Bande-annonce
Affiche A Girl Walks Home Alone at Night

A Girl Walks Home Alone at Night

(2015)
12345678910
Quand ?
6.7
  1. 6
  2. 12
  3. 32
  4. 84
  5. 130
  6. 237
  7. 414
  8. 298
  9. 117
  10. 34
  • 1.4K
  • 195
  • 2.8K

Dans la ville fantôme iranienne Bad City règnent la mort et la solitude. Sans que personne ne s'en aperçoive, un vampire solitaire observe et surveille...

Casting : acteurs principauxA Girl Walks Home Alone at Night

Casting complet du film A Girl Walks Home Alone at Night
Match des critiques
les meilleurs avis
A Girl Walks Home Alone at Night
VS
Only lovers left alive

Lorsque nous avions assisté à l’avant-première du film au Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg*, le film venait tout juste de recevoir le Prix Révélation Cartier au Festival Américain du Film de Deauville. Inconnu la veille, le film suscitait soudainement la curiosité et l’engouement des spectateurs strasbourgeois. A Girl Walks Home Alone at Night était devenu LA séance à laquelle il fallait assister au festival. Salle bondée, le film a véritablement enchanté le...

21
Le voile du Vampire

S'il y a un genre de film qui peut très vite m'agacer, c'est bien le film d'auteur indé comme celui-ci, où l'on sent un discours puissant, mais une narration très pauvre. Car il faut bien le dire, il ne se passe pas grand chose dans ce film. Il n'y a pas vraiment d'histoire. Des personnages un peu seuls. Mais ils ne font rien. Sur la fin, une situation intéressante émerge. Mais l'auteur n'en fait rien ; il propose plutôt un long silence en guise de conclusion. Le concept du film est... Lire la critique de A Girl Walks Home Alone at Night

8 3

PostsA Girl Walks Home Alone at Night

Vous avez une anecdote, une vidéo/photo ou une simple question sur ce film ?
Critiques : avis d'internautes (39)
A Girl Walks Home Alone at Night
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
A girl walks alone in beauty

La première fois que j'ai vu ce film suave, comme tout le monde, j'ai pensé à Only Lovers Left Alive, un peu, et je me suis ennuyée, un peu. Pourtant, il m'avait fait, déjà, un effet de fou, il me hantait, je n'ai cessé de vouloir le critiquer et je n'ai pas eu la force - alors j'ai voulu le revoir pour le critiquer. Je l'ai revu, sans but précis pourtant, mais je pressentais déjà le bonheur... Lire la critique de A Girl Walks Home Alone at Night

15 7
Avatar Eggdoll
9
Eggdoll ·
Critique de A Girl Walks Home Alone at Night par 鉄腕 アトム

Noir et blanc de Tetro et thématique de Twixt pour ce film de vampires iranien qui reprend la trame du genre modernisé pour devenir un exercice de style comme l’était plus tôt dans l’année la fresque belle mais plate de Jim Jarmusch, Only Lovers Left Alive. On atterrit dans cette ville déserte, où la population paraît partagée entre les dealers, les prostituées et les clients ; dans un vide qui... Lire la critique de A Girl Walks Home Alone at Night

14 3
Avatar 鉄腕 アトム
7
鉄腕 アトム ·
Une nuit jusqu'au bout de l'ennui

Première réalisation de la réalisatrice Ana Lily Amirpour, d'origine Iranienne, née en Angleterre et vivant aux états-unis. Une femme qui est le fruit de plusieurs cultures, lui permettant d'exprimer sa pensée et sensibilité, sans être muselée. Elle offre une nouvelle variation sur le thème du vampire, plus proche du magnifique "Only Lovers Left Alive" de Jim Jarmusch, que des produits indigents... Lire la critique de A Girl Walks Home Alone at Night

13
Avatar easy2fly
3
easy2fly ·
Persepolis + Only lovers left alive =

Je pensais commencer mon intro par un truc du genre "il n'y a pas besoin d'être un hipster californien pour faire du ciné indé / undergournd / sundancien." Mais après renseignement, j'ai découvert que la réalisatrice Ana Lily Amirpour était bien une hipster californienne, ce qui fout en l'air mon introduction. Je vais donc la tourner autrement : "Ce n'est pas parce qu'on fait un film en Iran... Lire la critique de A Girl Walks Home Alone at Night

4 2
Avatar Pom_Pom_Galli
4
Pom_Pom_Galli ·
Découverte
Critique de A Girl Walks Home Alone at Night par JanSeddon

Le premier long métrage d'Ana Lily Amirpour est une drôle d'anomalie dans le cadre du cinéma de genre. D'abord parce que c'est une production improbable entre deux pays que l'on aurait jamais imaginé coopérer une seule seconde : les Etats-Unis et l'Iran. Ensuite parce que c'est l'un des premiers films financés par la société SpectreVision fondée par l'acteur Elijah Wood, ainsi que le premier... Lire la critique de A Girl Walks Home Alone at Night

11 3
Avatar JanSeddon
6
JanSeddon ·
Toutes les critiques du film A Girl Walks Home Alone at Night (39)
Bande-annonce
A Girl Walks Home Alone at Night
Vous pourriez également aimer...