👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Une anomalie au beau milieu de la banalité

Charlie Kauffman, auteur d'Eternal Sunshine, revient à la réalisation d'un film pour la deuxième fois après Synecdoche New York. Son premier film était d'une complexité et d'un brio absolument hors normes. Par conséquent, on est en droit d'attendre une nouvelle perle pour son deuxième film, Anomalisa.

Charlie Kauffman est un auteur qui n'aime pas la routine, qui redoute la mort et qui est fasciné par la nature de l'éphémère. On pouvait le ressentir entre les lignes de Synecdoche New York, mais pour Anomalisa le message est plus clair. Ou bien peut-être suis-je plus attentif maintenant que je suis averti par le cinéma qu'il propose.
Le résultat d'Anomalisa est bluffant tant le film est une critique contre la banalité sous plusieurs formes. La banalité de la vie d'un homme, ennuyé à outrance. La banalité de son entourage et des gens qu'ils rencontrent, et ce n'est pas une coïncidence si ils sont tous incarnés par la même marionnette. Et la banalité dans le cinéma d'animation, où les techniques deviennent de plus en plus redondantes et perdent en réalité.
Comment capter l'éphémère, comment l'appréhender, comment y rester, qu'est-ce que c'est? Une voix suffit à l'appeler.
L'oeuvre de Charlie Kauffman perd en étages de complexité mais gagne en accessibilité tout en gardant la même finesse. Car même si parfois certaines décisions de mise en scène sentent la coupure budgétaire, ces solutions ne paraissent jamais bâclées ou survolées. Les ruses visuelles, sonores et narratives témoignent une fois encore d'une intelligence hors normes.
Le spectateur est investi pleinement dans cette allégorie de l'ennui sans jamais s'y ennuyer grâce à une attention aux détails follement divertissante.
Mention spéciale au travail d'animation qui donne vie à des personnages coincés aux portes du réalisme. Une minutie qui rappelle la motion capture par moments et qui jouit d'un véritable cachet. On est loin du grotesque de Team America mais sans vouloir atteindre la maestria d'un Paranorman. Anomalisa propose son propre style et c'est un régal pour les yeux.

Un film à la fois surréaliste et naturaliste, couillu, brillant, malin. Une anomalie dans le milieu de l'animation. Un des rares à tâcler un public adulte et mâture sans même venir du Japon. Une entreprise risquée mais réussie comme on espère en voir beaucoup plus souvent.

davidalin96
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes 2017 - Vu et Mon Top 10 2016

il y a 6 ans

8 j'aime

Anomalisa
CableHogue
6
Anomalisa

Persona

Anomalisa est un bon film-concept. Cependant, comme tout film-concept, il obéit à une mécanique qui, bien que finement élaborée, ne tient qu’un temps. La première demi-heure est absolument...

Lire la critique

il y a 6 ans

69 j'aime

7

Anomalisa
Marius_Jouanny
9
Anomalisa

Tendresse aux abois

Aussi rare que précieuse, la plume de Charlie Kaufman rayonne sur le cinéma depuis « Dans la peau de John Malkovich » (1999) avec la virtuosité, le panache de l’inventivité scénaristique, de...

Lire la critique

il y a 6 ans

25 j'aime

10

Anomalisa
Cultural_Mind
8
Anomalisa

La valse des pantins

S'il est un film qui porte la désillusion en bandoulière, c'est forcément celui-ci. Parce qu'il ne cesse de scander l'inassouvissement, notamment familial et amoureux, mais aussi parce qu'il exploite...

Lire la critique

il y a 5 ans

24 j'aime

Anomalisa
davidalin96
9
Anomalisa

Une anomalie au beau milieu de la banalité

Charlie Kauffman, auteur d'Eternal Sunshine, revient à la réalisation d'un film pour la deuxième fois après Synecdoche New York. Son premier film était d'une complexité et d'un brio absolument hors...

Lire la critique

il y a 6 ans

8 j'aime

Le Prodige
davidalin96
4
Le Prodige

Critique de Le Prodige par davidalin96

Pas grand chose à retenir de ce prodige. Décidément, après Imitation Game et Big Eyes, il faut croire que c'est à la mode de faire des films biographiques sans âme. Le film suit son fil conducteur...

Lire la critique

il y a 6 ans

8 j'aime

La Reine des Neiges
davidalin96
3

entre deux chaises

ENFIN vu! Globalement déçu mais un petit moins que ce que je pensais. Le principal problème de Frozen c'est qu'il sue la banalité par tous les ports tout en, en même temps, semblant vouloir crier un...

Lire la critique

il y a 8 ans

8 j'aime

3