Avis sur

Batman & Robin par Jethro Paris

Avatar Jethro Paris
Critique publiée par le

En raison de mon amour pour le monde de Batman, j'ai regardé "Batman & Robin" de Joel Schumacher avec une réelle anticipation. Les tours gothiques de Gotham City m'ont fait vibrer une fois de plus. On m'a rappelé à quel point la Batmobile est cool (Batman en a une nouvelle), et j'ai souri au plaisir fétichiste avec lequel Batman et Robin enfilent leurs costumes, se gainant de secondes peaux noires brillantes et se serrant sur de nombreuses ceintures, boucles, boucliers, crochets, poulies, etc. (Combien pèsent ces objets ? Comment courent-ils lorsqu'ils les portent ?) Mais mon plaisir a commencé à s'estomper après environ 30 minutes, lorsqu'il est devenu évident que ce nouveau film, comme ses prédécesseurs, n'allait pas vraiment explorer le monde bizarre de ses héros, mais s'installer en toute sécurité dans un spectacle d'effets spéciaux. "Batman & Robin", comme les trois premiers films de la série, est merveilleux à regarder, et n'a rien d'authentique à la base.

Il y a une scène qui illustre ce que je veux dire. Elle se déroule dans la morne section centrale du film. Bruce Wayne (George Clooney) dîne à la maison avec sa fiancée depuis un an, Julie Madison (Elle MacPherson). Julie dit qu'elle aimerait passer le reste de sa vie avec Wayne. Bruce fait des bruits et parle de son célibat et des complications de sa vie. Julie semble avoir déjà entendu tout cela. La scène est interrompue par une urgence.

En la regardant, j'ai compris pourquoi cela ne fait absolument aucune différence de savoir qui joue le rôle de Batman : il n'y a personne à la maison. Le personnage est le Costume ultime. Habillez-le de cuir ou de caoutchouc, et c'est un héros d'action - Buzz L'éclair avec un battement de cœur. Mettez-le en civil, et c'est monsieur tout le monde.

J'ai toujours soupçonné qu'ils distribuent les rôles de Batman par le menton, ce qui est tout ce que vous voyez quand vous portez le costume de Batman, et Clooney a un très bon menton. Mais comme Michael Keaton et Val Kilmer, il n'apporte pas grand-chose au rôle parce qu'il n'y a pas grand-chose. La plupart du temps, il semble coincé en conversation. Je pense que la façon d'en commencer une serait de lui demander ce que font ses gadgets technologiques. C'est un type qui préfère lire le magazine de Sharper Image plutôt que de Playboy.

La série a été conduite par ses méchants. Ils font de bons souvenirs : Jack Nicholson dans le rôle du Joker, Danny DeVito dans celui du Pingouin, Michelle Pfeiffer dans celui de Catwoman, Tommy Lee Jones dans celui de Double-Face, Jim Carrey dans celui du Sphinx. Dans "Batman & Robin", nous avons Arnold Schwarzenegger dans le rôle de Mr. Freeze, un homme qui ne peut survivre qu'en maintenant son corps à zéro degré (Celsius ? Fahrenheit ? absolu ?), et Uma Thurman dans le rôle de Poison Ivy, une botaniste qui se transforme en une plante maléfique et fait la guerre aux animaux. Ils gagnent leur place dans le panthéon des ennemis de Batman, mais le scénario ne leur rend pas justice : Il est sinueux, et certaines des grandes séquences d'action sont si élaborées qu'elles sont difficiles à suivre (exemples : celle où les hommes de Freeze jouent au hockey avec un diamant, et une course-poursuite à moto complètement inutile).

En écoutant les jeux de mots de Schwarzenegger ("Ne compte pas me mettre au frais !"), je me suis rendu compte qu'il se passe quelque chose de drôle dans la série : Elle se rapproche irrésistiblement du ton de la série télévisée des années 60. Les premiers films de Batman, en particulier le sombre "Batman: Le Défi" (1992), ont rompu avec le classique et ont opté pour des tons plus moroses. Mais maintenant, les jeux de mots et les slogans viennent si vite que l'action doit s'arrêter et les attendre. Bien que nous n'ayons pas les graphiques des dessins animés POW ! et WHAM !, ce quatrième film semble plus inspiré de la série télévisée que du personnage de la bande dessinée de Bob Kane.

L'intrigue : Mr. Freeze veut congeler tout le monde ("D'abord Gotham, ensiute le monde !") tout en ramenant à la vie le corps cryogéniquement congelé de sa femme bien-aimée. Poison Ivy veut détruire tous les animaux et libérer le globe pour ses nouvelles sortes de plantes génétiquement modifiées. Ivy attire Batman et Robin (et tous les autres hommes en vue) avec son parfum séduisant, et trompe M. Freeze pour qu'il l'aide, jusqu'à ce qu'il comprenne. Thurman la joue avec une voix traînante qui suggère que les plantes peuvent avoir des orgasmes multiples.

Parmi les personnages secondaires, on trouve le fidèle vieux majordome Alfred (Michael Gough), qui semble être mourant, et qui pose des questions philosophiques telles que : "Car qu'est-ce que Batman sinon une tentative de contrôler le chaos qui balaie notre monde ?" A mi-chemin dans l'action, la nièce d'Alfred (Alicia Silverstone) se présente et se trouve un emploi en tant que Batgirl, bien que le film ne puisse jamais décider si Robin (Chris O'Donnell) est plus attirée par elle ou par Poison Ivy. Un autre personnage intéressant est un musclor bionique nommé Bane (Jeep Swenson), qui est le monstre de compagnie de Poison Ivy. Les produits chimiques pompent ses muscles jusqu'à six fois leur taille réelle, et il y a ici des possibilités de satire sur les rôles de Schwarzenegger au cinéma, mais toutes sont soigneusement évitées.

Ce que je retiendrai du film, ce sont certaines des images, comme l'Observatoire de Gotham, qui se trouve à l'intérieur d'un globe géant maintenu en hauteur, loin au-dessus des rues de la ville, par une imposante statue de style grec. Et je me souviendrai de M. Freeze regardant tristement une petite figure de boîte à musique de sa femme. Et Alfred qui cherchait de façon poignante son arbre généalogique sur son ordinateur. Et les sourcils feuillus d'Ivy.

Ma prescription pour la série reste inchangée : réduire l'échelle. Nous n'avons pas besoin de voir deux millions de dollars à l'écran chaque minute. Donnez le premier plan aux personnages, pas aux effets spéciaux. Et poser les questions difficiles sur Bruce Wayne. Il y a un moment dans le film où nous apprenons que le nouveau télescope de l'Observatoire de Gotham peut observer n'importe quel endroit sur Terre. "Ne le pointez pas vers ma chambre", glousse Bruce Wayne. Qu'est-ce qui le fait rire ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 64 fois
Aucun vote pour le moment

Jethro Paris a ajouté ce film à 1 liste Batman & Robin

  • Films
    Cover Top 10 Films

    Top 10 Films

    Avec : The Dark Knight - Le Chevalier noir, Terminator 2 - Le Jugement dernier, Matrix Reloaded, Spider-Man 3,

Autres actions de Jethro Paris Batman & Robin