Le plus beau rôle de Zac

Avis sur Baywatch : Alerte à Malibu

Avatar Escrivaillon
Critique publiée par le

Je détestais ce film avant sa sortie. Je détestais la série. Je ne voulais pas le voir.
Et puis un soir d'ivresse,sans rien à faire, trop flemmard pour me lancer dans M le Maudit ou le Cuirassé Potemkine, je me prépare, en me flagellant, à regarder Baywatch...
Au moins, cela s'inscrit dans mon cycle Zac Efron.

Et puis la gifle, le self-loathing, la honte car j'ai souri, moi le snob. Moi le trop intello pour daigner aimer les comédies populaires, je n'ai pas vu le temps passer. J'ai été diverti...

Alors pourquoi un 6/10 par rapport aux autres oeuvres que je note plus sèchement : parce que je note un film en grande partie sur ses prétentions. Si tu veux être un chef d'ouvre original, tu auras beaucoup plus de critères sur lesquels je te jugerai que si tu es Fast and Furious 7.
Mon système est faillible et biaisé, bien sûr. Là où je ne tolère pas la flemme intellectuelle des comédies françaises, je peux me laisser détendre par une comédie américaine poussive. Je ne peux que le reconnaître.

Film Popcorn
Du coup, dans sa catégorie film pop corn, Baywatch s'en sort bien, et pour une seule raison. Le film est dans la pastiche. Les éléments qui ont fait le succès de la séries sont repris, mais avec excès, pas dans la complaisance nostalgique. Parce que finalement, on aurait pu imaginer des plans au ralenti se prenant au sérieux, mais le film met le doigt sur le côté un peu ridicule du procédé (tout en en faisant trop).
Intrigue en carton pâte, cascades ridicules, concours de muscles idiot... A aucun moment on n'essaie de nous vendre autre chose qu'une comédie.
Baywatch est un peu à la série ce que Kingsmen est aux James Bond.

Point faible : les personnages
Déjà, commençons par Dwayne The Rock Johnson qui est un Mitch Bucchanon qui aurait pris des hormones depuis sa naissance : le leader sûr de lui et finalement inintéressant
Ensuite il y a Zac. Tu sais, lecteur, je ne sais plus quoi penser de Zac... Il a du mal à trouver des rôles dramatiques (qui ne lui vont pas - coucou Paperboy), et finit par faire l'idiot dans des comédies horripilantes (Dirty Grandpa, srsly??). Sauf qu'à force, il finit par très bien faire l'idiot, et je finis par me demander s'il est vraiment stupide dans la vie, ou s'il est brillamment intelligent. Toujours est-il que pour la première fois, il réussit à porter un rôle dans ses différentes facettes : prétentieux, drôle, idiot ou même touchant.
Les filles et les autres personnages secondaires n'ont pas plus de profondeur qu'une feuille à rouler. Et c'est ce qui est dommage. Quitte à casser les codes,et à pointer les erreurs de la série, pourquoi une approche aussi machiste ?
Dans la série, Stephanie Holden a un rôle de leader. Au final, le film est bien moins égalitaire, et il eut été agréable que les personnages féminins ne soient pas juste limités à être des love interest.
Et je ne pensais jamais dire cela un jour, mais on regrette le charisme de Pamela Anderson pour le rôle de C.J. Elle parlait certes comme une cruche, mais elle avais néanmoins une présence, une aura (et pas uniquement mammaire) que n'égale pas l'actrice choisie.
Dernier élément, le dork est tout à fait inutile et ennuyeux.

Bref une comédie pas prise de tête qui se laisse regarder mais qui aurait gagné à être un peu féministe, surtout quand ces derniers mois, on n'hésite plus à faire un nouveau Ghostbusters avec un cast féminin, et quand un film de super héros montre qu'une femme peut être un lead convaincant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 918 fois
11 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Escrivaillon Baywatch : Alerte à Malibu