Bellissima

Avis sur Bellissima

Avatar Seance-sup-0H30
Critique publiée par le

Difficile de reconnaitre Luchino Visconti dans cette chronique populaire, pudique, sensible, chaleureuse et parfois dramatique quand le rire est à bout de souffle. Même dans sa période néo-réaliste, rarement le réalisateur aura été aussi près du quotidien, des rêves prolétaires comme de leurs désillusions. Ni travailleurs sublimes (La terra trema), ni destin tragique (Rocco e i suoi fratelli) mais le récit simple d'une mère haute en couleur qui essaye par tous les moyens de faire de sa fille une star et par la même de sortir de sa condition. Anna Magnani est tout sauf une ogresse exploitant les charmes de son bambin mais un petit personnage qui court derrière les projecteurs du cinéma pour sortir de son environnement obscure. D'abord cocasse, le film devient touchant puis déchirant quand la Magnani comprend qu'elle détruit tout autour d'elle, que le cinéma est une piège comme un autre et qu'à coté, sa fille et son mari souffrent. Visconti à hauteur de HLM, il faut le voir pour le croire. Pourtant, le film ne parait pas être porté haut dans le cœur de son auteur. Sans doute parce que le maitre se fait déposséder de son travail, d'une part par le scénariste Cesare Zavattini (monsieur néo réalisme) qui tire le film vers une légèreté heureuse et de l'autre par l'actrice principale qui bouffe le film au petit-déjeuner, qui occupe le cadre comme si elle vivait depuis toujours dans les décors du film. Même pris en tenaille, Luchino Visconti n'est pas homme à laisser le film en rade et certaines séquences superbes comme la projection des rushs ou la mère et la fille seules sur un banc doivent autant au scénario ou à la comédienne, qu'à de la mise en scène. Bellissima n'est mineur en rien, c'est une pièce superbe à remettre en devanture de la carrière de Visconti.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 526 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Seance-sup-0H30 Bellissima