S'il est un film qui porte la désillusion en bandoulière, c'est forcément celui-ci. Parce qu'il ne cesse de scander l'inassouvissement, notamment familial et amoureux, mais aussi parce qu'il exploite ses partis pris figuratifs pour témoigner de l'insistante uniformité des hommes. Les visages s'apparentent à des masques dénués de charme, les voix se mêlent et se confondent étrangement, les postures semblent las, presque dévitalisées.


Avec talent, les réalisateurs Charlie Kaufman et Duke Johnson façonnent un monde déshumanisé duquel seule se distingue l'accidentée Lisa : commune, peu sûre d'elle, elle parvient néanmoins à électriser Michael, l'expert en relation client faisant figure d'antihéros, copie quasi caricaturale du père de famille quinquagénaire parfaitement désenchanté, l’âme en peine et le coeur en suspens.


Anomalisa opte logiquement pour des procédés sensitifs quand il s'agit de singulariser son héroïne : sa voix paraît déifiée, à contre-courant de l'homogénéité grisante qui s'exprime partout, dans les avions comme dans les hôtels.


La rencontre des deux protagonistes, la vedette d'entreprise et la jeune femme disgracieuse, n'est en fait qu'une énième occasion de moquer les pantins charnels que nous sommes : maladresses, fragilités et inconfort permettent à Charlie Kaufman de poursuivre son travail d’explorateur du genre humain, dans un monde tristement colonisé par le syndrome de Fregoli (ingénieusement, c'est le nom que porte l'hôtel du film).


Pour ceux qui en douteraient encore, on est en présence d'une animation strictement réservée aux adultes : il en va ainsi du long cunnilingus immortalisé en stop motion comme de l'escale dans un sex-shop ou de cette nudité exposée avec largesse et sans ménagement, mais aussi du désespoir inexpiable et permanent qui fait la saveur aigre d'Anomalisa.


Les cyniques et les farceurs diront, peut-être à raison, que la décalque est rigoureusement fidèle au modèle.

Cultural_Mind
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes De l'art de l'allusion au cinéma et Fragments de cinéma (Tome II)

Le 12 mars 2017

24 j'aime

Anomalisa
CableHogue
6
Anomalisa

Persona

Anomalisa est un bon film-concept. Cependant, comme tout film-concept, il obéit à une mécanique qui, bien que finement élaborée, ne tient qu’un temps. La première demi-heure est absolument...

Lire la critique

il y a 6 ans

69 j'aime

7

Anomalisa
Marius_Jouanny
9
Anomalisa

Tendresse aux abois

Aussi rare que précieuse, la plume de Charlie Kaufman rayonne sur le cinéma depuis « Dans la peau de John Malkovich » (1999) avec la virtuosité, le panache de l’inventivité scénaristique, de...

Lire la critique

il y a 6 ans

25 j'aime

10

Anomalisa
Cultural_Mind
8
Anomalisa

La valse des pantins

S'il est un film qui porte la désillusion en bandoulière, c'est forcément celui-ci. Parce qu'il ne cesse de scander l'inassouvissement, notamment familial et amoureux, mais aussi parce qu'il exploite...

Lire la critique

il y a 5 ans

24 j'aime

Dunkerque
Cultural_Mind
8
Dunkerque

War zone

Parmi les nombreux partis pris de Christopher Nolan sujets à débat, il en est un qui se démarque particulièrement : la volonté de montrer, plutôt que de narrer. Non seulement Dunkerque est très peu...

Lire la critique

il y a 5 ans

68 j'aime

8

Blade Runner
Cultural_Mind
10
Blade Runner

« Wake up, time to die »

Les premières images de Blade Runner donnent le ton : au coeur de la nuit, en vue aérienne, elles offrent à découvrir une mégapole titanesque de laquelle s'échappent des colonnes de feu et des...

Lire la critique

il y a 5 ans

60 j'aime

7

Baby Driver
Cultural_Mind
5
Baby Driver

On the road

Le système interne de Baby Driver est dual. Sa première attribution caractérise depuis toujours le cinéma d'Edgar Wright. Elle était déjà à l'oeuvre dans la série Les Allumés et a prolongé ses effets...

Lire la critique

il y a 5 ans

52 j'aime

4