Ce n'est pas 1km, c'est 1h40 à poil ce film

Avis sur American Pie présente : String Academy

Avatar La critique  de l'homme saoul
Critique publiée par le

Même jaquette que American Pie presents No Limit !, mais un peu plus en dessous de la ceinture. C'est exactement ce que représente « American Pie presents String Academy ». On abandonne le côté naïf du premier spin-off pour se concentrer sur les boobs et les cul sur ce film de Joe Nussbaum sorti en 2005 en Direct to DVD.

Pour ce deuxième spin-off on abandonne tous les personnages de No Limit ! pour se concentrer sur de nouvelles têtes. On suit maintenant les aventure de Erik Stifler et Dwight Stifler, deux cousins des célèbres Matt et Steve Stifler. Il y a quand même quelque chose à sauver dans ce film, c'est l'idée de sacraliser les Stifler. Une mythologie se met en place autour de cette famille, mais malheureusement la seule chose qui pouvait me faire tenir dans ce film n'est pas du tout exploiter. A peine effleuré. De plus les deux Stifler n'ont rien d'original, Dwight se rapprochant d'un Steve et Erik d'un Matt. On aura le droit à la morale perpétuel sur les cas de conscience des Stifler qui se trouve être la même à chaque American Pie, dommage.

De plus John White (Erik) et Steve Talley (Dwight) sont des acteurs low-cost. Sans déconné, il n'a rien, aucune proposition. Et on parle du charisme de White ? Il est plat tout le film, alors que c'est le personnage principal, aussi basique que son nom. Il y a même la présence de Christopher McDonald (Harry Stifler), le mec habitué à tous les téléfilms possible et imaginable. Tous les autres acteurs finiront sûrement dans des téléfilms du même genre. Et il y a encore Eugene Levy (Noah Levenstein) qui fait l'effort de faire son petit caméo.

On suit donc les cousins Stifler dans un film qui ne sert qu'à montrer des boobs tout le long. Imaginez vous, la première scène du film c'est Erik qui tue sa grand mère en éjaculant dessus. Et oui ça commence comme ça. Ce sont que des gags de mauvais goût tout du long, jusqu'au Naked Mile où il y a une surexposition de boobs (à ce stade du film vous en avez vu tellement que ça n'apporte plus rien) et ça finit en apothéose avec la morale débile de la fin. Je crois qu'ils n'ont pas compris le rôle d'un teen movie, il ne s'agit pas de mettre le plus possible de seins à l'écran.

Et même la musique ne relève pas le niveau.

Est ce que je parle aussi du peu de subtilité envers les personnes de petite taille ? Les Stifler sont en rivalité tout le long du film contre une fraternité de nain (qui sont d'ailleurs tous d'âge adulte...). Il ne suffit pas de mettre des nains à l'écran ou en train de jouer au foot pour que ce soit drôle. Le rôle principal des nains est attribué à Jordan Prentice qu'on voit souvent à l'écran. Si ton rêve était de devenir adulte qu'est ce que tu est venu faire ici ?

Le peu de décence qu'avais gardé le premier spin-off de American Pie vient de disparaître avec ce volet. Ce film satisfera seulement les pré-ado qui sont travaillés par leur hormones. Je l'ai vu il y a très longtemps et je peux vous dire que même jeune ce film ne m'avais rien provoquer...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 595 fois
1 apprécie

Autres actions de La critique de l'homme saoul American Pie présente : String Academy