C'est la lutte finale

Avis sur Albator, corsaire de l'espace

Avatar Step de Boisse
Critique publiée par le

Je n’ai rien compris. Surgissant de son sidéral et sidérant brouillard noir, l’Arcadia est somptueux. J’aime navires, combats, décors. C’est beau, mais incompréhensible. Pas grave, car avouons que Shinji Aramaki, le réalisateur des Appleseed, se coule dans l’univers, complexe et torturé de Leiji Matsumoto. Comprendre Albator, cela se mérite, cela se travaille.

Je l’ai découvert dans les années 80 par une série enfantine… introduite par le carton suivant : « Lorsque toutes les mers du globe eurent disparu, les hommes pensèrent que la fin du monde était proche. Ils se désespérèrent, sans même songer aux richesses que l'espace infini pouvait leur offrir. Il leur aurait suffi de lever les yeux vers le ciel mais ils en avaient perdu l'habitude. Seule une poignée d'hommes eut le courage d'aller explorer la mer du dessus, qui pouvait encore sauver l'humanité. Ils furent traités de fous et considérés comme hors-la-loi. » Tout est dit. L’humanité court à sa perte, la Terre est polluée, les dangers innombrables… seul un homme se lève. Albator est grand et mince, romantique et courageux, cultivé et implacable. Son équipage est bigarré, mais nous découvrirons que son vaisseau, l'Arcadia, n’exige nulle main d’œuvre pour voler et combattre. Matsumoto travaille son histoire depuis soixante ans, au fil des mangas. Il y mêle légendes germaniques, méditations sur le concept de liberté et séquelles de la Seconde guerre mondiale. Albator et Toshirō ont vécu mille combats, avant que son ami et ingénieur ne succombe, son esprit vit désormais dans l'Arcadia, fabuleux et invincible navire de conception extraterrestre.

Les scénaristes Harutoshi Fukui et Kiyoto Takeuchi poursuivent la légende. Un siècle a passé. Les humains ont colonisé l’espace, mais, pris de nostalgie, ont entamé un impossible “retour“ vers la Terre. Une guerre s’en est suivie, remportée par la Coalition Gaïa : la planète bleue est désormais “interdite“. Seul Albator lutte ! Toujours plus ténébreux, il s’emploie à “reformater“ l’univers, en sectionnant ses liens temporels à l’aide de bombes spatio-temporelles. Curieusement, l’histoire se concentre sur trois nouveaux personnages, les frères Esra et Yama et leur amie Nami. Esra est l’amiral de la flotte de Gaia. Esra et Yama aiment Nami… Les trois sont liés par un lourd secret, qui nous sera progressivement dévoilé. Au risque de spoiler l’histoire :

• Yama obéit à Esra en tentant d’infiltrer l'Arcadia.
• Albator sauve la vie de Yama, qui rejoint son combat.
• Effrayé par le plan « Détruisons le monde pour en créer un nouveau », Yama se rallie à Esra.
• Yama et Ersra lutte, l’un contre l’autre, pour Nami.
• Esra meurt, mais semble avoir trahi Gaïa et sauvé l’Arcadia et son frère.
• Va comprendre…

Les compagnons d’Albator ne sont plus que des ombres. Miimé a droit à deux courtes séquences, Nausicaa-Kei prend une douche, Yatarran grogne, c’est bien la fin.
2019

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 841 fois
17 apprécient

Step de Boisse a ajouté ce film d'animation à 5 listes Albator, corsaire de l'espace

Autres actions de Step de Boisse Albator, corsaire de l'espace