Hymne à la vie et au combat

Avis sur 120 battements par minute

Avatar ecotone
Critique publiée par le

120 battements par minute, nouveau film de Robin Campillo Grand Prix au dernier Festival de Cannes, s'ouvre sur un groupe, plus précisément sur un groupe de jeunes militants d'Act Up en pleine réunion hebdomadaire. Alors que quelques nouveaux arrivent, certains habitués leur expliquent les règles de prise de parole. Bien vite, ils comprennent qu'ici la parole, justement, est reine : on échange, on s'invective, on est d'accord, on n'est pas d'accord, en d'autres termes on vit. Et on cherche à continuer à vivre. Car pour ces jeunes séropositifs, continuer à vivre signifie se faire entendre par les pouvoirs publics, par les laboratoires, mais aussi par le reste de la population. Alors on prévoit des actions coup de poing, on essaie de s'y tenir sans toujours y parvenir. Robin Campillo filme certaines de ces missions, mais ce qu'il préfère mettre en avant ce sont les corps, toujours en action. Qu'ils soient dans la rue, chez eux ou en boite de nuit, les personnages bougent, comme mus par leur élan vital.

Puis peu à peu la caméra de Robin Campillo se détache doucement du groupe, des réunions et des actions pour se consacrer à Sean (Nahuel Pérez Biscayart, une révélation) et Nathan (Arnaud Valois, très juste), deux jeunes gens qui tombent amoureux. Le premier est séropositif, l'autre pas, mais il va s'employer à accompagner son ami. Par amour, sûrement aussi pour rattraper un certain passé. Ce changement de perspective à la moitié du film se fait de manière très fluide. Les corps qui, au début, s'enlaçaient se lassent. On ne danse plus. Mais la vie est toujours là. Et lorsque la maladie est la plus forte, Robin Campillo rappelle le collectif, si nécessaire pour faire bouger les choses. Ce que démontre bien la toute dernière scène, mémorable. Alors que le générique de fin se déroule dans le silence, le spectateur reste cloué à son fauteuil.

Hymne à la vie, à l'amour et au combat, 120 battements par minute est film fort, très fort, qu'il faut voir pour se réveiller. Et vivre.

Publication originale sur likeinthemoviesblog.wordpress.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 164 fois
2 apprécient

ecotone a ajouté ce film à 4 listes 120 battements par minute

Autres actions de ecotone 120 battements par minute