En 2003 après une tentative infructueuse de remake de La Planète des Singes, Tim Burton revient avec Big Fish, une adaptation libre du roman de Daniel Wallace. Plus en phase en général avec ce type d'univers, Burton allait alors livrer ce qui est incontestablement l'un des plus beaux films de sa carrière.


A travers l'histoire de vie fantaisiste d'un homme aux portes de la mort, Big Fish est l'un de ces films où se conjuguent poésie et onirisme. Burton livre ici un film à la désuétude redoutable d'efficacité, porté par un Ewan McGregor aussi touchant que drôle et juste. Big Fish invite le spectateur à s'émerveiller du monde et des autres, à travers une imagerie oscillant entre fantasme et réalité. Le scénario mélange habilement d'ailleurs le réel et le rêvé pour mieux emporter le spectateur. Il en ressort un film doux et suave aux thématiques fortes bien que classiques certes, mais dans le fond c'est aussi ce qui fait la beauté de l'oeuvre.


On s'identifie facilement à Ed Bloom et à ses aventures fantasques, on apprend à ses côtés à aimer et voir le monde différemment. Un peu comme un Forrest Gump à l'imagination débordante. A ce récit sur le père et la transmission, le scénario importe aussi une réflexion sur l'importance du rêvé face au réel. Toutes les histoires peuvent être enjolivées si au final elles racontent la vérité. A nouveau le réalisateur livre un film qui s'adresse bien plus à l'âme du public qu'à son besoin de se divertir. Pourtant Big Fish ne souffre aucunement d'un rythme lent ou d'une écriture inégale, on rit autant qu'on essuie ses larmes devant Big Fish. Sans forcément capter les émotions, la réalisation sait en tout cas les transmettre, et ce n'est pas une mince affaire !


Bien entendu il fallait un casting qui tienne la route pour porter tout cela, et si ici Helena Bonham Carter ne tenait pas encore un rôle principal, Burton montrer qu'il sait diriger pour tirer le meilleur de ses comédiens. McGregor est impeccable bien sûr, mais aussi Albert Finney et Billy Crudup. Tous deux forment un duo sensible et touchant, un père et un fils éloignés par des liens communs. Jessica Lange est rayonnante et Marion Cotillard poursuit, à l'époque, son bonhomme de chemin outre-atlantique. On notera également les prestations toutes en finesse de Dany De Vitto et Steve Buscemi. Comme toujours Danny Elfman se révèle être totalement en phase avec l'univers de Burton, auquel il ajoute ici, à travers la musique, de la poésie, du romantisme et de l'onirisme.


Big Fish est un magnifique film sur le regard que l'on porte sur la vie, une chronique sensible et drôle portée par un beau casting et une poésie visuelle envoûtante. A découvrir absolument !

Le 20 juin 2012

12 j'aime

Big Fish
Vincent_Ruozzi
9
Big Fish

L’imaginarium de Tim Burton

Big Fish est l’un des plus beaux films de Tim Burton. Habitué aux films sombres et au style gothique, le réalisateur a réussi à créer une très belle harmonie dans cet univers que l’on ne retrouve pas...

il y a 7 ans

62 j'aime

2

Big Fish
SBoisse
9
Big Fish

Toute vie gagne à être mieux racontée

Edward Bloom possède tous les dons. Sportif accompli, aventurier précoce, soldat courageux, il a conquis la main de la plus belle fille du comté. Il est généreux et raconte si bien les histoires...

il y a 4 ans

47 j'aime

7

Big Fish
Sergent_Pepper
4
Big Fish

Mon père, ce miro

Il y a tout un tas de raisons qui ne me font plus du tout apprécier Big Fish, 14 ans après sa sortie, et alors qu’il me semblait être temps de le soumettre à mes cinéfils, dans le prolongement de la...

il y a 5 ans

40 j'aime

6

American Horror Story
E-Stark
7

Les monstres et les hommes.

Un casting de choix pour une série originale, "American Horror Story" se démarque du reste des séries grâce à son traitement particulier, et à la singularité de ses diverses saisons. SAISON 1:...

il y a 7 ans

63 j'aime

18

Edward aux mains d'argent
E-Stark
10

"Hold me." , "I can't."

Edward aux mains d'argent est l'un des films les plus emblématiques de Tim Burton, mais c'est aussi une œuvre qui marqua une génération de spectateurs. Révélant ainsi au monde le génie d'un...

il y a 9 ans

56 j'aime

7

Mommy
E-Stark
10
Mommy

"Ça n'arrive jamais dans la vie d'une mère, qu'elle aime moins son enfant."

Auréolé du Prix du Jury au Festival de Cannes 2014, "Mommy" le cinquième long-métrage de Xavier Dolan n'a pas manqué de faire parler de lui. Le réalisateur compte probablement autant d'admirateurs...

il y a 8 ans

40 j'aime

6