Depuis quand la culture du viol est-elle devenue romantique ?

Avis sur 365 jours

Avatar KrystalFictions
Critique publiée par le

Niveau relation toxiques déguisée en relation faussement romantique, ce film nous présente une histoire "d'amour" pire que celle déjà limite de Cinquante Nuances de Grey. On peut dire adieu au minimum de consentement et de romantisme qu'il y avait entre les deux protagonistes de la saga Fifty Shades, que ce soit dans les livres ou les films. 365 jours nous présente clairement une femme forcée de faire ce qu'elle ne veut pas.

Tout est glamourisé de sorte à ce que certains ne puissent pas voir le côté malsain de cette "romance". La fille est présentée comme une femme de caractère, mais elle se débat à peine durant les premiers jours pour ne même pas tenter d'appeler les autorités quand elle récupère son téléphone, et la majorité de ses décisions semblent complètement stupides et irréfléchies. Sans oublier le fait qu'elle est présentée comme une chaudasse dès le départ et que ça enlève encore plus de crédit à ses tentatives de fuite (Exemple : elle se met nue et se douche devant lui, le regarde ouvertement en faire de même, mais elle tente tout de même de s'échapper par la suite). Si elle n'est pas contente, il suffit de lui acheter des choses bien luxueuses et belles, pour qu'elle soit docile.

Clairement, le message qui passe à travers ce film c'est : tant que tu es un homme beau et riche, même si la femme que tu veux n'est pas consentante, il te suffit de la couvrir de cadeaux, de la séquestrer et de la "gâter" sexuellement" pour qu'elle soit tout à toi. Très beau message en 2020, juste après une période basée sur le #MeToo et le #BalanceTonPorc.

On peut également parler de l'ironie de son discours quand elle soutient à son ex que leur relation était toxique et qu'ils n'ont rien à faire ensemble. Parce que c'est vrai que tomber amoureuse de ton kidnappeur qui te force à le regarder se  faire "gâter" par une prostituée, c'est tellement plus sain !

Le pire doit être la scène où elle manque de se faire violer et que le film parvient à la placer dans le rôle de la coupable. Elle en vient même à s'excuser. A quel moment une victime de viol ou de harcèlement sexuel est responsable de ce qui lui arrive ? C'est plutôt au détraqué qui l'agresse de se sentir coupable.  

Non, le viol n'est pas glamour. Oui, le consentement est primordial dans une relation amoureuse, et encore plus lorsqu'il y a un rapprochement physique. Non, les femmes ne sont pas des objets uniquement intéressées par l'argent, les objets de luxes et le physique d'un homme. Oui, les femmes peuvent avoir un appétit sexuel sans tomber dans les bras du premiers psychopathe venu pour autant.

Même des téléfilms du genre de "La princesse de Chicago" ont compris qu'il était important, de nos jours, de souligner que les femmes peuvent compter/briller dans d'autres contextes que celui de la cuisine, du ménage ou du fait de satisfaire leur homme.

Ce genre de film, d'histoire, ne doit pas devenir une sorte de sous-catégorie des comédies romantiques. Ou, il faut démontré de façon claire dans le film en quoi ce genre de relation est toxique et pourquoi il ne faut pas se laisser prendre au piège.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 827 fois
7 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de KrystalFictions 365 jours