutinerie et prise de pouvoir au menu. Le traitement sera minime et Legrand se contentera de quelques planches d'action totalement plate. Quel ennuie.

Pourtant il y avait de quoi faire, le Crève-Glace et son équipage décide de quitter le confort des rails pour traverser une mer gêlée à l'aide de chenilles. C'est un peu tiré par les cheveux, mais passons. Il n'utilise même pas ce ressort scénaristique pour se servir des arpenteurs, une des bonnes idées du précédent tome.

Au dessin, Jean-Marc Rochette reste fidèle à son style. Que je n'aime pas... Je trouve les dessins encore moins convaincant que le précédent tome. Je ne parle même pas des cases où on voit des tirs d'armes à feu : immonde. Son trait manque de plus en plus de précision, c'est désagréable à la lecture.

Et j'ai presque failli oublier de parler de ce qui m'a le plus déçu. Proloff ré-introduit à la fin du tome 2. Je pensais qu'il tiendrait un rôle important dans l'histoire mais que nenni. Proloff est à peine utiliser et je ne comprend pas du tout comment Proloff se retrouve "lié" à la locomotive. Il n'y avait pas ça avant avec les autres mécano ?

Encore moins convaincant que les deux tomes précédents, il n'y a aucun moment palpitant et le récit s'essoufle à grande vitesse. Honnêtement le tome 2 et 3 sont dispensable. A choisir j'aurais du arrêter ma lecture au premier Transperceneige qui est très bon.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 36 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de La critique de l'homme saoul La Traversée - Le Transperceneige, tome 3