👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un sérieux prétendant à la couronne de "meilleur Woody Allen"...

Même si "Match Point" restera sans doute indétrônable au sommet de la filmographie pléthorique de Woody Allen, "Blue Jasmine" est un sérieux prétendant à la couronne : c'est que le sujet, une sorte de rencontre improbable entre "La Chatte Sur le Toit Brûlant" et les scandales modernes de la récente crise financière, nous touche plus que la plupart des sujets jamais traités par ce vieux Woody, et ce d'autant qu'il y injecte une dose de misanthropie réellement effrayante, clairement basée sur ses propres expériences de la turpide humaine. L'arrogance des nantis, représentés magistralement par trois personnages merveilleusement croqués, Jasmine (Cate Blanchett en bonne position pour l'Oscar), Hal son mari (Alec Baldwin en état de grâce depuis son retour avec "30Rock") et Dwight (l'éternellement répugnant Peter Sarsgaard, visqueux comme toujours), donne évidemment lieu aux scènes les plus réjouissantes, parce que les plus cruelles. C'est peut-être cependant la médiocrité des autres personnages - la soeur Ginger, fantastiquement incarnée par Sally Hawkins, son ex-mari et ses nouveaux boyfriends sont tous plus vils les uns que les autres, répétant finalement les mêmes schémas que la classe "dominante" - qui frappe le plus. Alors, "Blue Jasmine" nous met peu à peu mal à l'aise, et nos rires se font de plus en plus rares, de plus en plus nerveux, et c'est sans doute là, à condition qu'on accepte bien sûr la haine que Allen semble déverser sur ses personnages, que "Blue Jasmine" devient un film vraiment impressionnant. Et ceci, malgré l'habitude légèreté, pour ne pas parler de laxisme, avec laquelle Allen aborde sa responsabilité de réalisateur... En sortant, secoués, de "Blue Jasmine", on est prêt à convenir que c'est là aussi une forme de génie.

EricDebarnot
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de Woody Allen et Les meilleurs films de 2013

il y a 8 ans

3 j'aime

Blue Jasmine
Krokodebil
8
Blue Jasmine

You will meet a tall dark withered woman.

Le Woody Allen "millésime 2013" est un curieux objet. Venant d'un cinéaste que beaucoup disaient perdu ou gâteux, dans des productions européennes façon carte postale ma foi inégales mais pour ma...

Lire la critique

il y a 8 ans

61 j'aime

8

Blue Jasmine
Rawi
8
Blue Jasmine

Critique de Blue Jasmine par Rawi

Alors j'entends déjà les remarques du genre : "Mais tu n'es pas objective !" Et ben oui, j'avoue ! Cate Blanchett mérite 8 points à elle toute seule. Sa performance sur le fil du rasoir, à la limite...

Lire la critique

il y a 8 ans

56 j'aime

16

Blue Jasmine
Sergent_Pepper
4
Blue Jasmine

Réunion de famille

Woody Allen, j’y vais de toute façon chaque année ; une petite fidélité fétichiste, une façon de retrouver l’homme qu’on a aimé, en dépit d’un manque certain d’inspiration depuis quelques décennies à...

Lire la critique

il y a 8 ans

43 j'aime

7

Moi, Daniel Blake
EricDebarnot
7

La honte et la colère

Je viens de voir "Moi, Daniel Blake", le dernier Ken Loach, honoré par une Palme d'Or au dernier festival de Cannes et conspué quasi unanimement par la critique, et en particulier celle de gauche....

Lire la critique

il y a 5 ans

193 j'aime

53

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

177 j'aime

92

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

Lire la critique

il y a plus d’un an

161 j'aime

22