Bruno DINAH

@brunodinah

Homme, 32 ans, France (13100)
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre

Répartition des notes

  1. 0
  2. 84
  3. 0
  4. 228
  5. 0
  6. 362
  7. 0
  8. 284
  9. 0
  10. 29

Comparez votre collection avec Bruno DINAH

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Critiques de Bruno DINAH

Dernières critiques

Bande-annonce
7.2
Lettre à Godard par un amateur de cinéma. Pour LA culture, à voir. Qui en a le souffle coupé ?

L’été se termine tranquillement et c’est avec un réel plaisir enfantin que j’ai visionné, en juillet et août, les James Bond suivants : « Bons baisers de Russie », « Opération tonnerre », « On ne vit que deux fois », « Moonraker », « Octopussy », « Jamais plus jamais » et « Goldeneye ». Pour honorer Sir Sean Connery mais aussi Roger Moore. Après les ‘007’, j’ai pour habitude de finir ma... Lire la critique de À bout de souffle

Avatar brunodinah
2
brunodinah ·
Bande-annonce
7.0
Le panache de François Truffaut sonne la fin des cours du verbe Stévenin. Dring !

Dans la veine des « 400 coups », un début prometteur. Le vent de liberté est de mise avec ce générique d’introduction calqué sur la fraîcheur des enfants qui sont heureux de partir en vacances. Tout est au diapason sur ces cinq premières minutes, la musique de Maurice Jaubert (fidèle collaborateur de Jean Vigo et Marcel Carné, il peut remercier Jean Renoir, pour « Nana », de l’avoir... Lire la critique de L'Argent de poche

1 2
Avatar brunodinah
6
brunodinah ·

Activité récente

Statuts d'humeurs

Les Tribulations d'un Chinois en Chine (1965) D’après Tintin/Comédie d’aventures trop longue/Récit nanard/Tour du monde de gags lourds/Action = Delamare/Bébel de carnaval avec U Andress/Assisté de Pinoteau-un sous-de Broca avec Rochefort-Préboist
Copland (1997) 2 journées DeNiro. « Mission » : Palme 86/le ‘taxi driver’ en jésuite repenti par Irons. « Copland » : lieutenant de la police de NY. Coup de cœur+coup de maître (Mangold). DeNiro = monstre sacré
Le Mensonge (2020) Mise en scène stylée/au cordeau de V Garenq (retrouvant D Auteuil-Au nom de ma fille) adaptant une histoire vraie. Des comédiens crédibles dominés par Auteuil/V Meutelet. Sujet d’actualité. Poignant.
Primaire (2017) Vibrante+sincère comédie sociale d’H Angel. Fraîcheur instantanée+euphorisante. Focus métier : l’école de la vie. Leçon de tolérance enfantine dominé d’A Cousi. S Forestier excelle en instit courage.