👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

J'avoue d'entrée ma grande déception. A la sortie de la salle, j'avais le sentiment désagréable de ne pas en avoir eu pour mon argent.

L'histoire n'est pas venue me chercher. Je l'ai suivi sagement ce film, patiemment, en attente d'un moment grandiose qui me révèlerait la vérite du film. Il n'en a rien été.

J'ai cru remarquer les liens avec Apocalypse Now, que j'aime beaucoup. Liens tellement imposants que la sensation de redite prend une large part à ma déception. J'imagine.

Que nous dit le film qu'on ne sait déjà? Que les hommes face à l'adversité, face à l'impersonnelle et âpre cruauté de la nature sauvage sont si malmenés que leurs profonds désirs comme leurs failles intimes, cachées se révèlent vite de bien plus fatals périls que la jungle et les indiens cannibales. Les méandres de l'âme humaine se montrent bien plus tortueux que ceux que parcoure l'équipée soit disant civilisatrice. Le corps malmené pousse rapidement l'homme au bout de lui même ; alors la cupidité et l'ambition deviennent d'insurmontables obstacles, les véritables ennemis de la raison. LA folie prend le dessus. Le film prend alors des airs de farce, avec des dialogues comiques ("la tendance est à la flèche longue" dit un type qui vient d'en recevoir une dans la jambe). Ce ne sont pas des araignées qui courent au plafond mais des macaques qui se cachent en grappe sous le canon. Aguirre se prend pour Dieu, l'El Dorado lui fait perdre la raison. Que la vie est dure. Bref, dans des conditions extrêmes, l'homme est amené à perdre une part de son humanité, celle qu'il a construite au gré des siècles, ce qu'on appelle la civilisation ou la culture, il retrouve alors ses instincts bestiaux. Retrouvailles brutales et dérangeantes. L'homme est donc amené à affronter ses démons intérieurs. Rien de nouveau.

Pour arriver à tout cela, Herzog construit un récit presque nonchalant. Les longs plans au fil de l'eau, sur les plis de l'onde sereine, à l'écoute du vent dans les hautes ramées ou bien face aux visages attentifs, ahuris ou patients, pleins de rêverie ou d'angoisse des hommes et femmes, tous ces longs plans donc s'ils sont parfaitement légitimes vis à vis de l'histoire qui nous est racontée ne sont pas parvenus à me faire oublier leur longueur. Malgré leur cohérence avec le récit, ces plans m'ont incroyablement barbé. Je me suis emmerdé comme rarement. J'avais faim, certes, l'heure de projection (midi) n'était pas la plus idéale, mais tout de même, cela ne suffit pas à expliquer le degré d'ennui et la hâte d'en finir qui me tenaillaient le cervelet.

Kinski quant à lui, ne m'a pas impressionné. Je m'attendais à quelque chose de plus fort, de plus halluciné dans son regard. Sa gestuelle rigide m'a paru à certains moments trop posée, trop démonstrative et facile même.

Une autre chance plus tard? Qui sait.
Alligator
5
Écrit par

il y a 9 ans

13 j'aime

2 commentaires

Aguirre, la colère de Dieu
Sergent_Pepper
9

L’homme qui mourut d’être roi

Commençons par le commencement : Aguirre offre l’une des plus saisissantes ouvertures de l’histoire du cinéma. Sur cette crête embrumée, on distingue progressivement une colonne humaine qui affirme...

Lire la critique

il y a 5 ans

118 j'aime

2

Aguirre, la colère de Dieu
guyness
9

Complètement décalqué

Puisque tout est faux. Puisqu’on sait que tout ce à quoi nous assistons, quand nous commençons un film, n’est qu’un gigantesque tour de magie. Nous décidons à chaque fois si nous allons marcher...

Lire la critique

il y a 7 ans

112 j'aime

58

Aguirre, la colère de Dieu
Ano
10

Heureux qui, comme Aguirre, a fait un beau voyage...

1560, peu de temps après la conquête du Pérou, le conquistador Gonzalo Pizarro envoie une importante expédition à la recherche de l'Eldorado, la fameuse cité d'or. Dès le début nous apprenons que...

Lire la critique

il y a 10 ans

85 j'aime

7

The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Alligator
5

Critique de The Handmaid's Tale : La Servante écarlate par Alligator

Très excité par le sujet et intrigué par le succès aux Emmy Awards, j’avais hâte de découvrir cette série. Malheureusement, je suis très déçu par la mise en scène et par la scénarisation. Assez...

Lire la critique

il y a 4 ans

52 j'aime

16

Holy Motors
Alligator
3
Holy Motors

Critique de Holy Motors par Alligator

août 2012: "Holly motors fuck!", ai-je envie de dire en sortant de la salle. Curieux : quand j'en suis sorti j'ai trouvé la rue dans la pénombre, sans un seul lampadaire réconfortant, un peu comme...

Lire la critique

il y a 9 ans

52 j'aime

16

Sharp Objects
Alligator
9

Critique de Sharp Objects par Alligator

En règle générale, les œuvres se nourrissant ou bâtissant toute leur démonstration sur le pathos, l’enlisement, la plainte gémissante des protagonistes me les brisent menues. Il faut un sacré talent...

Lire la critique

il y a 3 ans

42 j'aime