Bon, ben y a du bon et du mauvais dans ce film du petit Durendal. Je précise que j'ai regardé le "director's cut" qui fait, attention accrochez-vous, 18 minutes ! Dont deux minutes de générique ! Yeah !


Le film est globalement maladroit. Des dialogues qui ne fonctionnent pas, un découpage parfois naïf, des faux raccords qui auraient pu être évités sur la table de montage, des effets de style parfois trop ambitieux (et qui en plus ne racontent rien comme tout effet de style) et surtout une histoire qui manque d'un objectif principal, ce qui fait qu'après 10 minutes, le spectateur commence à s'impatienter, se demander où ça va aller, quels sont les véritables enjeux.


Certaines maladresses font vraiment rire : le coup de la chasse d'eau, par exemple, est une action vraiment pas utile, qui empêche même d'approfondir le seul sujet du film un tant soit peu intéressant mais qui fait rire par son absurdité et par son abruptité (vraiment j'ai poussé un de ces cris de rire !). Puis Durendal lui-même est bien mauvais acteur. La blondinette un peu moins mauvaise, et en plus dotée d'un physique franchement pas désagréable. Les deux font donc bien rire (sans parler des zombies).


Je reproche aussi un travail de maquillage médiocre, et des décors qui manquent furieusement de vie. En fait, l'appartement ne reflète rien de ce qui se passe dehors : soit ça aurait dû être plus délabré, poussiéreux, bordélique, soit au contraire on aurait pu imaginer les personnages faisant tout pour oublier l'horreur extérieure, en ayant un appart trop nickel, trop douillet, etc.... ici on a juste l'impression que le réalisateur a choisi son chez-lui parce que c'était plus simple (et en plus ça lui permet de montrer sa collection de films). Je ne ferai pas de commentaire sur les caisses vides installées devant la porte pour empêcher l'ennemi d'entrer...


Mais il y a quand même du bon. Mine de rien, certaines scènes d'action passent bien, des dialogues aussi, surtout lorsqu'on se rend compte que l'on va plus s'intéresser au couple qu'à l'invasion. Il y a aussi quelques mouvements de caméra intéressants (aussi inutile soit ce plan séquence où l'on suit le câble, c'est pas mal fichu).
Même si ça reste un film d'appartement typique des productions estudiantines (heureusement on n'a pas eu droit au lever du lit), même si l'entrée en matière est maladroite, même si le jeu est mauvais, le développement reste correct (entendez par là que ça aurait pu être vachement plus mal écrit-filmé-joué-monté). Il y a aussi cette tentative de distanciation surréaliste par rapport à ce qu'il se passe au dehors, idée intéressante, mais pas très bien traitée (à nouveau pauvreté de la mise en scène).


Bref, c'est pas très glorieux mais j'ai ri quelques fois (au dépend du film, c'est vrai, mais tant que je m'amuse, moi je m'en fous que ce soit volontaire ou non) et puis le film comporte quelques bonnes idées qui mériteraient un développement plus profond (l'idée du bébé est cool, il devrait justement profiter qu'aucun producteurs ne le castrent dans ses films d'étudiants pour aller plus loin dans ce genre de sujet morbide, même si c'est pour faire du Z).

Fatpooper
4
Écrit par

Le 21 août 2014

23 j'aime

4 commentaires

31 m²
Rodias76
1
31 m²

Je vous en supplie, tuez-le! Faites quelque chose!

Ce mec est un danger pour l'intellect sérieusement! C'est à s'rouler par terre d'idiotie. Même mon chat il a été à deux doigts de s'foutre en l'air... (il est actuellement en P.L.S) Il réalise...

il y a 8 ans

38 j'aime

9

31 m²
YoelTheTrue
10
31 m²

Le film devant lequel Citizen Kane ressemble à un téléfilm NRJ 12

Ayant revu 31m² pour la 48ème fois et étant toujours sous le choc devant cette œuvre démiurge et audacieuse, je me dis qu'il serait temps de remettre les pendules à l'heure. Ce film est à réévaluer,...

il y a 5 ans

37 j'aime

4

31 m²
Fatpooper
4
31 m²

Le cinéma de Timothée Fontaine

Bon, ben y a du bon et du mauvais dans ce film du petit Durendal. Je précise que j'ai regardé le "director's cut" qui fait, attention accrochez-vous, 18 minutes ! Dont deux minutes de générique ...

il y a 8 ans

23 j'aime

4

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

il y a 7 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

il y a 8 ans

102 j'aime

45

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

il y a 10 ans

80 j'aime

27