Alone in the void

Avis sur Alone in the Dark

Avatar youli
Critique publiée par le

Alone in the Dark ne va pas contre l'immense réputation d'Uwe Boll, mais fait par contre beaucoup de mal à celle de la série de jeux-vidéos du même nom. À la base, le jeu était réputé pour être un précurseur du genre survival-horror (repris ensuite par des jeux comme Resident Evil ou Silent Hill), développant une atmosphère oppressante et inquiétante.
Or, contrairement à ce que prétend Uwe Boll lui-même (« Je voulais qu'Alone in the Dark soit un film bourré du suspense qui fasse renaître en nous un sentiment primaire, la peur du noir », dit-il notamment dans les bonus DVD de l'édition director's cut), le film n'est vraiment, mais alors pas du tout effrayant. Tout juste quelques « bouh ! » timides arrivent parfois entre deux scènes d'actions...
Quant à la fameuse obscurité associée à la série de jeux, elle est ici quasi absente. Il y a bien à un moment une presque bonne idée de scène dans le noir complet seulement éclairée par des coups de feu, mais elle est totalement inexploitée tant au niveau de l'action qu'au niveau visuel, pour être réduite uniquement à un effet « clipesque » de flashs lumineux (comme dans une discothèque, où un des danseurs serait un énorme alien).

Les premières secondes du film sont d'emblée aberrantes, avec une introduction écrite de la longueur d'un roman censée nous expliquer plein de choses pour nous mettre dans le contexte, mais qui au final est tellement incompréhensible qu'on a juste hâte que les premières images arrivent enfin. Ce qui ne sera en réalité pas beaucoup mieux. En fait, ce film n'est même pas à proprement parler un nanar, c'est-à-dire que des dialogues au scénario en passant par le jeu des acteurs, rien n'est vraiment assez nul au point qu'on puisse en rire. Non, tout est juste incroyablement mécanique, désincarné, ennuyeux, pas excitant, pas terrifiant... une sorte de vide intersidéral.
Même la scène de sexe gratuite et kitsch comme dans un mauvais film des années 80 n'a aucun intérêt, si ce n'est de s'amuser du fait qu'elle est probablement la scène du genre la moins bien amenée de l'histoire du cinéma : le personnage principal Edward Carnby (joué par Christian Slater) se couche seul dans un lit pour se reposer ; on voit ensuite arriver le personnage féminin (joué par Tara Reid), qui bidouille des trucs sans s'intéresser à lui. Après un plan sur une situation ailleurs qui n'a rien à voir, on revient sur Tara Reid qu'on voit s'approcher du corps de Slater en disant des choses aussi subtiles que des « Hmmm, intéressant... », sur fond de musique de lover cliché à souhait (par ailleurs, les musiques du film lorgnent la plupart du temps vers le dark metal pour enfants).

Le film se présente à peu près comme un sous-Indiana Jones croisé à du sous-X-Files, saupoudré de sous-Aliens et virant parfois vers le sous-film de zombies. Le tout rythmé par une voix-off inutile et impersonnelle, ainsi que par des répliques aussi étranges que : « Si vous êtes parvenus jusqu'en vie ici : vous êtes morts déjà ». Dans la version française, une chose amusante est que les noms propres sont quand-même prononcés « à l'améwicaine ».
Mais il y a quand-même une réplique pas mal dans ce film, quand à la fin Edward Carnby dit à propos des monstres qu'il a combattus que « depuis le début ils étaient sous nos pieds ». Cette phrase est presque mot pour mot une réplique de La Guerre des Mondes de Spielberg sorti la même année, à propos des Tripods des extra-terrestres, menace sous-terraine, invisible, et donc d'autant plus dangereuse...
Mais même ce genre de fulgurances est noyé par la médiocrité de la fin du film, entre sacrifice d'un personnage invraisemblable d'un point de vue scénaristique et... incompréhension devant ce qui fait office de conclusion. À la fin [attention, SPOILER ! Ah, heu, non, en fait, il n'y a rien qui puisse vraiment être gâché à l'avance avec ce film...], en effet, on se dit que les gentils ont gagné, youpi ! Mais en fait... non ? « L'histoire se répète » ? « La civilisation est rayée de la surface du globe » ? Les humains ont perdu alors ? Mais qu'est-ce que ça veut dire ? Tout le monde s'est fait zombifier par les créatures pendant qu'on avait le dos tourné ? Ou alors, la ville est juste « évacuée » comme cela est indiqué par écrit ?
En tout cas, cette fin ouverte sent surtout le coup de théâtre facile, pirouette scénaristique offrant la possibilité d'une suite à venir (sans compter l'effet visuel en vue subjective d'un possible monstre attaquant Carnby, plan ridicule en conclusion d'un film qui ne l'est pas moins).

Si jamais vous n'êtes pas encore convaincu de la qualité de ce film, sachez tout de même qu'à la fin d'une scène, on voit de manière très distincte une personne censée être morte... commencer à se relever !!! Et, non, elle n'est pas non plus censée être une morte-vivante ou quelque chose comme ça, c'est juste une incroyable erreur laissée dans ce film (alors qu'un simple raccourcissement du plan aurait rattrapé l'affaire), qu'on peut définitivement qualifié de "non-réalisé".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 689 fois
11 apprécient

youli a ajouté ce film à 5 listes Alone in the Dark

Autres actions de youli Alone in the Dark